Voici comment combattre la Peur facilement !

Dans le langage courant, nous utilisons indifféremment l’un quelconque de ces mots comme synonymes: angoisse, peur ou panique. Nous parlons ainsi de la « peur du monde » ou de l’ « angoisse de lieux clos » ou même de la « peur de la peur ». Cependant, pour être plus précis établissons la différence entre « peur » et « angoisse »: la  peur renvoie toujours à quelque chose de concret; c’est objectif et délimité. Tandis que l’angoisse est un sentiment diffus , sans préciser, sans véritable raison de s’appuyer.

Quels la Différence entre Peur, Angoisse et Panique ?

L’angoisse :

Antonio arrive à la consultation avec son visage déformé. Entre deux hésitations, il nous dit: « Je me sens étrange et étrange. C’est une expérience que je ne peux pas définir. Soudain, je sens un malaise général qui me tourne le ventre, ça me monte à la gorge et j’ai le sentiment que je vais mourir.  » C’est de l’angoisse. Un sentiment global et insolite que l’on ne sait pas expliquer, mais souffre. De plus, lorsque vous voulez mettre des mots sur ce sentiment, il s’échappe, comme de l’eau dans un panier. Antonio insiste: « Je pense que personne ne me comprend. Seul celui qui l’a passé peut le comprendre.  » C’est de l’angoisse.

La peur :

Au contraire, la peur s’exprime d’une manière différente: inconfort dans l’obscurité, dans les ascenseurs, dans les souris ou dans les hauteurs. Tout a un dénominateur commun: l’objet de la peur est quelque chose (ou quelqu’un) réel ou fantasmé, mais concret et déterminé. Il peut être décrit et parfois joué.

Dans la vie quotidienne, nous trouvons des situations, des objets ou des animaux qui génèrent une sensation de malaise, notamment une tachycardie, une hypersudation ou une bouche sèche, etc. C’est la peur. Peur des ténèbres, des chiens, d’être enterré vivant, des cafards, etc. C’est un sentiment qui est parfois confondu avec le dégoût et qui éloigne ou du moins tente d’être tenté.

Panique :

La panique est une peur « en gros ». On pourrait dire que la panique est une double ou une triple ration de peur . Cela se produit en réponse à une situation ou à un fait qui apparaît de manière inattendue et dépasse toutes les attentes de l’individu; exemples: avant un tremblement de terre, un incendie, le débordement d’une rivière ou la sensation perdue dans une tempête de neige. C’est la panique. Par la forme de présentation (soudaine) et son intensité (massive) envahit toute la personne et paralyse parfois ou génère une réaction disproportionnée (se jeter par la fenêtre d’un sixième étage dans la panique d’être pris dans les flammes).

Les racines de la peur :

La peur est une expérience innée des animaux et des hommes. Nous avons peur parce que nous ne sommes pas tout-puissants, nous ne pouvons pas tout faire. Les dieux n’ont pas peur: ils se suffisent à eux-mêmes. L’homme dans la mesure où il est limité doit avoir peur de ne pas effectuer d’activités qu’il ne peut pas faire (voler, traverser le feu, courir à 300 km / h sur une autoroute, etc.)

Mais cela ne signifie pas qu’il est un lâche, mais qu’il est conscient de ses limites en tant qu’être humain.

La peur devient pathologique lorsqu’elle empêche le sujet de mener sa vie ordinaire . La peur nous rappelle donc une chose: que nous sommes humains.

La peur est toujours produite par la conjugaison de deux faits: la surévaluation de la situation concrète qui nous fait peur, ou bien parce que nous nous sous-estimons et nous considérons plus fragiles que nous et plus vulnérables . L’essence de la peur provient de notre insécurité et de l’hypertrophie de l’autre (situation, objet ou fantasme).

Il est également vrai que ces expériences se renforcent chaque fois qu’elles se produisent et prennent comme point de départ des expériences d’enfance d’impuissance ou d’abandon émotionnel, produisant des personnalités faibles très influencées par l’environnement, qui vivra toujours de manière hostile.

Mais il existe une peur ancestrale: la peur de disparaître. C’est précisément pour cette raison que nous pouvons trouver chez l’homme un type de peur de base, qui s’apparente au support de toutes les expériences ultérieures: la peur de la mort et la peur de la folie . Dans les deux cas, l’enjeu est l’autodestruction .

La mort est un voyage sans retour et la folie un labyrinthe où il nous est difficile de trouver une issue. Les deux situations se détériorent et invalident. Les deux situations entraînent le danger de l’annihilation (de la vie ou de la raison). Le reste des peurs (à la maladie, à la solitude, à la liberté, à la connexion, etc.) est comme une imitation de cette peur ancestrale.

Par conséquent, l’expérience de la peur est plus ou moins grave dans la mesure où elle nous rapproche du début de notre annihilation en tant que personne ou en tant qu’être doté d’une autonomie et d’une liberté de penser. Au fond de nous, avec des peurs, nous sommes toujours sur le point de nous faire être ou ne pas être.

Peur pathologique :

Josefina est une femme de 35 ans. Elle vient à la consultation parce que pendant des mois « elle a peur de traverser la rue ». Elle déclare: « Je ne peux pas rester seule à la maison et les espaces ouverts me submergent: mes jambes ne répondent pas et je ressens une sensation étrange et indescriptible. Je sais que c’est absurde, mais je ne peux pas m’en empêcher. Parfois, je dois attendre de traverser un feu tricolore quand il y a beaucoup de monde, car je me sens ainsi protégé « .

