23 femmes partagent les drapeaux rouges pour identifier les hommes « fous ».

1. Il a des bagages

J’ai récemment commencé à parler à un nouveau mec, je lui ai envoyé un texto pour lui dire que j’allais rentrer chez moi, me changer, récupérer ma voiture et que je serais là. Et il a flippé en disant « omg si c’est une telle corvée alors ne sors pas » suivi de « tu essayes probablement de gagner du temps pour baiser ton ex » et puis d’autres déclarations. Remarque : ça fait une semaine qu’on se parle et jamais un seul de ces problèmes n’a été soulevé. Donc, oui, drapeau rouge qu’il est probablement fou.

2. C’est vrai, elles sont toutes folles

Quand il dit que toutes ses anciennes petites amies sont folles.

3. Mais on se connaît à peine

Quand les gars parlent d’un avenir avec moi au premier ou au deuxième rendez-vous. C’est arrivé plusieurs fois maintenant. Je mentionne avec désinvolture que je veux déménager à New York un jour et ils froncent les sourcils et disent : « Oh, mais je ne veux pas. On ne peut pas déménager à X à la place ? » ou parler de la façon dont nos bébés seraient mignons.

4. Quel connard

Il m’a demandé de faire un paiement minimum sur son relevé de carte de crédit… Les finances avaient été difficiles ce mois-là. Nous étions sortis trois fois ensemble. J’avais 20 ans. Il en avait 30. Wtf. Non.

5. What a weirdo

Quand il se présente à ton travail sans prévenir et que tu le connais à peine.

6. Si elle va te tromper, elle ne dira pas avec qui elle est.

S’il est très mal à l’aise avec le fait que j’ai des amis masculins.

Un de mes ex a rompu avec moi parce que j’avais fait un SIDE HUG à un ami masculin. Il m’a supplié de revenir le lendemain, mais j’ai fui comme le vent.

7. Mais cela vaut pour tout le monde

Les mecs qui veulent faire l’amour sans préservatif. « Je vais me retirer. » ou « Je n’ai pas de maladies, je le jure. » ne sont PAS convaincants. Je suis désolé, mais tu réalises que c’est comme ça que les gens tombent enceintes et attrapent des MST, non ? Les mecs qui veulent faire l’amour sans préservatif me font instantanément dégager de là.

8. Les hommes peuvent être obsessionnels

J’ai connu ce type, que nous appellerons Adam, au collège, mais nous sommes devenus amis vers notre première année. Nous avions quelques cours ensemble et nous sortions après l’école en groupe avec d’autres amis communs, dont mon petit ami de l’époque. Un jour, à l’improviste, j’ai reçu un SMS d’Adam.

Dans ce texte, Adam m’avoue son amour pour moi. Nous n’étions pas si proches en tant qu’amis, nous ne traînions jamais seuls. Je ne crois pas lui avoir donné une raison de penser que j’avais ce genre de sentiments pour lui. Je lui dis que même si je suis flattée, je n’éprouve pas les mêmes sentiments. J’essaie de le laisser tomber en douceur. Adam le prend mal, il m’évite en classe et arrête de traîner avec nos amis. Après un mois environ, les choses reviennent à la normale.

C’est là que les drapeaux rouges apparaissent. Je commence à recevoir des fleurs chez moi. Elles sont d’Adam. Après la quatrième livraison, j’appelle le fleuriste et lui demande de ne plus m’envoyer de fleurs. Puis je reçois des enveloppes pleines de pétales déchirés. Un jour, je rentre à la maison et il y a une boîte de roses sur mon lit. Lorsque je demande à mon père s’il les a apportées dans ma chambre pour moi, il me répond que non. Nous vérifions toutes les portes et fenêtres, et le loquet de ma fenêtre est cassé. Adam s’est introduit chez moi. Nous avons appelé les flics, mais sans preuve que c’était vraiment Adam, rien n’a vraiment été fait. Mon grand frère prend les choses en main et menace Adam, et les choses se calment pendant un moment.

Aujourd’hui, 7 ans et une ordonnance restrictive plus tard, je reçois encore de temps en temps des fleurs et des lettres à la maison de mes parents. Toutes envoyées anonymement, mais nous savons tous que c’est Adam.

