Arrêtez de trop réfléchir et optez pour ce qui vous rend heureux.

S’il y a une chose qui entrave notre bonheur, c’est de trop penser. Arrêtez de le laisser vous arrêter. Croyez en vous et faites ce qui vous rend heureux. Discutons-en.

Arrêtez de trop réfléchir à ce qui vous rend heureux, faites-le.

Il y a quelque temps, nous avons parlé de la façon dont la peur peut prendre le contrôle de nos vies si on la laisse faire. Bien que cette peur puisse avoir de nombreuses causes, j’ai souvent constaté qu’elle avait une racine principale : la surpensée. Laissez-moi vous expliquer avec une petite histoire.

En début de semaine, je discutais avec une amie et collègue blogueuse qui se sentait anxieuse à l’idée de fêter ses 46 ans. Elle a dit qu’elle avait le sentiment de n’avoir encore réalisé aucune des choses qu’elle avait toujours voulu faire.

« Comme quoi ? », lui ai-je demandé. Elle m’a dit que, bien qu’elle aime son travail de blogueuse non fictionnelle et de pigiste, elle a toujours voulu écrire des romans. Alors je lui ai demandé pourquoi elle ne l’a pas fait. Elle a répondu par deux mots : « Et si ».

« Et si je commence à écrire et que l’histoire n’arrive pas ? » a-t-elle expliqué. Et si je le finissais, que personne ne l’aimait et que c’était une perte de temps que je pourrais consacrer à quelque chose qui fonctionne vraiment ? ». Les pensées « et si » n’en finissaient pas, avec les pires scénarios imaginables. Il y a tellement pensé qu’il a même peur d’essayer parce qu’il sait déjà qu’il va échouer.

« Et si vous croyez en vous ? Au moins, vous saurez que vous avez essayé. De plus, le temps passé à faire quelque chose que l’on aime n’est jamais perdu », lui ai-je dit. Il a dit qu’il allait y réfléchir. J’ai dit que c’était le problème !

La surpensée est l’ennemi du succès.

Je suis récemment tombé sur une citation dans un post Medium de Psychology Behind qui dit vraiment tout. Il dit : « Trop réfléchir est l’ennemi du succès, car le succès, c’est l’action. » Oui, pour réussir, il faut réfléchir au moins un peu. Toutefois, la frontière est mince entre la réflexion et la surréflexion. L’un vous aide à faire un plan. L’autre vous convainc de ne pas suivre ce plan.

Même la science est d’accord. Une étude de 2013 de l’Université de Californie a conclu que « la surpensée peut nuire à la performance humaine. » En 2015, l’American Marketing Association a également constaté que les spécialistes du marketing qui font simplement confiance à leur instinct et se fient à leurs premières impressions obtiennent de meilleurs résultats que leurs collègues qui réfléchissent trop à chaque chose.

Crois en tes propres ailes

Une autre belle citation que j’aime est la suivante : « Un oiseau assis dans un arbre ne craint jamais que la branche se casse, car sa confiance n’est pas dans la branche, mais dans ses propres ailes ». Toujours croire en soi » Vous voyez, l’oiseau sait – sans y penser – qu’il a tout ce dont il a besoin pour survivre, même si la branche se casse.

Pouvez-vous imaginer ce que serait sa vie s’il n’avait pas foi en ses ailes ? S’il avait peur de voler ? Au lieu de s’envoler dans le ciel, il passait sa vie à sautiller sur le sol. Il ne verra jamais un coucher de soleil du haut de la cime des arbres et ne saura jamais ce que c’est que de sentir le vent dans ses plumes. En d’autres termes, vous passeriez à côté de ce qui rend la vie d’un oiseau si extraordinaire.

Si vous ne croyez pas en vous, si vous laissez des pensées excessives vous éloigner de ce qui vous rend heureux, vous êtes comme un oiseau qui a peur de voler. Bien sûr, vous pouvez survivre avec ce que vous trouvez sur le sol, mais vous ne pourrez jamais atteindre votre plein potentiel ou trouver le vrai bonheur.

Tant que nous sommes en vie, il n’est jamais trop tard pour faire ce qui nous rend heureux.

Heureusement, contrairement aux oiseaux qui refusent de voler, nos « ailes » ne s’atrophient pas si nous ne les utilisons pas. Il n’est JAMAIS trop tard pour croire en soi et faire ce qui nous rend heureux. L’internet regorge d’histoires de personnes qui ont suivi leurs rêves une fois adultes.

Saviez-vous, par exemple, que Laura Ingalls Wilder n’a pas écrit la Petite maison dans la prairie avant l’âge de 40 ans, ou que Julia Child n’a pas su cuisiner avant l’âge de 30 ans ? Stan Lee a dessiné son premier super-héros à 43 ans, le colonel Sanders avait 62 ans lorsqu’il a ouvert le premier magasin franchisé KFC et Harrison Ford avait 35 ans lorsqu’il est devenu célèbre dans le rôle de Han Solo. La liste des personnes qui ont trouvé le succès à 30, 40 et même 60 ans est longue.

Cependant, faire ce qui vous rend heureux ne consiste pas seulement à trouver la gloire et la fortune. Que vous rêviez de devenir un romancier de renommée mondiale ou simplement d’apprendre à cuisiner, tant que vous respirez encore, il n’est jamais trop tard. Alors arrêtez de trop réfléchir, commencez à croire en vos ailes et continuez.