Comment empêcher votre enfant de vous manquer de respect ?

Les enfants testent souvent vos limites.

Ils vous poussent à la limite pour voir jusqu’où ils peuvent aller sans vous mettre en colère. Cependant, ils comprennent que vous essayez de contrôler leur comportement.

Ce qu’ils ne savent pas, c’est que c’est pour leur propre bien. Aux yeux de vos enfants, ces limites ou règles sont stupides et ne servent à rien.

Ils les empêchent simplement de s’amuser et de faire ce qu’ils veulent faire.

Et même si vous leur expliquez pourquoi des limites saines sont nécessaires, ils auront du mal à comprendre le message. Alors, avant de déprimer ou de laisser votre colère prendre le dessus, voici quelques conseils :

N’oubliez pas que la poursuite de votre relation avec votre enfant dépend de votre réaction, qu’elle soit positive ou négative.
Si vous êtes trop doux, le comportement incontrôlé de votre enfant peut s’aggraver. Si vous êtes trop strict, votre enfant se sentira sous pression, ce qui peut entraîner des problèmes de communication avec les autres plus tard.

Lorsque votre enfant se rebelle contre vous, ses émotions sont fortes, alors crier, menacer et dire des choses comme « Comment oses-tu, je suis ta mère » ne peut qu’aggraver la situation.

Les experts vous conseillent de prendre une grande respiration, de compter jusqu’à dix et de bien réfléchir pour savoir si ce que vous allez dire va réellement améliorer la situation.

La meilleure chose à faire est de dire que vous en parlerez plus tard, lorsque vous vous serez tous deux « calmés ». Bien sûr, vous devriez en parler plus tard. Sinon, votre enfant pensera qu’il s’agit de menaces vides et réagira de manière encore plus excessive.

Trouvez la vraie raison de leur colère.
La réaction des parents ne reflète pas toujours la situation actuelle – la véritable raison peut être autre. Il a peut-être des problèmes avec ses amis à l’école maternelle ou à l’école et s’en prend à ses parents.

Vous le remarquez lorsqu’il rentre nerveux de la crèche ou de l’école. Restez calme et posez une question directe : Est-ce que quelque chose est arrivé à l’école (maternelle) ? Si vous allez à la racine du problème, il sera plus facile de le résoudre.

Fixez des limites saines et raisonnables.
Votre enfant obéissant était bien élevé jusqu’à hier et aujourd’hui il vous dit : « Laissez-moi tranquille » ….. Il peut simplement répéter ce qu’il a entendu et ne pas se rendre compte qu’il se comporte mal.

Les enfants entendent souvent leurs amis parler à leurs parents et veulent les imiter, disent les psychologues. Dites-leur que c’est normal de dire qu’ils sont en colère ou fatigués ou qu’ils se fichent de ce qui se passe en ce moment.

Mais insister pour crier et être vilain n’est pas une option.

Faites en sorte que les conséquences soient claires.
Lorsque vous dites à votre enfant quels comportements et expressions sont inappropriés, expliquez-lui quelles seront les conséquences s’il dépasse les bornes.

Il peut s’agir de la perte de privilèges, de corvées supplémentaires, d’aller se coucher plus tôt, etc.

Informez votre enfant à l’avance des punitions possibles afin qu’il n’ait pas de surprise. Soyez cohérent, respectez les règles – c’est le seul moyen de montrer que vous êtes sérieux.

Faites attention à ce que vous dites et à la manière dont vous le dites.
Il est important d’être un modèle pour les jeunes enfants. Ils apprennent en imitant ce qu’ils ont entendu et vu, surtout à la maison.

Si les parents adoptent un ton brusque dans les conversations, ils penseront que ce comportement est normal. Essayez de traiter votre famille, vos amis et vos voisins avec respect, même si vous pensez que l’enfant n’est pas là (les petites oreilles ont tendance à tout entendre).

Louez leur gentillesse.
Veillez à ce que les félicitations ne restent pas sans réponse lorsque l’enfant est gentil, reconnaissant et poli. Vous montrez ainsi que vous appréciez son comportement et les petits se sentent bien quand ils voient que leur maman remarque qu’ils sont bons.

En réalité, les enfants veulent rendre leurs parents fiers. Mais ils n’ont pas encore la conscience morale pour les distinguer.

Ainsi, ce que vous considérez comme mauvais ou dangereux n’entre pas dans le spectre de la négativité pour eux. Pour eux, en effet, tout est un jeu.

Et les limites que vous fixez ne sont qu’un moyen de les empêcher de s’amuser. Prenez donc le temps d’expliquer pourquoi vous avez décidé de certaines règles.

Parlez aussi de la façon dont vous voulez qu’ils se comportent. Et surtout, parlez de ce qui pourrait arriver si vous ne respectez pas les limites.

Et je ne parle pas seulement des conséquences s’ils désobéissent. Je parle des conséquences réelles que, malheureusement, vos enfants risquent de subir.

Par exemple, si vous dites à vos enfants qu’ils ne peuvent pas se coucher après 21 heures, expliquez-leur que s’ils se couchent trop tard, ils ne pourront pas se lever le lendemain matin pour aller à la piscine avec leurs amis car ils seront déjà partis.

Ou si vous ne les autorisez pas à faire du vélo sur la piste forestière près de votre maison, dites-leur qu’ils risquent de se casser la jambe et de passer la nuit là parce qu’il n’y aura personne pour voir l’accident et appeler maman ou l’ambulance.