9. Cela ressemble à un abus émotionnel

Je n’ai pas vu les drapeaux rouges. Je les vois avec le recul, mais je ne m’en suis pas rendu compte à l’époque parce que j’étais tellement excitée qu’un garçon me remarque enfin. J’étais une fille de 17 ans douloureusement timide et un tout petit peu maladroite et un garçon de 23 ans m’a remarquée et m’a aimée ! Wow ! Je suis tombée amoureuse rapidement et je suis tombée amoureuse à fond. J’ai maintenant 22 ans et la relation est enfin terminée pour de bon après des années de vie commune, puis de couple par intermittence et pendant tout ce temps, il était extrêmement manipulateur et abusif. Ce n’est qu’à la fin de la relation que j’ai réalisé tous les signaux d’alarme que j’aurais dû voir. J’aurais dû m’en sortir plus tôt. Mais j’étais jeune, naïve, peu sûre d’elle et amoureuse… et j’ai mentionné que j’étais terriblement, terriblement peu sûre d’elle.

  •  Le truc de l’âge. 17 et 23 ans ? Je ne dis pas que ça ne peut pas marcher et être sain, mais ce type était ravi d’avoir une petite fille de 17 ans. Remarquez, j’ai l’air d’avoir 15 ans maintenant, alors à 17 ans, j’avais l’air d’un enfant. Il adorait ça. Bien sûr, certains gars aiment les petites filles jeunes, mais lui était obsédé par l’idée que je sois si jeune. Quand on faisait l’amour, il me demandait toujours mon âge et s’amusait de me voir si jeune. Effrayant.
  • Obsédé par le sexe depuis le début. Là encore, cela peut être tout à fait normal. Si c’est ce que les deux personnes veulent. Mais nous nous étions rencontrés en ligne et je me souviens avoir spécifiquement dit que j’étais intéressée par une relation plus sérieuse, pas d’aventures d’un soir ou d’échanges entre amis. J’étais également vierge et je lui ai dit que je voulais y aller doucement. Nous parlions depuis quelques semaines, mais j’ai couché avec lui la première fois que nous nous sommes rencontrés… environ deux heures après l’avoir rencontré. Je ne lui fais pas porter tout le chapeau, loin de là. Il ne m’a pas retenue et ne m’a pas forcée. Mais je me souviens m’être sentie si sale et affreuse après coup. En fait, je pense que ça pourrait être considéré comme un viol par un inconnu. Je ne sais pas. J’ai dit non plusieurs fois, mais il a continué à insister et finalement, on a fait l’amour. Je ne dis pas qu’il y a quelque chose de mal à avoir une forte libido ou à coucher avec quelqu’un peu après l’avoir rencontré. C’est cool. Mais ce gars était si pressant à ce sujet. C’était la seule chose à laquelle il pensait, même si je disais que j’étais intéressée par une relation de ce genre. C’est devenu un problème plus tard. J’étais obligée de faire l’amour avec lui à CHAQUE fois qu’on se voyait. J’avais une libido assez élevée mais merde, parfois tu as mal au ventre ou tu n’en as pas envie ou tu as tes règles et tu n’aimes pas le sexe pendant les règles ! Est-ce que ça compte ? Non. Il me réprimandait et me chassait de chez lui si on ne faisait pas l’amour. Et si on faisait l’amour… comme je n’en voulais pas vraiment, j’étais un peu, euh… plus sèche en bas. Donc il était énervé. Et bien sûr, c’était totalement ma faute si mon corps faisait ça. C’en est arrivé au point que si j’avais mes règles ou autre, j’inventais des excuses pour qu’on ne se voie pas. Je suppose qu’on peut considérer celle-ci comme plus égoïste dès le départ. Je ne sais pas, peut-être un peu des deux. Il était aussi obsédé par le porno et avait une perception biaisée de ce qu’était le vrai sexe. J’ai découvert plus tard qu’il n’avait couché qu’avec deux filles avant moi et les deux étaient des coups d’un soir. Il m’a dit qu’elles étaient d’horribles salopes hideuses. Il n’avait absolument aucune idée de ce qu’était le sexe sain, bon et réel. Il pensait que le sexe dans le porno était la vraie vie.
  • Tout était de ma faute, rien n’était de la sienne. Il avait toujours raison et j’avais toujours tort. Il y avait les trucs sexuels. Si le sexe n’était pas génial une fois, c’était ma faute. Si je n’arrivais pas à mouiller, c’était ma faute. Si j’avais mal pendant le sexe, c’était ma faute. Pas question de faire plus de préliminaires, de changer de position, ou de faire des pauses. Non, c’est ma faute, je suis une salope sans intérêt. La circulation est mauvaise ? Il me criait dessus. Je ne valais rien, tout comme mes opinions. Je lui ai suggéré de ne pas prendre cette route, elle sera très fréquentée aux heures de pointe. Il la prenait et bien sûr, c’était occupé. Tout est de ma faute. Sors et marche, stupide salope. Que ce soit une petite ou une grosse chose, c’était ma faute, j’avais tort. Il lisait des trucs ridicules sur Internet et en tirait des idées folles et incorrectes. Il était obsédé par des trucs comme /r/mensrights et /r/theredpill, surtout TRP. Je n’étais pas d’accord avec l’une de ses déclarations, théories ou autres, et non seulement j’avais tort, mais en plus ça le mettait hors de lui, ce qui nous amène à…

