Voici ce qui détruit réellement nos enfants (indice : ce n’est pas ce que vous pensez).

Je lis souvent des articles intitulés « La vérité sur ce qui fait du mal à nos enfants » ou « C’est ce qu’il y a de pire pour les enfants ». Bien que je sois d’accord avec bon nombre de ces articles, j’ai l’impression qu’ils passent un peu à côté de la cible ou qu’ils rejettent trop souvent la faute. C’est pourquoi nous voulons aujourd’hui parler de ce qui fait VRAIMENT le plus de mal à nos enfants. Ce n’est probablement pas ce que vous pensez.

Ce qui fait le plus de mal à nos enfants n’est probablement pas ce que vous pensez.

Comme je l’ai déjà dit, je vois beaucoup d’articles qui me promettent de me donner le numéro 1 de ce qui fait du mal à mes enfants. Alors, bien sûr, je clique. Comme tous les parents, je veux protéger mes enfants, et je veux à tout prix m’assurer que je ne laisserai pas ce « numéro 1 » leur faire du mal !

Ensuite, je commence à lire, et chaque article individuel (littéralement 100 %) commence de la même manière : par un avertissement sombre sur l’époque super-connectée dans laquelle nous vivons. Puis viennent les diagrammes, les fausses équations (x est apparu en même temps que y, donc y est la cause de x) et les statistiques effrayantes.

D’après ces articles, quel est le facteur numéro 1 qui nuit à nos enfants ? Si tu as deviné « temps d’écran », tu passes au tour suivant. Les autres réponses acceptables sont « iPads », « consoles de jeux vidéo » et tout autre type d’appareil informatique.

Ne vous méprenez pas, je suis d’avis que ces appareils peuvent tout à fait être nocifs pour nos enfants. J’ai déjà parlé du fait que Steve Jobs n’a même pas permis à ses enfants d’avoir un iPad, et j’ai donné des conseils d’experts sur les dangers d’un temps d’écran trop important.

Il est toutefois important de comprendre que la technologie elle-même n’est pas le croquemitaine qui se cache dans le placard ou le monstre sous le lit. Les smartphones, iPads, ordinateurs portables, ordinateurs de bureau, Chromebooks, Kindles, etc. sont tous des objets inanimés. Ils n’ont de pouvoir que si on le leur donne (au sens propre comme au sens figuré).

Comme le dit le neuroscientifique et auteur de best-sellers Abhijit Naskar, la technologie n’est ni bonne ni mauvaise. Son poème « Sonnet of Technology » dit en fait tout. Je l’ai un peu raccourci par souci de concision (d’où les ellipses).

Regardez-le d’abord, puis nous parlerons de ce qu’il signifie et de la manière dont il se rapporte à la « vraie vérité » sur ce qui fait du mal à nos enfants.

« La technologie n’est ni bonne ni mauvaise, car elle n’a pas d’éthique ni de principes. La directive suprême de tous les gadgets est d’obéir à l’algorithme sans aucun scrupule… Ton téléphone ne ruine pas ta paix, tu le fais toi-même… Une société qui oublie la modération provoque à terme sa propre perte… Le pouvoir n’est le pouvoir que lorsqu’il est utilisé avec discernement… Lorsqu’il est utilisé sauvagement, tout pouvoir est un poison ».

La VRAIE VÉRITÉ de ce qui fait du mal à nos enfants

Comme le dit le poème, ce n’est pas la technologie elle-même qui ruine notre paix ou détruit nos vies. C’est la manière dont nous utilisons le pouvoir de la technologie qui est en cause. Et malheureusement, c’est la manière dont nous utilisons ce pouvoir et comptons sur lui lorsqu’il s’agit de nos enfants qui constitue le véritable problème.

Il ne s’agit pas ici d’un autre article sur la limitation du temps d’écran. J’ai l’impression que vous avez déjà entendu cela un million de fois et que vous le comprenez maintenant. Je veux plutôt parler du fait que le problème va bien au-delà du fait de dire au petit Tommy qu’il ne peut jouer que 30 minutes à Roblox ou qu’il n’a pas assez de bons de travail domestique pour 10 minutes sur YouTube. Le vrai problème réside dans deux choses : les salles de classe hyperconnectées… et nous.

Salles de classe hyperconnectées

Commençons par l’éducation, car c’est probablement la manière la plus ironique de laisser la technologie prendre le contrôle de la vie de nos enfants. Dans ce coin, des experts en éducation écrivent un article de blog après l’autre sur la nécessité de limiter le temps d’écran de nos enfants. Dans l’autre coin, nous avons un système éducatif qui s’appuie entièrement sur le temps d’écran.

