Comment faites-vous face aux crises de colère de vos enfants ?

Les enfants se comportent mal pour de nombreuses raisons, mais la plus courante est qu’ils s’ennuient tout simplement. Ils se rendent compte que vous ne leur accordez pas toute votre attention et tentent donc de trouver un moyen efficace de vous faire réagir.

Par exemple, alors qu’ils prennent un café, ils se mettent à crier parce que leur crayon s’est cassé et qu’ils ne trouvent pas de taille-crayon.

Pendant les courses, ils se jettent par terre et crient parce qu’ils savent que vous devez réagir et leur donner ce qu’ils veulent parce que vous ne voulez pas que tout le monde vous regarde de travers.

En bref, les enfants comprennent très tôt que s’ils pleurent, crient ou piquent des crises de colère, ils obtiendront ce qu’ils veulent. Ils obtiendront ce qu’ils veulent et vous manipuleront.

Parfois, le désir de pouvoir est également à l’origine de leurs méfaits, car c’est une façon pour l’enfant d’essayer d’exercer un contrôle et de tester vos limites.

Il est donc important de savoir comment contrecarrer ces actions et comment les traiter de manière appropriée.

Que faire lorsque votre enfant fait une crise de colère ?

Comment reprendre le contrôle pour apprendre à gérer leur entêtement ?

La première chose à garder à l’esprit est que vous devez comprendre les émotions de l’enfant et agir en conséquence. Vous ne pouvez pas répondre à la colère ou au stress de la même manière.

1. Créez une routine à suivre

Situation : Avant le coucher, votre enfant refuse de se brosser les dents et de se laver les dents.

Aidez votre enfant à développer une bonne routine, comme ne pas regarder la télévision après une certaine heure, aider à faire la vaisselle, se brosser les dents et se coucher à une heure appropriée.

Et si vous voulez être créatif, vous pouvez dessiner un tableau pour le mois. Dites-leur que s’ils respectent leur routine pendant tout le mois (ou pendant une semaine ou deux), ils peuvent gagner un prix de leur choix.

Il est tard, tu n’as pas le temps de te brosser les dents. Maintenant vous avez des caries, et c’est très mauvais pour vous.

Tout le monde est fatigué le soir, le niveau de stress est donc assez élevé. Il peut être facile de se laisser emporter par la colère. Tu es fatigué de dire la même chose tous les soirs.

Alors, pour vous faciliter la tâche, vous sautez certaines activités importantes pour pouvoir coucher votre enfant et vous reposer.

Mais ce comportement montre à nouveau à votre enfant qu’il peut faire ce qu’il veut parce que vous n’avez pas la force ou la volonté de vous opposer à lui.

Faites une liste que votre enfant devra suivre avant de se coucher. Laissez-les cocher chaque action effectuée.

Lorsque vous créez une routine précise, votre enfant prendra plaisir à effectuer ces tâches petit à petit. Pourquoi ? Parce qu’il aura l’impression de contrôler sa vie.

Ne lui dites pas ce qu’il doit faire, mais laissez-le suivre les instructions de votre carte. En outre, s’il sait que son bon comportement sera récompensé, il sera encore plus encouragé à suivre sa routine.

2. S’ils ne respectent pas les règles, proposez-leur des conséquences logiques.


Situation : L’enfant refuse de vider son assiette.

Les conséquences logiques sont liées à un mauvais comportement spécifique. Par exemple, si l’enfant refuse de ramasser ses jouets avant le coucher, dites-lui de ne pas jouer avec eux demain.

C’est une bonne chose pour les enfants qui ont des difficultés avec certaines choses. Cependant, évitez les conséquences qui n’ont pas de sens, par exemple, s’il ne veut pas manger sa nourriture, ne le forcez pas à nettoyer le garage.

Ne pas adopter le comportement : « Si tu ne manges pas ce qu’il y a dans ton assiette, tu ne peux pas regarder la télévision ».