La colère ! Putain de merde. Les plus petites choses l’énervent. Et je veux dire qu’elle le mettait hors de lui. Je me souviens être entré dans un restaurant/bar une fois, il y avait beaucoup de monde. Nous allions voir un film plus tard et nous étions à court de temps. Il n’y avait pas de places au bar et il y avait environ une heure d’attente pour le restaurant. J’ai suggéré d’attendre que quelques personnes quittent le bar, d’aller manger ailleurs ou d’attendre de manger après et peut-être de prendre une collation à emporter dans le film pour nous dépanner. Oh, j’avais tort et c’était des idées stupides. Il faisait les cent pas dans le bar, furieux, jurant et criant, à la recherche de sièges vides. J’étais mortifiée et terrifiée. Il a attrapé mon bras et nous sommes partis. Tout ça pour ne pas pouvoir prendre une bière et de la nourriture de bar avant un film. Même les plus petites choses le mettaient hors de lui, comme faire tomber une putain de chips sur le sol, et il piquait une colère et criait. J’avais peur de lui, il s’énervait pour les plus petites choses. Et si quelque chose d’important arrivait… …..fuck.

Il va trop loin dans les blagues. Encore une fois, c’est une de ces choses constantes. C’est une chose de taquiner les gens, mais il y a des limites à ne pas franchir. Comme je l’ai dit, j’étais très peu sûre de moi (c’est ma faute), mais il me taquinait sans cesse à propos de certaines choses et en venait à dire des choses vraiment méchantes au lieu de faire des blagues. Je peux supporter une blague. Bien que peu sûr de moi, j’ai la peau dure. Je peux supporter beaucoup d’insolence et de sarcasme. Il est allé 50 fois trop loin, tous les jours. Ça et les blagues et faire des blagues aux étrangers. Ce n’est pas qu’il manquait de filtres sociaux, c’est qu’il choisissait de les ignorer parce qu’il trouvait ça drôle. Il admettait ouvertement qu’il était méchant, et disait qu’il aimait ça et trouvait ça drôle.

Tu ne peux pas voir tes amis. Je n’ai pas d’amis. J’ai toujours mes anciens amis, mais je les vois très rarement. Il ne m’a pas laissé faire. (D’accord, je l’ai laissé me faire ça, mais comme je l’ai dit, le fait d’être jeune, stupide, entichée et peu sûre de soi y a contribué). Il se mettait tellement en colère contre moi si je choisissais de voir ses amis plutôt que lui. Même si je l’invitais aussi. Il s’énervait et menaçait de rompre si je passais du temps avec mes amis. C’était soit rester seule à la maison (pendant qu’il sortait), soit être avec lui. Sinon, il se mettait en colère. Ce qui nous mène à….

Refus de rencontrer des amis/laisser les amis vous rencontrer. Nous sommes restés ensemble environ 2 ans et demi avant que je ne rencontre enfin ses amis. Pendant tout le temps où nous étions ensemble, il a refusé de rencontrer mes amis ou ma famille. Ça m’a causé beaucoup de problèmes avec les gens que je connaissais : « Putain, pourquoi ton petit ami ne vient pas ? ?? ». Et comment expliquer une chose pareille aux gens que vous aimez à propos de quelqu’un que vous aimez ? Il n’a même jamais donné d’explications.

Deux poids, deux mesures. Toute la journée, tous les jours. Il sortait et buvait beaucoup avec ses amis, garçons et filles. Je n’en avais pas le droit, surtout pas avec des gars. Il buvait beaucoup, mais si je buvais, j’avais un problème. Il se mettait en colère si je sortais avec des amis, mais lorsque je remettais en question sa relation avec une de ses amies, il me plaquait contre un mur et me disait « comment oses-tu remettre en question ma fidélité envers toi ? Je ne répondais pas à un appel téléphonique/un texto dans l’heure qui suivait et « va te faire foutre, salope sans valeur ». Puis il passait des jours sans me parler ou répondre.

