3 questions à se poser avant d’entamer une relation amoureuse

« L’amour n’obéit pas à nos attentes, il obéit à nos intentions. » ~Lloyd Strom

Récemment, j’ai fait quelque chose de radical ; je me suis engagé dans une relation avec l’intention d’étendre l’amour. J’ai consciemment fixé l’objectif de la paix.

C’est avec l’intention d’expérimenter plus de paix que jamais que la relation a commencé, et c’est avec cette même intention que nous avons décidé de mettre fin à la relation. Au milieu de tout cela, je me suis sentie profondément connectée, écoutée et aimée.

Qu’est-ce que j’ai fait différemment cette fois-ci qui m’a permis de connaître un nouveau niveau de paix et d’amour ? Qu’est-ce qui, dans cette relation, a créé l’espace nécessaire à une « rupture » pacifique ?

Contrairement aux autres relations que j’ai eues et qui semblaient m’enfoncer encore plus dans la peur, cette relation a fait tout le contraire : elle m’a aidé à m’en libérer.

Quoi que j’aie fait de différent avec cette relation, je voulais le mettre en bouteille ! En prenant le temps de réfléchir, j’ai réalisé que ce que j’ai fait différemment se présente sous la forme de trois questions simples et miraculeuses que je me suis posées avant même d’entrer dans la relation.

Les trois questions ci-dessous m’ont aidé à m’éloigner des relations craintives basées sur l’obtention et le remplissage des vides que je percevais et, au contraire, m’ont aidé à entrer dans une relation basée sur l’amour et construite sur l’extension de l’amour et de la complétude que j’ai trouvés en moi en premier.

Et quelle différence ce changement a fait dans mon expérience !

La prochaine fois que vous vous sentirez prêt à rejoindre quelqu’un dans une relation (ou même une amitié), posez-vous d’abord ces questions :

1. Quel est l’objectif de cette relation ?

Dans le passé, je me lançais dans des relations sans avoir d’intention réelle au départ. Je voulais de l’attention et que quelqu’un me prouve que j’étais aimable. Je voulais obtenir plus que ce que je voulais offrir. J’étais motivée par les peurs de l’ego et le désir de combler les vides que je percevais.

Pour dépasser ces peurs de l’ego, il faut s’arrêter et se demander : « À quoi sert cette relation ? »

Sans un objectif clair fixé au début, il est facile de se perdre et de rester bloqué dans un endroit craintif. Ainsi, avec ma dernière relation, nous avons décidé que notre objectif serait la paix, et que nous voulions nous aider mutuellement à nous souvenir de la vérité sur nous-mêmes au lieu de nous perdre dans les illusions sur nous-mêmes. Quel est le but de cette relation ? Pour prolonger la paix.

Et cela fait toute la différence. Lorsque vous vous trouvez en désaccord, vous pouvez vous rappeler que votre objectif est la paix et agir en conséquence.

L’intérêt de fixer un objectif à l’avance est qu’il vous permettra de traverser les moments difficiles. Sans objectif, il est facile de se laisser prendre par la volonté de l’ego d’avoir raison ou de se justifier. Avoir un objectif commun en tête vous permet d’avancer ensemble au lieu de travailler l’un contre l’autre. Dans ma dernière relation, j’ai découvert qu’un objectif commun nous reliait et nous permettait de nous concentrer sur quelque chose.

2. Quelles sont les croyances limitatives qui m’empêchent de me connecter de manière authentique ?

Souvent, lorsque nous ne faisons pas l’expérience de ce que nous disons vouloir, c’est parce que nous avons une peur sous-jacente associée à son obtention.

Par exemple, si vous dites que vous voulez vivre une relation profondément amoureuse et que cela ne s’est pas encore produit, c’est peut-être parce qu’au fond de vous, vous en avez peur. Je sais que pour moi, j’ai dit que je voulais avoir une relation amoureuse, mais quand j’ai été honnête avec moi-même, j’ai réalisé que j’avais en fait peur de tomber amoureux.

Quelque part, j’ai décidé qu’être amoureuse me rendrait faible et vulnérable. En allant encore plus loin, j’ai remarqué que j’avais la conviction que je n’étais pas encore assez bien pour être aimée. Je ne pensais pas être assez mince, avoir assez de succès ou être assez drôle, et au fond de moi, j’avais peur que les autres le découvrent aussi.

Alors que faire quand on réalise qu’on a peur de ce qu’on veut ? Que faites-vous de la croyance que vous n’êtes pas assez bien ? Vous devenez simplement prêt à aller au-delà de vos peurs. Souvent, la prise de conscience de nos schémas de peur est suffisante pour les libérer.

Parfois, je me dis même : « J’entends ta peur, mais je ne vais pas te laisser déterminer mes actions en ce moment. » Un pouvoir personnel instantané.

Cela vous ouvre la voie pour dépasser les croyances limitatives que vous portez sur vous-même. La vérité est que vous êtes suffisamment bon en ce moment même. Il n’y a rien à prouver. Devenez curieux de vos croyances et de vos comportements. Invitez-les à entrer, remettez-les en question, et regardez-les s’évanouir.

3. Est-ce que je me concentre sur le contenu ou sur le cadre ?

Les relations fondées sur la peur commencent souvent par une forte attirance pour un corps. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais il m’est arrivé de me laisser entraîner dans des relations parce que le cadre était beau. Je ne faisais pas attention au contenu, c’est-à-dire à l’esprit.

Mais en fin de compte, il est important de se rappeler que l’on entre toujours en relation avec un esprit. Si le contenu n’est pas engageant et excitant, revenez à la première question : A quoi cela sert-il ?

Lorsque nous nous concentrons sur le contenu et non sur le cadre, nous libérons simultanément nos attentes et nous nous permettons de faire l’expérience de la paix et de l’amour d’une manière que nous n’aurions jamais cru possible. Le cadre changera, mais une connexion durable et satisfaisante commence et se termine avec le contenu, et non avec les étiquettes et les vêtements que nous plaçons autour.

En fin de compte, au sein des autres, vous pouvez soit vous perdre, soit vous souvenir de vous-même, car d’un point de vue spirituel, chacun est un reflet de vous-même. Et avec cette idée, les relations deviennent un dispositif d’enseignement miraculeux.

Vous décidez si vous voulez de la peur ou de l’amour en fonction de l’intention que vous avez fixée au départ. Je me suis à la fois perdue et retrouvée dans mes relations, mais je préfère la seconde.

Les trois questions ci-dessus vous permettent d’ouvrir la porte à une relation basée sur l’amour.

En fixant un objectif de paix, en acceptant de dépasser nos croyances selon lesquelles nous ne sommes pas assez bons et en nous concentrant sur le contenu, et non sur le cadre, nous pouvons faire l’expérience d’une connexion profonde et de la confiance, qui est peut-être l’une des choses les plus miraculeuses que vous puissiez partager avec un autre être humain.