14 Différences choquantes dans l’éducation des enfants, il y a 40 Ans et aujourd’hui

Les styles d’éducation ont beaucoup changé au fil des ans. Bien sûr, il y a des domaines où nous pouvons voir des améliorations significatives.

Par exemple, il y a 40 ans, il était acceptable de donner une fessée aux enfants ou de les élever pour qu’ils deviennent des adultes plus matures, responsables et indépendants.

Si les intentions étaient bonnes, les méthodes ne l’étaient pas. Aujourd’hui, des styles parentaux beaucoup plus sains se sont développés.

Malheureusement, tout changement comporte des aspects positifs et négatifs. Et pour être honnête, je ne suis pas sûr que l’évolution du style parental ait vraiment été un succès.

Nous transformons nos enfants en paralysés sociaux juste pour satisfaire notre propre ego.

Aujourd’hui, nous avons des enfants rivés à leurs écrans, qui ne savent plus jouer les uns avec les autres et qui ont d’énormes déficits d’apprentissage. Quel est donc le meilleur type d’éducation ?

Je vous laisse le choix.

  1. se salir
    Il y a 40 ans :

Oh, vous avez de la saleté partout. Je suis sûr que vous avez passé un bon moment. Changez vos vêtements et mettez-les tous dans la machine à laver.

Aujourd’hui :

Sortez et jouez, mais ne vous salissez pas. Oh… Et ne courez pas ou ne vous roulez pas sur le sol.

Ne sommes-nous pas en train de voler l’enfance de nos enfants ? Comment pouvons-nous espérer que les enfants apprécient les activités de plein air si nous leur imposons des règles complètement stupides ?

  1. terminer la plaque
    Il y a 40 ans :

Non, vous n’êtes pas autorisé à quitter la table. Finissez d’abord votre assiette et débarrassez-la ensuite.

Aujourd’hui :

Tu n’aimes pas ce que j’ai fait pour le dîner ? Alors, je vais te préparer autre chose. Que veux-tu manger ?

D’un côté, je suis contre le fait de forcer un enfant à finir son assiette, car je pense qu’il est capable de reconnaître s’il a encore faim ou non. D’un autre côté, je pense que c’est une grosse erreur de traiter ses enfants comme s’ils étaient des membres de la famille royale qui ont droit à tout.

  1. manger des sucreries
    Il y a 40 ans :

Vous avez de l’argent à dépenser ? Achetez-vous une sucette….

Aujourd’hui :

Il y a déjà 6 paquets de bonbons dans le panier – un de plus et c’est tout !

Dans le temps, il y avait des limites. Les enfants n’étaient pas gâtés. Aujourd’hui, nous faisons littéralement tout pour garder le moral de nos enfants. Petit à petit, nous devenons les esclaves de nos enfants.

  1. limiter le plaisir
    Il y a 40 ans :

Il est tard, rentrez chez vous. Tu ne peux pas rester dehors toute la nuit.

Aujourd’hui :

Allez, quittez les écrans et sortez jouer. Tu es pâle comme un fantôme.

C’est certainement la plus grande différence. Il y a 40 ans, il fallait forcer les enfants à rentrer chez eux. Aujourd’hui, il est presque impossible de les faire sortir de leur chambre. Ils sont prisonniers de la technologie.

  1. réagir à une punition
    Il y a 40 ans :

Ton professeur t’a puni, qu’as-tu fait de mal ?

Aujourd’hui :

Tu as été puni ? ! Demain, j’irai voir le directeur… Personne ne se comporte comme ça avec mon enfant.

Nous avons maintenant cette idée folle que nos enfants sont des êtres parfaits qui ne peuvent rien faire de mal. Nous les voyons comme des anges innocents qui sont punis injustement. En réalité, c’est souvent notre ego qui est blessé.

  1. la résolution des conflits
    Il y a 40 ans :

Tu t’es disputé avec Paul ? Eh bien, demain tu vas chez lui pour te réconcilier.

Aujourd’hui :

Paul s’est moqué de toi ? Alors j’appelle sa mère tout de suite !

Comme dans le point précédent, nous avons aujourd’hui tendance à parler et à agir pour nos enfants. Nous ne leur permettons pas d’être indépendants. De plus, nous ne leur apprenons plus à résoudre leurs problèmes.