Je ne parle pas ici du fait que les écoles se sont « mises à l’Internet » ces dernières années à cause de la pandémie. Il s’agit d’une sorte de dérive, de coïncidence, d’exception. Le problème a toutefois commencé bien avant mars 2020.

Alors qu’auparavant les ordinateurs étaient quelque chose que les enfants n’utilisaient que dans une certaine classe, ils sont aujourd’hui distribués au début de l’année scolaire en même temps que les combinaisons de casiers. Cela a certes ses avantages, surtout dans les classes supérieures, mais il y a aussi quelques inconvénients majeurs.

D’une part, nos enfants passent beaucoup plus de temps devant un écran d’ordinateur que jamais auparavant. Selon des études, les lycéens consacrent environ 58 % de leur journée scolaire à l’utilisation d’un appareil quelconque pour les cours.

Dans certaines écoles, ce chiffre pourrait être bien plus élevé. Le fils de mon ami est au lycée et des manuels scolaires en ligne sont utilisés dans chacune de ses classes. En dehors de la pause déjeuner et des cours de sport, il passe donc ses journées à regarder un écran.

Si vous pensez que les écoles primaires sont beaucoup moins connectées, vous avez raison … mais seulement d’environ 18 %. Les enfants des classes inférieures passent environ 40 % de leur journée scolaire sur l’ordinateur. Cela représente presque trois heures par jour. La plupart des experts nous recommandent, à nous parents, de limiter le temps d’écran de nos enfants à une heure par jour. Lorsqu’ils rentrent à la maison, ils ont déjà dépassé trois fois cette limite.

Mais attendez, cela ne s’arrête pas lorsque la dernière cloche de l’école sonne. Maintenant, ils doivent aussi faire leurs devoirs avec le même appareil. En moyenne, les enfants du primaire et du secondaire passent environ 40 minutes par soir à faire leurs devoirs. Les lycéens y consacrent jusqu’à 3,5 heures chaque soir. Nous arrivons donc à environ 4 heures pour les jeunes enfants et à un total de 7 à 8 heures pour les adolescents, sans compter le temps d’écran qu’ils utilisent « juste pour le plaisir ».

Comment pouvons-nous réduire l’impact du temps d’écran imposé par l’école ?

Je ne recommande pas que les écoles retournent à « l’âge de pierre » (ce qui, selon nos enfants, correspond à environ 1980, ne vous sentez-vous pas vieux maintenant ?) et suppriment complètement les ordinateurs dans les salles de classe. Mais je pense que nous – j’entends par là nous, les parents ET le système éducatif – devons travailler ensemble pour trouver un moyen de contrebalancer tout le temps passé devant un écran en classe.

Le plus simple serait bien sûr de supprimer les devoirs, ou du moins d’en réduire le nombre. Si ce n’est pas possible, donnez-leur des devoirs actifs. Au lieu d’utiliser Google Classroom pour remplir des fiches de travail, les enfants pourraient faire des expériences avec des choses qu’ils ont sous la main. Lors des devoirs de mathématiques, demandez-leur de trouver tout ce qui est rouge dans leur maison et de l’additionner, puis de trouver tout ce qui est vert et de le soustraire de ce nombre. Les enseignants pourraient également faire quelque chose de similaire pendant la journée scolaire.

Cela permettrait non seulement d’éloigner un peu les enfants de l’écran, mais aussi de leur apprendre de manière ludique ET de les faire bouger – deux choses dont nos enfants ont bien plus besoin aujourd’hui. Je suis persuadée que si nous travaillons vraiment ensemble, nous pourrons trouver un moyen de garder la technologie dans l’enseignement, mais de réduire les effets secondaires néfastes d’un temps d’écran trop important.

Parlons maintenant de l’autre côté de la pièce hyperconnectée : nous.

Parents hyperconnectés

Il est difficile de faire en sorte que nos enfants nous prennent au sérieux lorsque nous parlons de trop de temps passé devant un écran alors que nous sommes nous-mêmes constamment connectés à un écran. Ce qui est drôle (et par drôle, je veux dire vraiment triste), c’est que nous utilisons la technologie pour nous dire comment ne pas utiliser la technologie !

Je veux dire, réfléchissez à cela. Si nous cherchons des conseils sur la manière de réduire le temps d’écran de nos enfants, où cherchons-nous ? Où cherchons-nous des idées d’activités amusantes à faire avec nos enfants pendant leur temps « débranché » ? Où regardons-nous lorsque nous cherchons comment faire bouger nos enfants sédentaires ?

