Voici 7 Mauvaises habitudes qu’il ne faut jamais tolérer chez ses enfants

Soyons honnêtes, avez-vous déjà été dans une situation où vous pensez que vos enfants vous embarrassent ?

Vous savez quand vous les voyez se comporter comme si vous ne leur aviez jamais appris les bonnes manières ou les bonnes manières ?

Ne vous inquiétez pas. Vous n’êtes pas seul. Quoi que vous fassiez, vos enfants testeront tôt ou tard les limites. Vous verrez jusqu’où ils peuvent aller avant que vous ne réagissiez.

Et puis vous remarquerez un comportement que vous trouvez insupportable mais que vous ne pouvez pas contrôler. En effet, vos enfants commencent progressivement à penser par eux-mêmes et à vouloir faire des expériences.

L’impolitesse devient donc un phénomène presque quotidien. Quand vous sortirez, vous verrez les regards des autres parents vous condamner.

« Mais ces enfants ne sont pas éduqués ».

« Vous les laissez faire tout et n’importe quoi, c’est inacceptable ! »

Le comportement de vos enfants vous rend fou. Pourtant, vous avez passé beaucoup de temps à leur apprendre les bonnes manières.

Vous avez passé beaucoup de temps à leur apprendre la différence entre le bien et le mal, le bon et le mauvais comportement.
Malgré tout cela, ils vous échappent toujours. Vous ne semblez pas avoir compris pourquoi il est important de bien se comporter.

En effet, vos enfants manquent de conscience par rapport aux autres et par rapport à leurs propres besoins.

Et cette défaillance parentale vous rend la vie difficile. Et parfois, on se retrouve dans des situations désagréables. C’est comme si les autres parents vous rejetaient.

Mais tout cela a une solution.

En fait, vous devez simplement faire un effort pour corriger les mauvaises habitudes que vos enfants ont adoptées. Il ne s’agit pas de leur dire comment se comporter.

Vous devez vérifier dans la vie quotidienne si vos enfants ont compris ces leçons dans la pratique. Et vous ne devez absolument pas négocier avec eux sur ces points.

Le mot clé est : la constance !

Attention ! Je ne vais pas vous jeter la première pierre. Nous nous sommes tous retrouvés dans une situation où nous nous sommes demandés : « Où ai-je fait fausse route ?

Et il n’y a rien de mal à cela. Il n’est jamais trop tard pour rattraper ce que vous avez manqué. Et plus vos enfants sont jeunes, plus c’est facile.

Voici donc les sept comportements que vous devez arrêter au plus vite :

1. « Quand vous appelez quelqu’un ou que l’interphone sonne, présentez-vous et dites bonjour. »

C’est la base de la politesse. Je sais qu’avec les téléphones modernes d’aujourd’hui, vous savez qui est à l’autre bout du fil, mais cela ne devrait pas être un obstacle à la politesse.

« Bonjour, madame, je m’appelle Loïc, puis-je parler à Simon, s’il vous plaît ? »

Ce n’est pas compliqué, n’est-ce pas ? Vous commencez par dire bonjour, puis vous vous présentez et enfin vous passez à la cible de votre appel. Il en va de même si vous allez rendre visite à un ami.

Si leurs parents sont à la maison, vous les saluez et vous vous présentez. Sauf si vous les connaissez bien, auquel cas vous leur dites simplement bonjour.

Lorsque vous mettez fin à la conversation ou que vous partez, vous dites bien sûr « merci » et « au revoir ». La politesse ne se démode jamais et si vous établissez une bonne relation avec les parents de vos amis, tout sera plus facile pour vous.

2. « Si quelqu’un parle, n’interrompez pas la conversation ».

Qu’il s’agisse d’adultes ou d’enfants, chacun mérite d’être entendu. Soyez patient et écoutez ce que les autres ont à dire. Ce n’est pas seulement de la politesse.

C’est aussi la preuve que vous vous intéressez à l’autre personne et que ce qu’elle a à dire est important pour vous.

Il est impoli d’interrompre une conversation. Ce n’est pas parce que vous pensez à quelque chose au milieu d’une discussion que vous devez le dire tout de suite.

Attendez le bon moment pour dire ce que vous avez à dire. Lorsque la conversation est terminée ou lorsque l’autre personne fait une pause.

Si la situation est urgente et que vous devez dire ce que vous avez à dire immédiatement, commencez par « Je suis désolé de vous interrompre » et ajoutez ce que vous avez à dire.