  1. être poli avec les adultes
    Il y a 40 ans :

Si vous voyez un adulte, soyez poli et dites-lui bonjour.

Aujourd’hui :

Ne parlez pas aux inconnus.

Pour être honnête, le monde moderne est beaucoup plus dangereux que la société dans laquelle nous avons grandi. Donc, pour une fois, je donne la préférence à l’éducation moderne. Je suis d’accord avec l’idée qu’il ne faut pas parler aux inconnus.

  1. prendre soin de soi
    Il y a 40 ans :

Prenez soin de vous.

Aujourd’hui :

Envoyez-moi des SMS toutes les demi-heures.

Nous ne donnons pas de liberté à nos enfants et nous ne leur faisons plus confiance. Au contraire, nous projetons nos peurs et imaginons le pire. Au lieu d’apprendre à nos enfants à se défendre, nous leur imposons une pression malsaine.

  1. remplacer les jouets cassés
    Il y a 40 ans :

As-tu cassé ton jouet préféré ? Maintenant, tu vas apprendre à mieux prendre soin de tes affaires.

Aujourd’hui :

As-tu cassé ton jouet préféré ? Bien, demain nous irons en acheter un nouveau.

Que voulons-nous atteindre avec cette approche ? Sommes-nous en train de créer des adultes incapables d’assumer la responsabilité de leurs actes, ou essayons-nous de combler un vide que nous avons ressenti dans notre enfance ? Il est clair que le shopping permanent ne remplace pas l’amour et le temps consacrés aux enfants.

  1. être malade
    Il y a 40 ans :

Rémy a un peu de toux et le nez qui coule, mais je l’ai quand même envoyé à l’école.

Aujourd’hui :

Rémy a un peu de toux et le nez qui coule, donc il n’ira pas à l’école cette semaine.

Bien sûr, ce scénario s’applique en dehors de notre situation actuelle de pandémie – pensez-vous vraiment que votre enfant va souffrir parce qu’il va à l’école avec un peu de toux ?

Non, dès qu’il franchira les portes de l’école, il oubliera très probablement sa fatigue.

  1. se comparer aux autres
    Il y a 40 ans :

Je me fiche de ce que la mère de Loïc lui a donné. Ce qui m’importe, c’est son éducation et son comportement.

Aujourd’hui :

Si Loïc a eu ce cadeau pour son anniversaire, je te l’offre aussi.

La comparaison entre les enfants est tout à fait normale. Mais c’est à nous, en tant que parents, de fixer des limites saines. Nous ne pouvons pas tout donner à nos enfants. Et ce n’est pas sain de tout leur donner.

  1. recevoir une éducation
    Il y a 40 ans :

Si tu ne vas pas à l’université, tu vas passer ta vie à nettoyer des toilettes.

Aujourd’hui :

Si tu apprends ta leçon, papa/maman t’achètera tout ce que tu veux.

Autrefois, c’était clair : si l’enfant apprend, c’est pour lui-même, pour son avenir. Et si nous ne poussions pas un enfant qui ne veut pas apprendre à apprendre, mais lui disions qu’il a d’autres options : l’éducation ou le travail ?

  1. répéter
    Il y a 40 ans :

Je ne vous le dirai pas deux fois !

Aujourd’hui :

Calme-toi et mange. Calmez-vous. Mangez votre nourriture. Tu peux te calmer et manger. Tu m’entends ? Calme-toi et mange.

Pourquoi continuer à parler alors que les enfants n’écoutent pas ? Dans le temps, il y avait du respect. Aujourd’hui, élever des enfants est plus un test de patience qu’autre chose.

  1. culpabilité
    Il y a 40 ans :

Peu importe à qui la faute. Rangeons et nettoyons cette pièce tous ensemble.

Aujourd’hui :

Cours dans ta chambre et nettoie le désordre que tu as fait.

« Ce n’est pas ma faute » n’a jamais été une excuse valable quand j’étais enfant. Si quelqu’un faisait du désordre, tout le monde devait aider à le nettoyer. Aujourd’hui, nous avons tendance à pointer du doigt et à attribuer automatiquement des responsabilités. Mais comment pensez-vous que l’enfant se sent à ce moment-là ?