Violence domestique : ne fermez pas les yeux ! On est tous concernés

 

Cet article veut attirer l’attention des Français sur les violences perpétrées à l’encontre des femmes dans leur foyer. Les âmes sensibles doivent s’abstenir (même si personne ne doit fermer les yeux sur la réalité de la vie quotidienne des femmes maltraitées).

Ce matin, je n’ai même pas la force de sortir du lit, tout me fait mal ! Mes muscles sont tendus, chaque centimètre de ma peau est douloureux et mon visage est gonflé.

Je ne suis même pas sûre de me souvenir exactement de ce qui s’est passé. Au début de la soirée, tout allait bien.

Nous sommes sortis avec des amis et nous avons fait une fête. Mais ce n’est qu’à notre retour à la maison que les choses ont pris une tournure cauchemardesque.

Dès que nous sommes rentrés, il m’a frappé. Il a commencé à me crier dessus et a dit que je draguais un de ses amis.

Je ne me souviens même pas de qui il était. Il m’a dit son prénom, mais sous les insultes et les coups, j’ai dû perdre le fil de la conversation.

Mais il a probablement raison. J’ai certainement fait quelque chose pour mériter cela. Bien que, franchement, je ne sois pas sûr de ce que c’est.

À un moment donné, je me suis dit que si j’avouais tout (même si je n’ai rien fait) et que je m’excusais, il se calmerait.

Une pensée ! Une fois que je lui ai dit que j’avais raison et que j’étais désolé, les coups ont recommencé.

Il m’a frappé sur la tête avec ses poings… Puis il m’a donné des coups de pied dans le ventre et les jambes. J’ai l’impression que sa violence n’avait jamais atteint un tel niveau.

Je pensais que tout cela allait s’arrêter pour moi. Je pensais que je vivais mes derniers moments sur cette terre.

Mais tout à coup, les choses se sont calmées. Et puis il s’est approché de moi et m’a demandé : « Pourquoi me laissez-vous faire cela ?

Calmez-vous avant la prochaine tempête ?

Quand il a vu mon expression d’incompréhension, il a dit : « Je dois te frapper pour t’apprendre les bonnes manières. »

À la fin, il a dit qu’il était désolé et qu’il espérait vraiment que cela ne se reproduise pas. « Vous ne l’avez pas fait ? » a-t-il ajouté.

D’une manière ou d’une autre, je me suis glissé dans la salle de bain où j’ai pris une douche pendant que le monsieur était allongé.

Puis je me suis allongée à côté de lui, effrayée… J’avais peur de partir parce que je savais que ça mettrait fin à ma vie.

Mais j’avais aussi peur de rester parce que je savais que ce n’était pas la première fois qu’il posait ses mains sur moi et que ce ne serait pas la dernière.

La question est de savoir combien de temps mon corps peut durer.

Alors me voilà ce matin, devant le miroir, le visage gonflé et en sang. Mes yeux sont gonflés, mais en même temps ma vision est limitée.

Et je me demande ce que j’ai fait pour mériter cela. Quand cela va-t-il se terminer ?

C’est la nuit que j’ai passée. C’est la vérité sur ma vie de femme battue.

La violence à l’égard des femmes est toujours taboue.

En 2019, le nombre officiel de femmes qui sont mortes en battant leur partenaire est de 122. C’est une augmentation par rapport à l’année précédente.

Et que signifie l’année 2020 pour nous ? C’est une très bonne question. Nous n’en sommes qu’à la moitié de l’année et le nombre de rapports de violence domestique a déjà atteint un niveau choquant.

Pouvez-vous imaginer ce que l’on ressent lorsqu’on est limité à son agresseur ? En fait, en temps normal, les femmes battues ont au moins la possibilité d’aller travailler, d’amener leurs enfants à l’école ou de voir leur famille.

Mais pendant cette quarantaine, elles étaient à la merci de l’homme qui les faisait souffrir, physiquement, psychologiquement et émotionnellement.

Un véritable cauchemar ! 4000… 4000, c’est le nombre de victimes de violences domestiques enregistrées entre le 6 et le 12 avril 2020. Il s’agit d’une forte augmentation par rapport à 2019 pour la même période.

On en parle enfin !

L’endiguement a au moins un côté positif. Alors qu’en France les féminicides et les violences conjugales restent sensibles voire tabous, la quarantaine semble avoir attiré l’attention du grand public sur l’horreur de la situation des femmes maltraitées.

En effet, grâce à différents mouvements sur Facebook et Instagram, on assiste au développement de mécanismes de défense mis en danger par les femmes.

Grâce à des vidéos ou des signaux discrets, elles ont réussi à envoyer des messages à leurs amis pour leur demander de l’aide.

Bien que l’attention se soit concentrée sur les médias, elle nous a permis de parler de ce problème, qui met de nombreuses vies en danger.

Si nous examinons ces situations de l’extérieur, nous pouvons nous demander pourquoi ces femmes n’ont pas quitté leur bourreau.

Pourquoi sont-elles avec des hommes qui les maltraitent et sont violents ? Il est facile de juger ou de critiquer.

Mais gardez à l’esprit que ces femmes sont sous le contrôle émotionnel et psychologique de véritables psychopathes.

Des hommes qui se sentent supérieurs parce qu’ils ont la capacité de faire souffrir une femme, c’est-à-dire une personne qui leur est physiquement inférieure et qui ne peut pas réagir.

Ces hommes sont complexes et ne peuvent pas trouver leur place dans la société masculine et s’attaquent donc aux femmes pour se sentir mieux.

Je les contrôle de toutes les façons.

Ce n’est pas la seule forme de contrôle que ces hommes ont sur leurs partenaires. En fait, ces femmes sont généralement complètement isolées.

La crainte que leurs familles connaissent la vérité ou qu’elles parlent de leurs blessures et de leurs cicatrices les oblige à rester enfermées.

De plus, un homme violent a tendance à isoler sa femme afin de mieux la contrôler. Il peut ainsi lui faire croire ce qu’il veut.

Vous pouvez aller à la page suivante pour lire la suite de cet article


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121