4 façons dont la maladie mentale a un impact négatif sur les amitiés (et 4 façons dont elle aide)

La maladie mentale amène souvent les gens à se sentir seuls et déplacés. Cela peut nous pousser à isoler ou à agir de manière à effrayer et à dérouter nos proches. Notre humeur, nos comportements et notre apparence peuvent changer en fonction de nos pensées et de nos sensations corporelles, ce qui nous rend difficile à comprendre.

Les relations avec les autres, en particulier avec nos amis, sont un aspect majeur de notre vie sur lequel la maladie mentale a des conséquences. Ces personnes importantes dans nos vies nous voient à notre meilleur et endurent à notre pire. Ma condition spécifique nuit gravement à ma capacité à nouer et à entretenir des amitiés saines et stables, et je me sens souvent inattaquable. Heureusement, j’ai rencontré des gens formidables qui continuent de me montrer que ma maladie mentale ne me fait pas seulement souffrir de douleur royale, mais aussi d’un être humain décent et d’un véritable ami.

Voici quatre façons dont ma maladie mentale a un impact négatif sur mes amitiés (et quatre autres choses qui les rendent meilleures):

Négatif: Parfois, ma maladie mentale me pousse à attirer l’attention.
Je crains d’être abandonné et je méprise être seul. Malheureusement, cela me fait parfois agir de manière à attirer l’attention, en particulier de ceux que j’aime. Parfois, j’essaie de minimiser mes pensées sombres, mais en espérant que les astuces attireront les gens. D’autres fois, j’essaie des choses scandaleuses et impulsives pour m’assurer que tout le monde me voit et m’entend fort et clair. J’apprends que ces singeries se retournent souvent contre elles ou les repoussent au lieu de les attirer. Même s’il est difficile de changer ces comportements enracinés, je travaille dur pour améliorer mes meilleurs amis et moi-même.

Je sais ce que ça fait de se sentir seul et de ne pas se soucier du monde… et ça craint. Je ne veux plus jamais que les personnes que j’aime ressentent cette douleur dans leur cœur et ce vide dans leur poitrine. Je laisse donc mon téléphone allumé, même tard dans la nuit. Je réponds à tous les messages, même ceux qui semblent idiots et n’ont pas besoin de réponse. Je ne refuse jamais un ami qui a du mal à s’exprimer ou qui a envie de sortir, et je ne m’en vais pas quand quelqu’un a des nouvelles passionnantes à partager. Tout le monde mérite du temps et de l’attention. Heureusement, j’ai l’oreille et une voix quand ils cherchent une validation ou un conseil.

Négatif: Parfois, mon trouble me fait dire des choses que je ne veux pas dire.
Je me bats contre la pensée noir et blanc et je me divise presque tout le temps. Alors, je m’énerve quand je me sens en colère; Je suis sur la défensive quand je sens une menace. Je jette une ligne avec l’intention de percer le cœur, espérant que ma douleur s’atténuera si je la passe à un autre hôte. Ces réactions enfantines m’aident rarement à me sentir mieux. En fait, ils me laissent presque toujours un sentiment pire. Je trouve lentement le moyen de vérifier les faits lorsque je sens mes émotions dans la zone rouge et d’essayer de rediriger mes émotions intenses vers des techniques d’adaptation saines.

Positif: Mais, la plupart du temps, ce trouble me fait montrer à quel point je me soucie réellement de moi.
Tout comme les émotions négatives me submergent, les émotions positives me consomment aussi. Par conséquent, j’aime profondément et montrer mon amour et ma préoccupation pour mes amis dans tout ce que je fais. Je vérifie que mes amis vont bien chez mes amis, surtout ceux que je connais qui se poussent à paraître forts pour tout le monde. J’envoie des petites cartes et des pick-me-ups pour des occasions spéciales et juste parce que. Je fais des câlins géants et dis souvent «je t’aime». Je voyage près et loin pour voir mes amis les plus proches et être avec eux dans les bons et les mauvais moments. Si j’ai une certitude, c’est que les gens sachent à quel point je me soucie de moi.

Négatif: Parfois, ma maladie mentale me pousse à trop m’accrocher.
À cause de mon histoire et de mes pensées irrationnelles, je m’inquiète presque tous les jours du départ de mes amis. Cette peur d’être abandonné me pousse à m’attacher fermement et désespérément à ces personnes, dans l’espoir qu’elles resteront toujours aussi proches. Certaines personnes disent que je suis aussi nécessiteux, égocentrique et tout simplement trop. Des amis m’ont demandé de m’abstenir de les contacter si souvent, alors que d’autres ont simplement renoncé et ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas s’occuper de quelqu’un qui était aussi malade que moi.

Positif: Mais, la plupart du temps, cette maladie me rend extrêmement loyal.
Quand je dis que je ne te quitterai jamais, je le pense avec tous les os de mon corps. Je sais ce que ça fait pour les êtres chers de marcher sur vous et je ne ferai jamais la même chose. Non seulement je resterai à vos côtés pendant les bons et les mauvais moments, mais je vous protégerai comme nul autre et je vous défendrai jusqu’au bout. Ma loyauté sait connaître les limites, et mon amour est toujours inconditionnel. J’espère que vous allez faire une folle course, car je vais vous donner toute une vie de plaisir et de rire!

Négatif: Parfois, mon désordre me coûte des amitiés que je pensais pouvoir durer.
Je cours en dérégulation et fluctuation constante en moi. Même lorsque je travaille dur pour garder ma maladie et ses symptômes problématiques secrets, il me semble que tout le monde chasse toujours tout le monde. Tout ce qu’il faut, c’est un mois difficile ou quelques mauvais choix. Cela me laisse constamment interroger ceux qui restent, attendant impatiemment quand ils diront au revoir pour toujours.

Positif: Mais, plus important encore, ce trouble m’a montré qui sont vraiment mes vrais amis.
Certaines personnes courageuses et bienveillantes sont restées avec moi au cours de nombreux moments difficiles. Ils m’ont vu au pire, mais je ne les ai pas effrayés. J’ai appris que ceux qui me jugent sur la base de ma maladie et de la stigmatisation qui en découle ne sont pas les personnes dont j’ai vraiment besoin dans ma vie, car ils étaient juste des amis de la météo. J’ai appris qui verra plus que mes cicatrices et le diagnostic indiqué. Plus important encore, j’ai appris que la maladie mentale n’a pas d’aspect et ne connaît pas de frontières. Ensemble, mes amis et moi pouvons rester ensemble malgré nos maladies et nos troubles. Je suis éternellement reconnaissant pour ces vrais amis bleus qui me retiennent volontiers lorsque je pleure et que je chœur avec moi lorsque je célèbre des anniversaires dans mon rétablissement.

Vivre avec une maladie mentale n’est pas facile, surtout quand il s’agit de se faire des amis et de les entretenir. Cependant, les personnes atteintes de maladie mentale comme moi peuvent en fait se faire des amis parmi les plus extraordinaires. Nos oreilles à l’écoute, nos mains bienveillantes et nos cœurs fidèles vous aideront à traverser les jours les plus sombres, car nous avons survécu à nos propres épreuves.