Josefina fait partie des milliers de personnes qui ont une « peur irrationnelle ». Cela n’a aucune logique et ne peut être compris. Mais l’expérience est là et même chaque jour elle devient plus forte jusqu’à ce que vous puissiez invalider le sujet (Josefina n’avait pas été capable de sortir dans la rue depuis des mois, pas même à l’achat!).

Les exemples peuvent être multipliés: ne pas pouvoir prendre le métro, ne pas pouvoir manger dans les lieux publics, ou tout simplement ne pas s’autoriser l’extraction de sang pour une analyse, etc. Ce sont quelques-unes des peurs qui peuvent nous envahir et même nous rendre incapables. Le sujet, dans ces situations, a tort pour deux raisons: il comprend l’absurdité de ces peurs, mais en même temps, il ne peut rien faire pour l’éviter .

Dans ces cas, l’origine tend à avoir des racines plus profondes: elle plonge dans le monde inconscient du sujet et le symptôme (peurs) ne serait que la partie visible de l’iceberg. En bref, ces expériences suggèrent un conflit inconscient qui n’a pas été résolu ni « transformé » en peurs actuelles (phobies).

Mécanismes de défense contre la peur :

La peur est une expérience désagréable et nous essayons donc tous de la neutraliser. Parfois de manière appropriée et parfois pas aussi en bonne santé que ce serait souhaitable.

L’un des moyens les plus courants de réagir à la peur consiste à la projeter sur quelqu’un d’autre . Ainsi, dans notre vie quotidienne, il est parfois difficile pour nous d’admettre nos peurs et nous indiquons que le voisin veut alerter le portail ou que notre fille de 18 ans ne veut pas prendre la voiture, ou simplement que le chômage nous submerge. ce que la famille va penser …

Peut-être que tout cela est vrai, mais pas toute la vérité. Nous aussi, nous pouvons avoir peur des vols, de l’accident de notre fille ou du fait que la perte de travail nous rend plus vulnérables et plus fragiles. Et cela est vrai car la réalité est polyédrique (elle a plusieurs visages) et tout dépendra de notre point de vue pour découvrir un aspect ou un autre.

Ce qui est également très fréquent dans une situation de peur est la paralysie physique et même mentale . Nous avons tous été «vides» dans tous les examens, sans possibilité de réponse. C’était un mauvais départ face à la peur de l’échec ou de l’examen. Ou aussi l’évitement: ne pas prendre l’avion quand ils nous effraient, ne pas communiquer avec les autres pour éviter l’angoisse que cela produit, etc.

Et enfin, nous devons signaler deux autres issues possibles face à la peur: le vol en avant ou l’attaque . Les deux impliquent un pas en avant et sautent le précipice de la peur. Les possibilités réelles ne sont pas valorisées et on ne songe qu’à sortir de cette impasse qui produit la situation de peur. Exemples: face à des voleurs armés (sans beaucoup de chances de succès) ou au risque de perdre tout l’argent pour continuer à investir, ou multiplier les contacts sans fin quand ce qui est craint la solitude, etc.

Clés pour aider à surmonter la peur :

« La peur », écrivait Antonio Gala, « ressemble à un puits (plus on lui prend de terres, plus elle grandit) et à l’obscurité (plus elles sont grandes, moins on en voit) ». C’est-à-dire que la peur augmente avec la peur. C’est pourquoi certaines personnes ont peur de la peur. Ils craignent leur propre peur. Nous indiquerons quelques clés pour que ce « puits » et cette « obscurité » s’atténuent, en particulier dans les plus petits:

# 1 .- La peur est inhérente à l’être humain :

Nous avons peur parce que nous sommes limités. Nous ne pouvons donc pas totalement bannir la peur de notre existence. On peut même dire qu’une certaine « portion » de peur est nécessaire pour pouvoir vivre. Une peur pathologique nous paralyse, mais l’absence totale de cette expérience nous mènerait à la sottise et au risque permanent.

# 2 .- La peur est surmontée avec la confiance de se sentir aimé :

Un climat de confiance est nécessaire. La peur n’est pas vaincue par le courage, mais par une éducation centrée sur la confiance et la sécurité qui découlent du sentiment d’être aimé et aimé pour ce que l’on est, et non par ce que l’on fait. Ici, la «contagion» est très forte: une famille craintive engendrera des enfants craintifs. Nous devrions même exprimer notre peur lorsque la situation l’exige. C’est bien que l’enfant perçoive que les personnes âgées ont aussi peur!

# 3.- Jamais ridicule qui a peur :

Une bonne recette consiste à expliquer des situations mystérieuses: le sens des tempêtes, une panne d’électricité, la mort d’un être cher, etc. Il serait même nécessaire de faciliter la participation de l’enfant aux situations qu’il craint: aller dans la chambre sans lumière, sortir dans la rue, etc. et surtout, ne ridiculisez jamais et ne méprisez pas les situations qui affectent l’enfant.

# 4.- Ne menacez pas quelque chose qui provoque la panique :

C’est une erreur d’essayer d’amener l’enfant à bien se comporter ou à étudier plus, sinon il y aura une mauvaise sorcière ou «l’homme faux». Ne jamais craindre ne sera un bon incitatif pour bien se comporter.

# 5.- Utilisez l’aide d’un professionnel si nécessaire :

Dans les peurs irrationnelles et invalidantes (par exemple, la peur de la peur), l’intervention d’un professionnel (psychologue, psychiatre) est nécessaire pour les surmonter.

Ici, la bonne volonté ne suffit pas, mais il est nécessaire de supprimer les racines les plus profondes de cette expérience.