Si vous ne pouvez pas chérir chaque moment : Le point de vue d’une enseignante d’école maternelle

Si vous ne pouvez pas chérir chaque moment : Le point de vue d’une enseignante de maternelle, toutes les mamans se sentiront mieux. Être mère est l’expérience la plus difficile mais aussi la plus enrichissante qui soit !

Si vous ne pouvez pas chérir chaque moment, vous êtes tout à fait normale.

Si vous ne pouvez pas profiter de chaque instant : Le point de vue d’une enseignante d’école maternelle
Imaginez, si vous le voulez bien, ce scénario. Une jeune maman, les mains pleines de bébés, de jeunes enfants et de tout-petits, un caddie à la main, s’efforce de maintenir la paix, l’ordre et un semblant de raison. Son bébé réclame de la nourriture, son enfant du milieu fait tomber son jus de fruit du chariot, et un autre enfant est au bord de la crise de colère.

Tout ce qu’elle peut faire, c’est payer ses affaires et sortir du magasin lorsqu’une femme plus âgée la regarde avec nostalgie et lui dit de chérir tous ces moments, car ils passent si vite.

Cette mère frustrée se sent maintenant comme une ratée, parce qu’elle ne profite pas de toutes les journées épuisantes qui n’en finissent pas, et de l’insomnie qu’elle traverse péniblement, comme si elle était un soldat traversant une zone de combat remplie de Cheerios et de pièces de Lego. Elle aime profondément ses enfants, mais elle a maintenant le sentiment d’avoir échoué. Un. Plus. Chose.

Si cette maman, c’est vous, et si vous avez déjà entendu ces mots et ressenti le poids d’une tonne de briques sur votre esprit, j’ai une perspective à vous offrir. Vous êtes tout à fait normale.

Si vous ne pouvez pas chérir chaque moment, cela s’appelle être parent. C’est un travail difficile !
Être parent n’est pas facile. En fait, c’est extrêmement difficile. Certains jours, vous pouvez même avoir l’impression de devenir complètement fou, mais… cela devient plus facile avec le temps. Soyez aimant, patient, indulgent et, surtout, tenez bon.

S’occuper d’enfants n’est pas une mince affaire

Pendant quatre ans, j’ai été enseignante dans une école maternelle, ce qui signifie que j’essuyais les nez, que je nouais les chaussures et que je comptais les chiffres de un à dix. Je dois donc vous dire une chose : s’occuper d’enfants n’est pas une mince affaire.

  • C’est un travail difficile.
  • C’est un travail physique.
  • C’est un travail émotionnel.

Je n’ai pas chéri chaque minute. Mes collègues enseignants ne l’ont pas fait non plus. C’est parce que ce n’est pas possible.

J’ai câliné ces adorables petits monstres, je leur ai lu leurs histoires préférées, j’ai ri de leurs blagues et j’ai prolongé la récréation de quatre ou cinq précieuses minutes supplémentaires. Mais je peux quand même vous dire que les tensions dans les écoles maternelles sont réelles, et parfois, c’est tout ce que nous pouvons faire pour survivre jusqu’à ce que la cloche sonne le renvoi.

Nous serrons parfois les dents et sourions, en essayant de ne pas perdre patience. Nous manquions de nous évanouir de fatigue à la fin de la journée de trois heures et nous priions joyeusement pour les jours de neige. La fin de l’année n’arrivait jamais assez vite, et nous savourions chaque moment de nos vacances d’été.

Nous avons choisi de faire notre métier en nous occupant de ces enfants chéris, mais si nous ne pouvons pas être heureux à chaque seconde, je vous assure que vous ne le pouvez pas non plus. Et il n’y a pas de quoi avoir honte. Cela signifie simplement que vous êtes humain.

C’est tout à fait normal de ne pas profiter de chaque seconde.

Je sais que c’est difficile, maman, et que tu ne peux pas profiter de chaque instant.

Parce que la fonction importante d’élever des petits êtres prend tout ce que nous avons. Les enseignants des écoles maternelles ont le temps de récupérer, mais la plupart des mamans n’ont pas régulièrement l’occasion de le faire. Nous aimons les petits qui nous sont confiés, mais je peux vous assurer que les éducateurs préscolaires de votre enfant ont aussi envie de s’arracher les cheveux par moments. Nous ne sommes pas des surhommes et vous non plus.

Mamans, vous aimez vos enfants et vous donnez continuellement votre vie pour eux. Néanmoins, il est humain de se sentir fatiguée, surtout lorsque de petits êtres vous sollicitent à toute heure pour avoir votre temps et votre attention.

La prochaine fois que quelqu’un vous rappellera de savourer chaque expérience avec vos enfants, rappelez-vous que votre dévouement envers eux est réel et qu’il ne vous oblige pas à être extatique à chaque instant. Le véritable amour est suffisamment fort pour résister aux contrariétés, aux pertes de sommeil, aux chaussures manquantes et aux nerfs tendus. Vous créez des souvenirs dont vous vous souviendrez longtemps, et vos enfants sauront comment gérer les conflits quand ils seront plus grands et ne les fuiront pas quand ils seront occupés à fonder leur propre famille.