Quel est le rapport entre ces deux points : pourquoi manger, ou ne pas manger, est-il lié à la télévision ? L’enfant sera complètement désorienté.

Adopter ce comportement : « Si tu ne manges pas de légumes, tu n’auras pas de dessert.

Tous les enfants aiment le dessert. Et priver un enfant de dessert est une conséquence logique de son refus de manger. Et vous ne vous sentirez pas coupable.

3.Montrer les conséquences négatives possibles

Situation : Votre enfant continue à demander des bonbons et vous ne comprenez pas son refus.

Essayez toujours de communiquer avec vos enfants et expliquez-leur ce qui peut arriver s’ils se comportent mal et pourquoi ils ne doivent pas faire certaines choses.

Faites-leur prendre conscience des conséquences naturelles de leurs actes afin qu’ils puissent en tirer des leçons et prendre de meilleures décisions pour eux-mêmes plus tard.

Ne faites pas les choses « parce que je le dis ».

Si votre enfant vous demande pourquoi il n’a plus le droit de grignoter et que vous lui donnez cette réponse, vous blessez son ego.

Vous leur dites aussi inconsciemment que vous décidez de tout dans leur vie. Ainsi, même s’ils ne comprennent pas pourquoi il y a une certaine règle, ils doivent la suivre.

Cela peut avoir de graves conséquences lorsqu’ils grandissent.

Je ne peux plus te donner de bonbons parce qu’il est tard et que tu ne pourras pas dormir. Les bonbons contiennent trop de sucre et vous n’arriverez pas à vous calmer.

Votre enfant est suffisamment intelligent pour comprendre lorsque vous expliquez les choses de manière logique et concrète.

4. Demandez l’avis de votre enfant

Situation : Un enfant à l’école intimide votre enfant.

Demandez à votre enfant s’il y a un problème ou si quelque chose le dérange. Si quelque chose ne va pas et qu’ils vous disent ce que c’est, asseyez-vous avec eux et discutez-en.

Essayez d’obtenir leur avis et leurs conseils sur ce qu’ils pensent devoir être fait pour résoudre le problème. S’il n’a pas de réponse, aidez-le un peu, mais n’oubliez pas qu’il est important de lui faire sentir qu’il résout son problème et qu’il est important de le féliciter et de l’encourager.

Non : Dites à votre enfant, « Je vais arranger ça ».

Si vous vous immiscez constamment dans la vie de votre enfant, vous lui dites inconsciemment qu’il ne peut rien résoudre sans vous.

Vous le privez de la possibilité d’analyser le problème, sa cause et ses conséquences.

Demandez : « Que pensez-vous que nous devrions faire ? ».

Cette simple question donne à l’enfant l’occasion de réfléchir à ce qui s’est passé. Cela montre également que vous leur faites suffisamment confiance pour régler leurs problèmes.

De plus, en n’interférant pas dans leur vie, vous les faites mieux paraître auprès de leurs amis. De cette façon, vous éviterez les commentaires du genre « Tu es un fils à maman ».

5. Attirer l’attention de l’enfant sur d’autres choses

Situation : l’enfant est entouré de ses jouets mais ne joue pas avec eux. Il préfère courir et crier.

Comme je l’ai dit, les enfants se comportent généralement mal parce qu’ils s’ennuient.

Par conséquent, trouver quelque chose à faire, en particulier quelque chose qui les occupe et les divertit, peut focaliser leur attention sur quelque chose de bien. Et cela les éloigne de l’agression.

Ne vous comportez pas ainsi : laissez votre enfant courir partout et décider de vivre dans une maison où règne le chaos.

Ignorer le comportement de votre enfant revient à dire que vous ne vous souciez pas de son état émotionnel. C’est leur dire que vous êtes insensible à leur ennui, à leur comportement.

Assumez le comportement : initiez l’enfant à un jeu familial ou à une promenade.

Faire participer l’enfant à une nouvelle activité est l’occasion de se débarrasser des émotions négatives en se concentrant sur quelque chose de productif.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121