C’est ce qu’elle aime vraiment être une balance

 

Elle se centre entre amis, prête attention à tout le monde, sautant d’une personne à l’autre, s’assurant qu’elle est à l’aise, qu’elle a un verre, une conversation à laquelle elle participe. mais regardez un peu plus près et vous remarquerez que son corps est dirigé vers un point ou plutôt une personne. Elle lui parlera et tout le monde le passera comme un geste amical. C’est naturel pour elle d’aller lui parler. Ils sont amis, ils ont passé la phase délicate, elle est à l’aise avec lui comme avec les autres. Si confortable, un petit toucher, un léger pinceau, «c’est tellement elle», disent-ils.

Elle est sexuelle et ils en sont tous conscients. Mais de quelle manière sexuelle? Elle préfère le sauver.

Regardez ses yeux, tordus, mais doux. Regardez de plus près, elle est peu sûre. Elle se rend compte qu’elle n’est pas la meilleure mais elle y va très bien. Elle est le deuxième choix et cela l’agace. Mais sa colère ne reste pas, ce n’est pas son fort de rester en colère. Mais elle aime se mettre en colère, le sentiment est si fort qu’elle la rend expressive mais personne ne la voit.

Elle a besoin mais elle n’a pas besoin d’elle, et craint qu’elle puisse l’être.

Elle peut se débrouiller toute seule, tout le monde le croit, mais elle se doute elle-même. Ils ne la connaissent pas comme elle se connaît elle-même. Ou peut-être qu’ils le font, elle n’est pas sûre non plus. Elle veut bouger, elle veut sortir, elle veut voir le monde et elle est capable de le faire. C’est son destin. Mais elle est infirme, vous voyez. Elle aime trop Tout le monde autour d’elle, ceux qui lui disent de sortir et d’obtenir ce qu’elle devrait être, sont les mêmes personnes qu’elle a peur de quitter pour aller les chercher. Quelle ironie, se dit-elle, finira-t-elle par sortir? Pourquoi oui, bientôt. Pas de bébé.

Elle est confiante et dominatrice et elle l’aime de cette façon. Et ses amies font bien de le renforcer. Elle aime la compagnie, elle aime être à l’extérieur, mais son besoin constant d’équilibre l’oblige à rester seule dans le parc local, s’arrêtant finalement pour lire un livre ou peut-être simplement pour regarder les gens passer.

Elle déteste être seule, mais elle apprécie son temps seul. Dans un café avec un livre et une tasse, son esprit finit par s’éloigner du livre, du café. Elle ne peut pas l’empêcher, c’est une rêveuse. Elle est plus imaginative qu’elle ne le pense. Pas tout à fait aussi créatif, mais quand elle joue une image dans sa tête, c’est comme un souvenir qu’elle essaye de se rappeler. Chaque détail, chaque mouvement, chaque sentiment semble si réel. Elle le fait souvent, et elle le fait bien, tellement bien. C’est son cadeau et sa malédiction de voir quelque chose qui a l’air si réel, des situations heureuses, ce qui pourrait être, et quand cela ne se produit pas, elle ne se sent pas brisée, elle se sent perdue. Pour ce baiser! Quel bisou! Mais attendez, quel baiser?

Rappelez-la à la réalité et elle cherchera désespérément à ce que sa réalité corresponde à au moins une minuscule de son fantasme. De retour dans son cercle d’amis, elle touchera son bras, le regardera dans les yeux, se frôlera le pied de son mollet. Elle va s’approcher, jusqu’à ce que cela lui donne envie de l’embrasser, bonne nuit et, espérons-le, bonjour.