Quelque chose d’important à discuter… seulement des textos. Ouais. Et ce n’était pas parce qu’il s’exprimait mieux par écrit qu’oralement. Non, il ne voulait juste pas me voir pleurer ou être bouleversée par quelque chose qu’il aurait dit. Il rompait constamment avec moi par texto et abordait des choses super importantes par texto. Pas pour éviter la confrontation, pas parce qu’il pouvait mieux l’exprimer, mais pour sa facilité et pour ne pas avoir à faire face aux conséquences. Certaines choses sont mieux dites en personne, mais il n’a jamais eu la décence de le faire. Il m’a dit que si je pleurais, il se sentirait coupable et qu’il « ne voulait pas s’occuper de cette merde ». J’ai d’abord supposé qu’il était plus à l’aise pour parler de cette façon puisqu’il était un peu introverti. Alors un jour, j’ai eu peur d’être enceinte et je lui ai dit par texto. Et oh merde, c’était la mauvaise chose à faire parce que « pourquoi tu me dis un truc pareil dans un texto ? ?? ». Encore une fois, deux poids deux mesures.

La communication. Cet enfoiré avait des capacités de communication épouvantables.
Je pourrais probablement penser à un millier d’autres mais ça a été assez long. Certains d’entre eux semblent assez énormes maintenant que je l’écris, mais à l’époque, c’était si subtil et ça s’est passé si lentement. C’était des petites choses qui s’accumulaient. Par exemple, au début, il ne voulait tout simplement pas rencontrer mes amis. Bon, d’accord, la relation est encore récente, on y va doucement. Mais 4 mois se sont transformés en 6 mois, puis en un an, puis en deux ans et ainsi de suite. C’est comme ça que c’était. Très subtil au début. Et bien sûr très situationnel. Mais ce genre de petites choses peut être éclairci par la communication. Ce qui lui manquait cruellement. Si je lui avais demandé pourquoi il ne voulait pas rencontrer mes amis, il se serait vexé et aurait dit que je l’accusais de certaines choses. Une personne normale et en bonne santé aurait dit « Je ne suis pas encore prêt pour cette raison xyz, voyons où nous en serons dans quelques mois ». Pas lui, pas de planification pour l’avenir, et aucune considération pour mes sentiments ou mon bien-être. Tout cela semble tellement évident maintenant, mais il était très manipulateur et me poussait à remettre en question mes sentiments d’incertitude, à me sentir coupable et honteuse de mes soupçons et à douter de mes instincts…

10. C’est un assez gros drapeau rouge

Quand il ne m’a pas laissé porter des shorts parce que « personne ne devrait pouvoir voir ça à part moi ». Malheureusement, ça ne m’a paru fou/possessif qu’après la fin de la relation.

11. Un arriviste

Un signal d’alarme pour moi est un homme qui ne sait pas comment fixer des limites avec sa famille. Quelqu’un qui ne sait pas se défendre contre sa famille, qui laisse sa mère contrôler sa vie et qui essaie de vivre dans les pas de son père au lieu de tracer sa propre route.

12. Si tu répètes ça en pensant que ça va marcher, tu es fou.

J’étais avec un groupe d’amis dans un bar en train de se saouler et vers la fin de la soirée, tout le monde est parti sauf un de leurs amis que je venais de rencontrer ce soir-là. Il nous a commandé un autre verre et je suis resté à contrecœur. Puis il m’a demandé de revenir chez lui et je lui ai dit non. Il m’a demandé encore et encore, puis a commencé à dire : « Ce n’est pas comme si j’allais te violer ». Il a répété ça encore et encore et je me suis barré et je suis parti.

13. On peut devenir vraiment bizarre, hein ?

Il y a une fine limite entre un béguin et en faire trop. Je suis flatté si tu as un faible pour moi, mais il y a une bonne et une mauvaise façon de s’y prendre. J’ai deux exemples particulièrement étranges.

J’ai rencontré ce type au lycée alors que je sortais avec mes amis. Il nous a toutes ajoutées sur Facebook, et n’a rien dit à aucune d’entre nous pendant environ un an. Puis une nuit, mon amie Valérie a reçu un message de chat de sa part disant, « Hey Vince, qu’est-ce qui se passe ? » Elle a répondu pour lui dire qu’il avait cliqué sur son nom à la place. Il a répondu : « Oh, désolé. J’essayais de faire ça rapidement. Mais pendant que vous êtes là, comment va xAnDeinerSeitex ? Est-ce qu’elle va bien ? Est-ce qu’elle voit quelqu’un en ce moment ? » Valerie lui a dit qu’il devrait peut-être me parler. Il m’a alors envoyé un message disant : « Je ne veux pas être si effronté, mais tu es la fille la plus incroyable, la plus renversante que j’aie jamais vue. Et tes lunettes sont tellement sexy. » Je l’ai balayé d’un rapide « merci », parce que je n’étais pas intéressée. Quelques mois plus tard, il a aimé plusieurs de mes photos et m’a envoyé un autre message : « Tu es de plus en plus mignonne à chaque fois que je te vois ! ».

