Comment communiquer avec votre garçon de 9 à 13 ans ?

Mauvaise conduite.

Des changements d’humeur fréquents.

Un vain désir d’autonomie.

De plus en plus de relations avec les amis et de moins en moins avec les parents.

Cela vous semble familier ?

Si vous avez un enfant âgé de 9 à 13 ans, cela peut s’appliquer à lui. Et l’un des défis que vous devez relever est certainement de savoir comment parler à votre enfant qui n’est plus un bambin, mais pas non plus un adolescent.

Pour améliorer la communication avec votre enfant à ce stade sensible et critique de son enfance, voici quelques conseils :

1. Faites des conversations une habitude régulière.

Lorsque les choses se passent bien entre vous et votre enfant, ne vous détendez pas trop. Une bonne conversation ne suffit pas. Il faut donc toujours chercher de nouvelles opportunités.

Soyez présent chaque fois que votre enfant entame une conversation. Plus vous parlez à votre enfant, plus vos conversations s’amélioreront, par la pratique et l’expérience.

2. Commencez la conversation par un sujet qui le passionne.

Posez à votre enfant des questions sur les activités qui l’intéressent. Par exemple, s’il aime jouer du piano, demandez-lui :

Comment faites-vous pour apprendre les notes si rapidement ?

Ce n’est qu’un exemple général, mais l’idée est que même si vous n’êtes pas personnellement fasciné par le sujet que votre enfant aime, vous devriez en parler et l’utiliser pour établir un lien avec lui.

3 Faites attention à éviter les pièges.

Il existe des situations où entamer une conversation avec votre enfant est un échec total. Si votre enfant est trop fatigué ou contrarié par quelque chose (par exemple, une dispute avec un frère ou une sœur ou parce que son équipe a perdu un match important), ce n’est probablement pas le meilleur moment pour entamer une conversation.

C’est vous qui connaissez le mieux votre enfant, et si vous voyez qu’il n’est absolument pas intéressé à vous parler, attendez une meilleure occasion.

Ne jamais forcer quoi que ce soit.

4. Il est important de choisir le bon moment pour une conversation sérieuse.

Vous entendrez très probablement les mots « presque jamais » :

Maman, j’aimerais avoir une discussion sérieuse et constructive avec toi.

Votre enfant ne dira jamais ça.

Il faut donc trouver le bon moment pour parler. Oui, évitez de mettre votre enfant de mauvaise humeur pour la conversation, mais soyez également prêt à profiter de toute occasion d’engager la conversation.

5 La conversation est une occasion d’apprendre.

Laissez votre enfant être le professeur et être votre élève. Parlez à votre enfant de ce qu’il apprend et de ce que vous ne savez pas ou du moins ne vous souvenez pas.

Croyez-moi, il y a beaucoup de sujets de ce genre, il suffit d’ouvrir un de vos livres sur n’importe quel sujet ! Lorsque vous permettez à votre enfant d’être un expert et une « autorité » sur un sujet, vous l’invitez à s’ouvrir et à partager avec vous des choses dont il ne parle peut-être même pas.

Ici, je n’ai jamais entendu parler de l’Empire Maya …. De quoi s’agit-il ?

6 Planifier une activité ensemble

Les gens ont tendance à mieux se retrouver lorsqu’ils sortent de leur zone de confort. Allez donc au bowling ou pratiquez un autre sport ensemble, ou lancez-vous dans un projet nouveau pour vous deux et qui demande un peu d’effort.

Il ne doit pas s’agir d’une activité difficile qui engendre de la frustration, mais d’une activité où l’on s’amuse ensemble ou où l’on relève un défi.

Cela créera un lien qui vous connectera davantage et fera parler l’enfant.

7. Invitez leurs amis à dîner.

Vous découvrirez peut-être une nouvelle facette de votre enfant lorsque vous le verrez avec ses amis. Et vous pourriez aussi découvrir une nouvelle facette de vous-même.

En outre, leurs amis sont susceptibles de parler de certaines caractéristiques et expériences de votre enfant que vous ne connaissez pas. C’est le seul moyen d’obtenir des sujets pour les futures conversations.

8. Posez des questions ouvertes pour obtenir plus que des NON et des OUI.

Ne rendez pas les choses faciles pour votre enfant en lui posant une question comme :

Tu t’es amusé chez tes amis ?

Évitez les questions de type OUI-NON et faites preuve de créativité. Par exemple, demandez :

Qu’as-tu fait chez ton ami ?

Quel a été le meilleur moment de la soirée ?

Le fait que les questions soient ouvertes apporte un plus.

9. N’exagérez pas et ne jugez pas.

Lorsque votre enfant vous parle ouvertement, évitez de le juger immédiatement. Si vous n’êtes pas d’accord avec ce qu’il dit, essayez d’abord de donner une réponse neutre.

Faites-lui savoir que vous l’écoutez et que vous réfléchissez à ses paroles et à ses pensées. Et si plus tard, lorsque la situation s’est un peu calmée, vous devez mentionner que vous n’êtes pas d’accord avec lui, dites quelque chose comme : « Hé, tu te souviens de ce que tu m’as dit ?

Hé, tu te souviens de ce que tu m’as dit ? Je voulais te dire quelque chose à ce sujet.

Saler l’esprit est une approche inadaptée à l’âge d’un enfant d’âge préscolaire (ou de toute autre personne).

10 Ne faites pas culpabiliser votre enfant.

Même si votre enfant vous a blessé avec quelque chose qu’il a dit, vous ne devez pas pleurer ou vous plaindre. Sinon, vous le ferez culpabiliser.

Il n’y a rien de mal à lui dire en paroles que vous n’êtes pas d’accord avec lui, mais faites-le d’une manière qui ne le poussera pas à se retirer et à cacher encore plus ses sentiments à l’avenir.

Dans la mesure du possible, discutez des sujets importants avec votre enfant lorsque vous êtes calme sur le plan émotionnel et que vous pouvez communiquer pacifiquement sans crier, juger ou blâmer.