4 leçons de vie pour les personnes qui luttent contre l’anxiété.

Il n’y a qu’un seul chemin vers le bonheur et c’est d’arrêter de se préoccuper de choses qui sont au-delà du pouvoir de notre volonté ». ~Epictetus

En sueur. Chaud. Respiration superficielle.

Des pensées traversaient mon esprit comme un train de marchandises sans fin. Je ne pouvais pas suivre. C’était tout à la fois, se confondant avec rien de particulier.

J’avais l’impression d’être sur le point de sauter d’une falaise, une anticipation nerveuse qui s’est transformée en panique. J’avais la tête qui tournait. Mes mains tremblaient.

En avalant une gorgée, j’ai forcé les larmes qui voulaient cascader sur mes joues sous forme de sanglots. Il y aurait du temps pour ça plus tard. Ce n’était pas l’endroit.

Mon cœur s’emballait. J’étais au bord du gouffre. J’étais au bord du gouffre.

J’ai eu des flashs de mes pensées alors qu’elles erraient dans mon cerveau.

La saisie imminente de notre ancienne maison. L’hôpital psychiatrique où j’étais il y a six mois. La paperasse de la faillite qui n’était pas encore terminée.

Les enfants qui essaient de se faire des amis dans leurs nouvelles écoles. Ma femme tripotant le budget pendant des heures pour joindre les deux bouts. Moi m’endormant dans ma voiture laissée en marche dans le garage fermé.

Je travaillais. J’avais une grave crise de panique. Et j’ai dû rentrer chez moi.

Heureusement, la plupart de mes crises d’angoisse ne sont pas si graves. Et heureusement, ils n’arrivent plus trop souvent. Heureusement, cette attaque, qui sortait de nulle part et frappait fort, disparut aussi vite qu’elle était apparue.

Plus je fais face à mon anxiété et m’efforce de la gérer, plus je peux en tirer des enseignements. Cela m’aide à mieux faire face à la prochaine crise d’anxiété.

Voici ce que j’ai appris sur l’anxiété au cours de mes années de lutte contre ce problème :

1. L’anxiété est un mensonge.

Peu importe la proximité de l’anxiété, il y a toujours un mensonge caché quelque part.

Elle est peut-être basée sur une fausse croyance. Peut-être que le problème n’a pas besoin d’être traité aussi immédiatement qu’il le semble. Il y a peut-être des options que nous n’avons pas envisagées.

Mais l’anxiété contient toujours un mensonge. Il peut être grand et visible ou petit, compliqué et subtil. Cherchez bien et nous trouverons.

L’un des outils les plus puissants que j’ai acquis en travaillant avec un thérapeute sur l’anxiété est d’apprendre à chercher le mensonge. C’est difficile au début ; nous devons nous asseoir avec notre anxiété et l’analyser petit à petit, et ce n’est certainement pas confortable, mais si nous sommes attentifs et patients, nous pouvons trouver le mensonge. Trouver le mensonge enlève les dents de l’anxiété.

Et quand on enlève les dents de l’anxiété, on peut commencer à se libérer vraiment. L’anxiété a besoin d’un crochet ; elle a besoin de quelque chose à ronger pour rester dans notre esprit. En trouvant le mensonge et en retirant cet hameçon, nous supprimons le pouvoir de l’anxiété sur nous.

2.L’expression « devrait » devrait être un mot de quatre lettres.

Les attentes irrationnelles sont, du moins pour moi, l’une des principales causes d’anxiété. Certaines des attentes avec lesquelles je me débats encore sont des schémas de pensée que j’ai pu suivre dans mon enfance. Parce qu’ils sont tellement ancrés, ils sont parmi les plus difficiles à se débarrasser.

Quand j’étais enfant, j’étais plutôt intelligent. Les choses sont devenues faciles pour moi. J’ai appris rapidement.

Mes parents, qui voulaient m’encourager, m’ont dit que je pouvais faire tout ce que je voulais. Et je les ai crus. Et j’ai commencé à attendre de moi tout ce que je voulais.

Quand vous êtes un enfant, vous pouvez vous en tirer avec n’importe quoi. Si je voulais faire quelque chose, j’apprenais et je le faisais, point final. A l’âge adulte, les choses se sont compliquées.