Il y avait aussi un autre gars avec qui j’avais été amie en vrac au collège et avec qui j’ai repris contact au lycée. Il avait le béguin pour moi, mais je ne lui ai pas rendu la pareille et j’ai commencé à sortir avec un autre gars quelques mois après que mon « ami » et moi ayons repris contact. Il était hystérique, me criant dessus pour me dire que j’étais une salope et que ce type était une ordure. Il m’a ensuite appelée à 3 heures du matin un soir d’école pour me dire que je perdais mon temps et que personne ne m’aimerait jamais comme lui, et que le type que je voyais devrait « faire attention ». Il n’a rien fait d’autre que de m’appeler quelques fois de plus, et il a arrêté quand je lui ai dit que je ferais intervenir les flics pour harcèlement s’il m’appelait encore une fois pour me menacer vaguement.

14. Merde !

Tu me complimentes trop. Je comprends que tu veuilles me complimenter, mais une phrase sur deux et je commence à me dire « Peut-être que ce type est un peu bizarre » et ça devient de pire en pire au fur et à mesure que ça dure.

15. Si tu dois dire ça, c’est que tu n’es probablement pas un mec sympa.

« Je suis un mec sympa, les filles veulent juste sortir avec des connards. »

16. Ne soyez pas possessif

S’il ne fait confiance à personne et essaie de vous séparer de vos amis proches et de votre famille, il est probablement fou.

17. Vraiment complètement fou

S’il entre dans le système scolaire et passe d’innombrables heures à regarder les photos des élèves pour trouver ton nom, juste pour pouvoir t’ajouter sur Skype, alors il est probablement fou, crois-moi. Oh et s’il trouve ton facebook, devient ami avec tes amis pour avoir ton numéro de téléphone et t’envoie des messages toutes les quelques heures, tu peux parier qu’il est fou. (C’était deux personnes différentes.)

18. Si vous avez réponse à tout

Je suis sortie avec un sociopathe (ok, il était probablement un psychopathe à part entière) et ce qui est troublant dans cette expérience, c’est qu’il a déclenché une TONNE de drapeaux, mais chaque question que j’ai posée a reçu une réponse suffisamment plausible ou a été détournée si habilement que j’ai douté de mon instinct.

C’est donc devenu mon nouveau drapeau rouge : les hommes qui ont toujours une réponse toute prête à chaque question ou scénario, ou qui détournent/redirigent la conversation de telle sorte que vous semblez avoir tort de poser des questions en premier lieu.

19. Personne n’a le temps pour ça

Me comparer constamment à sa mère. C’est sûr que ça va devenir une névrose bizarre au bout d’un moment et que personne n’a le temps pour ça.

20. « Epitome d’un loser pathétique »

Stade 20 du statut d’accrochage. Il trouve toujours une excuse pour venir, même après que je lui ai dit non. Il se présente quand même à ma porte, et comme par hasard, il est là pour le dîner, ce qui lui donne une excuse pour que je lui fasse à manger. Ce garçon avait 27 ans et est l’exemple même du loser pathétique. Pour faire court, la police a dû intervenir et une ordonnance restrictive a été déposée.

21. Il a des complexes

Si un homme parle constamment d’autres femmes ou de ses ex-copines, je m’inquiète. Si un homme qualifie toutes ses ex de salopes, de putes ou de putains, je m’en vais.

22. Un alcoolique

Épargnez-vous beaucoup de souffrance et de chagrin d’amour, s’il se réveille le matin et commence à boire, puis continue à boire toute la journée, fuyez loin et ne vous retournez pas. Vivre avec un alcoolique est le pire des cauchemars que je ne souhaite pas à mon pire ennemi.

23. Ce n’est pas très gentleman

Un type que je fréquentais par hasard me ramenait à ma voiture après une soirée passée avec des amis. J’ai un peu tourné en rond car c’était un quartier que je ne connaissais pas bien et les rues à sens unique m’ont déstabilisé. Après avoir emprunté deux rues sans trouver ma voiture, il s’est arrêté en colère et m’a dit de sortir. À 2 heures du matin. Au milieu du centre-ville de Los Angeles.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121