CHOISIR DE NE PLUS SOUFFRIR

Au début… profondément ancré dans mon histoire. Profondément attaché à mes souffrances, je suis assis dans le public lors de (probablement) mon deuxième événement Chopra. Quand je l’ai entendu dire pour la première fois…

« La douleur arrive … La souffrance est un choix. »

La bile dans mon estomac a commencé à rouler. Je n’ai pas choisi ou n’avais pas le choix de faire ce qui m’est arrivé quand j’étais enfant. Cela m’est arrivé Je ne l’ai pas appelé de quelque manière que ce soit. Je ne l’ai pas créé.

Je hisse mon moi introverti au micro et demande avec douceur comment il a perçu cela en référence à l’adversité de l’enfance? Aucun enfant ne demande à être né. Aucun enfant ne choisit que ses parents fassent des choix qui lui nuisent.

Alors qu’il entame sa conversation sur les contrats d’âme. Nos âmes qui entrent avec le plateau de jeu sont prêtes à apprendre ce qui est nécessaire pour que nous puissions remplir notre service envers la planète. Mon esprit était en mode installé. J’étais toujours suspendu à cette petite question.

Depuis combien de temps suis-je blessé?

Il n’a pas attendu ma réponse. C’est une bonne chose parce que j’étais sans voix. Mon cerveau était bloqué.

J’ai déménagé à 23 ans dans une partie complètement différente de l’État. Et j’ai souffert. Personne ne me faisait du mal de quelque manière que je ne l’ai pas permis.

J’ai vu des femmes se libérer de leurs maris ou de leurs amants violents pour rester seules à la maison et souffrir. Ruminant sur chaque détail. Faire tourner l’histoire de cette façon et cela pour justifier leur besoin de se reconnecter.

L’énergie nécessaire pour retenir les vagues est épuisante. Intérieurement, nous nous inclinons avec tout ce que nous avons contre la brèche.

Sommes-nous en train de saisir une idée que nous avions autrefois considérée comme la vérité?

C’était ça.

Mon histoire… Je pourrais et le répéterais sans hésiter. Dans mon besoin d’assembler les morceaux, je l’ai répété encore et encore. Thérapie. Je raconte mon histoire. Médecins. Je raconte mon histoire. Je cherchais constamment «normal» ou ce que je percevais comme tel. J’ai regardé attentivement la réaction des autres pour tenter de comprendre et de trouver ce baromètre. Je voulais être vu. Peu importait sous quelle lumière.

De là, nous entrons dans la victimisation.

Je me suis giflé au visage avec celui-ci aussi. La victimisation n’est que le revers de la médaille, le narcissisme. “Je” commence chaque phrase, “moi” tenant généralement l’arrière. Oh, et nous devrions bien sûr ajouter quelques mots «il m’a fait cela.» Bien?

Mon histoire de ma douleur et de ma souffrance est devenue ma vie.

40 ans, quelques années après, c’était ma vie. Je vivais chaque jour comme si tout s’était passé hier. La douleur est tout aussi réelle. Le traumatisme est aussi intense que si je le ressentais aujourd’hui.

Ce avec quoi tu interagis devient solide.

La première étape consiste donc à comprendre et à reconnaître que vous avez le choix.

Cela a pris des années pour que je digère réellement cela.

La science moderne dit que tous les scénarios possibles pour chaque moment se déroulent en même temps. Nous changeons donc ce que nous vivons en changeant ce que nous choisissons de voir.

Un des grands maîtres a affirmé… Soyez prudent en créant des règles autour de mes enseignements car vous devez alors y vivre.

Cela s’applique à toute histoire ou structure que nous créons. Nos vies, nos expériences, nos relations doivent toutes s’inscrire dans notre cadre ou tout l’enfer se déchaîne… Déception.

Nous nous attachons à des idées sur ce que nous souhaitons être vrai. Ce que nous souhaitons avoir été et nous luttons pour faire ce que nous avons.

La lutte n’est pas la vérité.

La lutte concerne le déni de la vérité. La négation de tous les drapeaux rouges qui sont apparus ou qui s’étaient levés. Vous savez, ceux que vous avez ignorés ou que vous avez choisi de ne pas voir.

Voir même inconsciemment, nous savons que ce avec quoi nous interagissons devient solide. Intuitivement, nous savons qu’une fois que la réalité est reconnue, il n’y a pas de retour en arrière.

Il est intéressant de noter que l’idée de s’affranchir de la lutte est si effrayante, mais elle l’est.

Adyashanti a été un enseignant qui a joué un rôle déterminant pendant cette partie de mon voyage.

Mes histoires commençaient à s’effriter et j’étais pétrifié. Ce livre se termine devant moi. La fin de votre monde… Dans ce livre, il décrit les pièges et les pensées qui entourent le réveil. Le sol,

précaire comme il est, commence à trembler. La première pierre à tomber commence une avalanche.

Se réveiller, que ce soit vu spirituellement ou en train de guérir, sortir de l’histoire, c’est sortir de l’histoire…

Destination: Une vie consciente construite sur la conscience. Fondation? Vérité

La vie vue à travers les yeux de la vérité est très différente. Ici, la lentille se tourne vers l’intérieur et nous évaluons la façon dont nous nous présentons. Quels mots mettriez-vous en place autour de la façon dont vous êtes perçu par les autres? Qui est responsable de ca? Combien de choix laisses-tu?

Qu’apportez-vous à la table? Il est important de commencer notre recherche de vérité en nous-mêmes. Te changer change tout! Quand on comprend qu’on a le choix…

Il nous incombe de modifier les cycles de notre lignée. Qu’il s’agisse de pauvreté, d’abus, de violence domestique, de manque de respect envers les minorités et les femmes… la guérison que vous créez va à la fois en avant et en arrière. Les enfants du monde vous remercieront!