Vous ne pouvez pas souhaiter un emploi spécifique et le faire se réaliser. Il y a trop de circonstances extérieures et d’autres personnes impliquées. Devrais-je faire ce travail particulier n’est pas quelque chose qui ne se produit que lorsque l’on y pense.

Lorsque nous commençons à penser à ce que nous devrions être, nous pouvons tomber dans un piège. Nous devrions être ceci pour cette personne et cela quand nous le faisons – nous nous mettons continuellement en situation d’échec. Devrait » ne laisse aucune marge de manœuvre ni de compromis.

Le « devoir » peut également nous nuire d’autres manières.

  1. « Parfait » devrait aussi être un mot de quatre lettres.

Je suis un peu perfectionniste, donc pour moi, être bon dans quelque chose n’est pas suffisant. Ça doit être parfait, bon sang ! Dis-moi que tu as compris le « devrait » dans cette déclaration, n’est-ce pas ?

Le perfectionnisme est mon ancienne confiance. Mon ami de confiance. Mon marteau tout-puissant.

Les attentes qui découlent du perfectionnisme peuvent nous enterrer vivants. C’est une course sans fin que nous ne gagnerons jamais.

Peu importe à quel point je le veux, je ne serai jamais le mari, le père ou le fils parfait. La quantité d’anxiété que j’ai ressentie au cours de mes quarante-deux années de vie à essayer d’être l’une de ces trois choses est incommensurable. Pensez au temps que j’ai perdu à m’inquiéter d’être quelque chose que je ne pourrais jamais être.

La perfection est une attente tellement dommageable, dans tous les sens du terme. Alors que « bien » ou « juste bien » est suffisant dans la plupart des situations, pourquoi nous torturons-nous en poursuivant un idéal impossible ?

La vérité est que c’est lorsque les perfectionnistes commencent à se contenter du « bien » que nous commençons vraiment à briller. Nous sommes libérés de la contrainte des attentes élevées et cela nous permet de travailler à des niveaux vraiment élevés, des niveaux que nous n’avons probablement pas atteints dans le passé.

L’anxiété apparaît lorsque nous nous fixons des objectifs parfaits et inatteignables. Et nos échecs, que nous ne manquerons pas de rencontrer, ne servent qu’à nous pousser davantage vers nos objectifs. Le perfectionnisme devient un cycle sans fin d’anxiété et d’échec que nous devons abandonner.

  1. L’anxiété est un ultimatum.

La dernière leçon que je tire de cette récente crise de panique est la suivante : l’anxiété pose toujours un ultimatum. Tout ou rien. Noir ou blanc.

Il n’y a pas de zone grise en matière d’anxiété. Ne vous méprenez pas, l’anxiété se cache dans les subtilités de nos doutes, mais elle nous oblige à adopter une vision en noir et blanc de nous-mêmes, de notre situation ou de notre environnement. L’anxiété nous amène à penser que nous ne pouvons choisir qu’une seule option.

Lors de ma crise de panique, je me suis sentie dépassée par plusieurs situations différentes auxquelles je suis confrontée en ce moment. Je risque la saisie de la maison que je viens de quitter. Je suis en train de déposer une demande de faillite.

Mes enfants doivent s’habituer à être les nouveaux élèves de leur école depuis que nous avons déménagé. Nous devons être prudents avec notre argent en ce moment. J’ai peur de devoir retourner dans le service psychiatrique, ou pire.

Mais ma crise d’angoisse a transformé toutes ces choses en ultimatums pour moi. J’avais l’impression que je devais résoudre tous ces problèmes à la fois (et immédiatement !), sinon ce serait la fin du monde. La peur que je ressentais était si forte que j’étais incapable de penser rationnellement à ces questions.

Quand je suis rentré du travail, j’ai pleuré jusqu’à m’endormir. Quand je me suis réveillé, j’ai senti que la peur m’avait quitté. J’ai pu porter un regard lucide sur moi-même, la crise d’angoisse et mes problèmes.

Ce que j’ai vu, c’est l’homme souffrant d’anxiété, ayant été frappé, mais pas endommagé, par une panique sévère. J’ai vu un homme qui reprenait son calme, un homme qui allait de l’avant. J’ai vu un homme qui était plus fort pour ce qui venait de se passer.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121