VOICI POURQUOI L’AMOUR NE CONSISTE PAS SEULEMENT À TROUVER LA BONNE PERSONNE

Toute ma vie, personne ne m’a dit ce qu’était vraiment l’amour. Personne ne m’a jamais appris à quoi ressemblait une relation. Je n’avais que deux modèles.

L’un d’entre eux était mes parents, qui passaient au mieux leur temps à se chamailler ou à se tolérer.

L’autre était la culture populaire, dans laquelle une relation est décrite comme le plus grand bien entre deux personnes, le point final de l’histoire, le bonheur pour toujours.

Et entre ces deux modèles, il y avait un gouffre que seul l’amour pouvait soi-disant combler. C’était supposé se dérouler comme un sortilège et ensuite tout rendre facile, épanouissant, complet. Pour toujours. La pilule magique de l’amour.

C’est peut-être ainsi que cela fonctionne pour certaines personnes. Mais certainement pas pour moi. Et après avoir été ébranlé par l’épave d’une autre relation qui avait échoué, j’ai décidé de chercher l’amour. Ce n’est pas pour une personne: j’en ai assez essayé pour conclure sobrement que le problème ne concernait pas d’autres personnes, c’était moi. Mais pour une capacité en moi à aimer.

Et voici ce que j’ai appris: Tous les problèmes de relations sont historiques. Ils ont à voir avec l’un, ou généralement les deux partenaires, amenant les blessures du passé dans une interaction présente.

C’est le partenaire qui a été abandonné par sa mère alors qu’il était enfant, puis s’accroche à sa petite amie, ayant constamment besoin d’être rassurée sur le fait qu’elle ne le quittera pas, renforçant ainsi sa crainte de ne pouvoir être aimé.

Ou bien c’est l’homme qui a été étouffé et trop contrôlé par sa mère, qui en veut ensuite à sa petite amie, terrifiée à l’idée que si elle s’approche de trop près, elle va la sucer comme sa mère.

En d’autres termes, c’est tellement de peurs, de complexes et de projections que nous en chargeons une autre dès que l’amour commence à s’enraciner.

(En général, dans les relations hétérosexuelles, examinez la relation d’une personne avec le parent de sexe opposé pour déterminer son style d’attachement; pour les relations homosexuelles, considérez le parent de même sexe.)

Parce qu’il s’avère que l’amour n’est pas quelque chose à apprendre. C’est quelque chose que nous avons déjà et, ironiquement peut-être, nous devons désapprendre pour l’atteindre. Le but? Pour devenir, comme le poète et chanteuse Patti Smith me l’a dit dans une interview, «l’être humain pur que j’étais comme un enfant».

Ainsi, contrairement à ce que tant de personnes passent leur vie à croire, l’amour ne consiste pas à trouver la bonne personne. Il s’agit de devenir la bonne personne.

J’écris ce billet non pas pour partager quelques-unes des nombreuses choses que j’ai apprises sur le chemin de l’amour, mais comme conséquence d’une discussion avec le fondateur de mindbodygreen, Jason Wachob. Je lui posais des questions sur les titres possibles du livre. Pendant quatre ans, j’ai fait des recherches sur l’amour, les relations et l’engagement, et nous avons décidé de demander aux personnes qui connaissent le mieux: vous.

Alors, lequel de ces livres seriez-vous le plus enthousiaste à lire ou à acheter pour un ami qui en a besoin? Vérifiez-les ici.

Un titre de livre est comme une poignée. Cela permet à quelqu’un de porter facilement les cent mille mots qui y sont contenus. Savoir ce que vous voudriez le plus aborder et intégrer dans votre vie signifierait beaucoup et m’aiderait à résoudre une discussion avec l’éditeur.