Comment aider les enfants à apprendre le pardon et la compassion pour les autres

On ne peut pas vraiment apprendre à quelqu’un comment pardonner aux autres, mais on peut aider les enfants à apprendre le pardon par eux-mêmes. Une étude récente a partagé deux façons de le faire. Elle a donné de bons conseils, mais je pense qu’elle a aussi laissé de côté certaines choses. Discutons-en.

Comment aider les enfants à apprendre à pardonner et à être plus compatissants ?

L’autre jour, je parcourais de nouvelles études et je suis tombé sur celle-ci, qui portait sur la manière d’aider les enfants à apprendre à pardonner. Le sujet me trottait déjà dans la tête, et le moment était donc idéal. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai trouvé qu’elle offrait d’excellents conseils… mais en même temps, elle omettait certains aspects cruciaux du pardon aux autres. Commençons par examiner ce que dit l’étude, puis nous parlerons des points sur lesquels les conseils ont atteint ou manqué la cible.

Mulvey et son équipe ont rassemblé 185 enfants au total, tous âgés de 5 à 14 ans. Après avoir obtenu des informations de base, ils ont soumis les enfants à différents scénarios, dont un où les enfants étaient soit dans un groupe spécifique, soit en dehors, et un autre où ils étaient exclus d’un jeu (à la fois dans leur propre groupe et par l’autre groupe). L’objectif était de voir quels enfants pardonnaient l’affront et pourquoi.

Dans l’ensemble, les chercheurs ont constaté que les enfants étaient plus susceptibles de pardonner à quelqu’un après des excuses sincères, surtout si cet enfant faisait partie de leur groupe. Ils en ont conclu que la meilleure façon d’aider les enfants à apprendre à pardonner était de leur apprendre à présenter des excuses sincères et à mieux accepter les différents points de vue. De très bons conseils, mais je pense qu’il manque quelque chose à chacun d’entre eux. Commençons par apprendre aux enfants à s’excuser.

Apprenez à vos enfants à présenter des excuses ET à en accepter en retour.

Comme l’explique Mulvey, les enfants sont tout à fait capables de reconnaître de vraies excuses, et il est peu probable qu’ils pardonnent à quelqu’un qui leur en présente une version édulcorée, remplie de « mais » et d’excuses. Selon elle, de bonnes et véritables excuses « … doivent montrer clairement que la personne comprend pourquoi elle a fait quelque chose de mal. Ainsi, les autres enfants seront plus enclins à lui donner une seconde chance. »

Je pense que nous, parents, sommes passés maîtres dans l’art d’enseigner à nos enfants l’art de s’excuser. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dit au fil des ans : « Dis que tu es désolé. Maintenant, dis-le comme si tu le pensais. » Alors, passons à ce qui manque : la deuxième partie – et la plus difficile – de l’équation : apprendre aux enfants à accepter des excuses.

Le pardon n’est pas vraiment quelque chose qui nous vient naturellement. Si vous y réfléchissez, c’est plutôt logique. L’un de nos instincts humains les plus fondamentaux est de nous protéger de la douleur. Lorsque quelque chose nous fait mal, nous apprenons rapidement à l’éviter (sauf si, comme lors d’un accouchement, nous sommes récompensés par quelque chose qui rend la douleur tout à fait valable).

Pardonner à quelqu’un qui nous a fait du mal va complètement à l’encontre de cet instinct. Pour notre subconscient, c’est comme dire à une flamme brûlante : « Je sais que tu m’as brûlé auparavant, mais je suis prêt à accepter que tu as changé et j’ai confiance que tu ne me brûleras plus ».

Consciemment, bien sûr, nous savons que les gens peuvent changer. Ils grandissent, ils apprennent, et ils deviennent de meilleures versions d’eux-mêmes. Ils ne sont pas des objets sans âme comme une flamme qui nous brûlera toujours. Donc, même s’ils peuvent nous blesser à nouveau, ils peuvent aussi ne pas le faire.

C’est la leçon que nous devons transmettre à nos enfants si nous voulons qu’ils apprennent à accepter des excuses. Nous devons leur apprendre quand écouter cet instinct qui leur dit d’éviter la douleur et quand passer outre.

La meilleure façon de le faire est, bien sûr, de montrer l’exemple. La prochaine fois que votre enfant s’excusera sincèrement pour quelque chose, acceptez-le. Plus tard, lorsque les émotions seront moins fortes, expliquez-lui pourquoi vous l’avez accepté et ce qui vous fait croire qu’il ne répétera pas la même erreur. Aidez-le à faire le lien et à comprendre que les gens apprennent vraiment du passé, et qu’il n’y a donc pas de mal à leur donner une nouvelle chance.

Aidez les enfants à comprendre et à faire preuve de compassion pour les autres points de vue.

Selon Mulvey, la deuxième chose sur laquelle nous, parents, devons nous concentrer est d’aider nos enfants à comprendre les différentes perspectives. Elle écrit : « Un bon point de départ est d’amener les enfants à expliquer le raisonnement qui sous-tend leurs actions et ce que les autres peuvent ressentir. Aider les jeunes à développer ces compétences dès l’enfance les aidera à naviguer dans un monde diversifié et complexe. »

Je suis d’accord, c’est un bon point de départ. Mais encore une fois, je pense que nous devrions aller plus loin. Il ne suffit pas de comprendre rationnellement que les gens pensent et font les choses différemment. Il faut aussi qu’ils aient de la compassion pour les autres points de vue.