Nous, les parents, aimons échanger des mèmes sur « les enfants d’aujourd’hui » et sur le fait qu’ils ne peuvent plus se passer de la technologie. Qu’ils sont trop connectés. Que nous étions bien avant l’arrivée d’Internet. Reconnais-tu l’ironie de cette déclaration ? Non ? permettez-moi de le souligner.

Nous. Aimer. To. Partager. Des mèmes. Où partageons-nous ces mèmes qui se moquent de la dépendance des enfants à la technologie ? Tu reconnais l’ironie maintenant ?

Aux yeux de nos enfants, nous sommes des hypocrites.

Même nos plus petits reconnaissent l’hypocrisie à un kilomètre de distance. Alors si tu penses que tes enfants ne se rendent pas compte que tu dis une chose et que tu fais exactement le contraire, réfléchis encore une fois. Et ne me faites pas le coup du « vous devriez faire ce que je dis et non ce que je fais » ou n’essayez pas de me dire qu’en tant qu’adulte, vous n’avez pas besoin de temps d’écran.

Tout d’abord, vous devriez être un bon modèle, ce qui signifie que vous devez donner l’exemple d’un bon comportement. Comme je l’ai déjà dit, les enfants savent reconnaître l’hypocrisie. Même s’ils font ce que vous dites maintenant, ils prennent mentalement des notes sur la manière dont ils devront se comporter plus tard.

Deuxièmement, il existe autant d’études sur les effets nocifs d’un temps d’écran excessif pour les adultes que pour les enfants. L’argument « je suis un adulte, cela ne me concerne pas de la même manière » ne tient donc pas la route.

Si la gestion des écoles connectées représente un défi, la gestion de notre propre problème d’hyperconnectivité n’est heureusement pas si difficile. Décidez que vous voulez passer plus de temps à vivre au-delà de l’écran. Ensuite, faites-le. Mieux encore, faites-le avec vos enfants. C’est un bon moyen de remplacer les mauvaises habitudes par de bonnes !

Je vous promets que vous n’avez pas besoin d’Internet pour imaginer des activités amusantes à faire lorsque vous n’êtes pas sur Internet (et oui, je vois l’ironie de l’hyperlien « activités amusantes », je n’en suis pas désolé). Il vous suffit de faire un voyage dans le passé. Ne dites pas à vos enfants que nous étions bien même sans technologie, prouvez-le ! Parlez-leur des choses que vous aimiez faire avant que les consoles de jeux ne fassent leur apparition dans les foyers. Jouez à de vrais jeux de société et non à des versions d’applications de ces jeux. Bricolez quelque chose, même si cela ne ressemble pas à ce que vous avez trouvé sur Pinterest (car je sais que vous avez triché et que vous avez cherché des « bricolages mignons pour les enfants »).

En fin de compte, ce qui fait le plus de mal à nos enfants, ce n’est pas une ficelle. Il n’a pas d’écran tactile, de clavier ou de souris. Il n’a même pas de bouton de mise en marche.

La technologie n’est pas l’ennemi. Nous devons juste l’utiliser beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP plus intelligemment. Ce n’est pas si simple de dire : « Quand l’horloge de M. Moo sonne, ton temps est écoulé et tu dois sortir et jouer, ma chérie ». Nous devons réfléchir à CHAQUE aspect, de la manière dont les écoles utilisent l’horloge à l’exemple que nous donnons, en passant par la fréquence à laquelle nous laissons nos enfants utiliser l’horloge à des fins de divertissement. Mais nous sommes intelligents, donc je pense que nous pouvons y arriver.

La vraie vérité, c’est que notre dépendance à la technologie nuit à nos enfants. Notre dépendance à son égard en tant qu’enseignante, baby-sitter, divertissante et seule source d’information sur la meilleure façon de les éduquer (ce n’est pas grave s’il s’agit d’une source, mais cela devrait être la SEULE source). Heureusement, puisque nous sommes le problème, nous pouvons aussi être la solution.
Je voudrais vous laisser avec une citation de Bill Gates. Il a dit un jour : « La technologie n’est qu’un outil. Quand il s’agit de faire travailler les enfants ensemble et de les motiver, l’enseignant est le plus important ». Je pense qu’il voulait dire quelque chose de très différent de ce à quoi je fais allusion ici, mais cela convient tout de même. N’oubliez pas : VOUS êtes le meilleur enseignant pour votre enfant. C’est à vous de voir comment vous les laissez utiliser cet outil.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121