Cela vaut également pour une conversation téléphonique. Si je suis au téléphone ou si quelqu’un d’autre est au téléphone, attendez que la conversation soit terminée avant de dire ce que vous avez à dire. Sauf si c’est vraiment urgent.

3. « Vous n’avez pas le droit de demander des choses, demandez poliment ».

Si vous demandez les choses calmement et poliment, les gens vous écouteront.

Si vous voulez que quelqu’un vous aide ou vous donne quelque chose, dites simplement « s’il vous plaît » ou « pouvez-vous… ».

Cette leçon fait partie des bonnes manières que votre enfant peut apprendre dès son plus jeune âge. Ainsi, si elle vous demande de faire quelque chose sans dire « s’il vous plaît », vous ne l’aidez pas.

Refusez d’agir si elle ne vous le demande pas gentiment. Au début, vous devrez rappeler à votre enfant pourquoi vous ne l’aidez pas.

Un jour, ils comprendront pourquoi vous ne faites rien et ajouteront automatiquement « s’il vous plaît ».

Ne mangez pas dans un lieu public fermé s’il ne s’agit pas d’un restaurant ».

Seuls les bébés ont le droit (et le devoir) de manger n’importe où et n’importe quand. Ils n’ont pas vraiment le choix, et leurs parents non plus.

Les enfants à partir de trois ans peuvent être patients et attendre de rentrer à la maison ou d’aller au restaurant pour manger.

Dans le bus, au théâtre ou au cinéma, les bruits de mastication et l’odeur de la nourriture que vous ingurgitez distraient fortement les personnes qui doivent se tenir à côté de vous.

Ces personnes sont là pour se rendre au travail, rentrer chez elles ou regarder un film, pas pour être bombardées de bruits et d’odeurs.

5. Si on ne vous demande pas si vous aimez la nourriture, ne faites pas de commentaire.

« Dégoûtant » ou « Je n’aime pas ça » ne sont pas des commentaires acceptables lorsqu’il s’agit de nourriture.

En critiquant la nourriture, vous insultez la personne qui l’a préparée. Vous montrez également que vous accordez trop d’attention à votre propre opinion.

Par exemple, vous dites inconsciemment que vous pensez que les autres doivent (veulent) entendre votre avis sur les pommes de terre ou les asperges.

Par politesse, vous devriez goûter le plat, même si vous ne l’aimez pas, et essayer de le manger. Et si vous ne pouvez vraiment pas le manger, excusez-vous et dites que vous êtes désolé de ne pas pouvoir finir votre plat.

6. Ne vous plaignez pas et n’essayez pas de faire en sorte que les autres aient pitié de vous.

Je ne veux pas dire par là que vos enfants doivent cacher leurs sentiments ou leur souffrance. Je ne veux pas dire par là que vos enfants doivent cacher leurs sentiments ou leur souffrance. Je veux simplement dire qu’il faut garder les choses en perspective.

Quelle est la situation critique et quelle est la situation non critique ?

Si vous avez mal à la tête, si vous êtes tombé ou si vous êtes contrarié parce que quelqu’un a volé votre jouet, n’en faites pas toute une histoire.

Soit tu ne nous inquiètes pas du tout, soit tu stresseras tes amis, soit tu irriteras les gens avec ta réaction. Connais-tu l’histoire du garçon qui criait au loup ?

C’est le bon moment pour lui lire l’histoire ou lui expliquer la morale s’il est encore très jeune.

Il n’est pas acceptable de crier sur tout ou d’essayer à tout prix d’être le centre de l’attention. Tu gâches l’humeur de tout le monde et c’est vraiment impoli.

No 7 : « Ne pas presser les autres.

La règle de politesse : que ce soit dans le bus, à la maison, au magasin ou à l’école, celui qui sort a la priorité.

Si vous voulez monter dans le bus ou entrer dans un magasin, vous devez laisser passer ceux qui sont en train de partir. Vous ne devriez pas courir ou pousser les autres à passer en premier.

Vous ne devriez pas non plus courir pour vous asseoir à votre place. Si vous êtes trop petit pour rester debout, quelqu’un se lèvera pour vous proposer de vous asseoir.

Ou alors, je demanderai à quelqu’un de vous faire de la place.

Mais si vous êtes assez grand, c’est à vous de faire de la place pour les personnes plus âgées que vous.