Comment fixer des limites difficiles de manière compatissante ?

« Nous pouvons dire ce que nous avons besoin de dire. Nous pouvons dire ce que nous pensons avec douceur, mais avec assurance. Nous n’avons pas besoin de juger, de manquer de tact, de blâmer ou d’être cruel lorsque nous exprimons nos pensées. »

Melody Beattie

Lorsque j’ai découvert le concept de limites, j’ai imaginé à quel point je me sentirais libérée si je pouvais enfin dire « non » avec assurance à chaque occasion. Je me suis imaginée en train de refuser les boissons d’inconnus qui me lorgnent dans les bars, de refuser les demandes d’argent des porteurs de porte-bagages enthousiastes et de rejeter les demandes de faire plus que ma juste part de projets professionnels.

« ‘Non’ est une phrase complète » serait mon hymne.

Mais j’ai fini par comprendre que les limites sont plus compliquées que le simple fait de dire non à des inconnus. Parfois, fixer des limites signifiait avoir des conversations gênantes et douloureuses avec des proches sur des dynamiques dans notre relation qui ne me servaient plus.

Par exemple : J’ai dû demander à un ami de me laisser plus de place dans nos conversations. J’ai dû demander à un membre de la famille d’arrêter de se plaindre d’un autre membre de la famille. Et j’avais besoin de parler avec mon partenaire de mon insatisfaction quant à la répartition du travail émotionnel dans notre relation.

L’idée d’avoir ces conversations me mettait mal à l’aise.

Intellectuellement, je savais que j’avais tout à fait le droit de fixer des limites saines avec mes proches. Sur le plan émotionnel, cependant, l’idée d’avoir ces conversations suscitait de l’anxiété – et beaucoup plus de peur que je ne l’avais imaginé au départ.

Au cours de la dernière décennie, les conversations sur l’établissement de limites ont pris une place centrale dans le discours sur la santé mentale. La capacité de fixer des limites dans le temps, l’espace et le corps est une compétence essentielle au maintien de la santé mentale, à la guérison de la toxicomanie et à l’établissement de relations saines avec les autres. Mais fixer des limites peut aussi provoquer un malaise très réel et très intense, tant pour celui qui fixe les limites que pour celui qui les reçoit.

Alors que je contemplais mon malaise, je me suis demandé : Comment puis-je fixer des limites de manière authentique lorsque j’ai peur de blesser quelqu’un que j’aime ? Comment puis-je à la fois fixer des limites et faire savoir à la personne qui les reçoit que je me soucie vraiment, sincèrement, de ses sentiments ?

Ces questions m’ont incité à envisager une approche de la fixation des limites qui rendrait ces conversations difficiles un peu moins… difficiles.

Dans mon expérience, la plupart des frontières peuvent être divisées en deux catégories distinctes : Les frontières bouclier et les frontières bac à sable.

Parfois les frontières sont comme des boucliers : des moments d’autodéfense verbale qui nous protègent du comportement non désiré des autres. Les frontières de bouclier éloignent le contact physique non désiré, défendent contre la colère ou la cruauté d’autres, ou protègent notre temps, biens, et biens matériels.

Les limites de protection peuvent prendre la forme de « Ne me touche pas comme ça », ou « Je suis désolé, mais tu ne peux pas emprunter 20 $ », ou « Je ne peux pas faire du bénévolat à la banque téléphonique la semaine prochaine ». En général, ce sont des variantes simples, courtes et claires du « non ».

Certaines limites ressemblent moins à de l’autodéfense qu’à du lâcher-prise : se détacher de vieux schémas, de sentiments et de relations qui ne nous servent plus.

Imaginez un bac à sable rempli d’objets divers appartenant à des personnes différentes. Vous vous penchez et ne ramassez que les objets qui vous appartiennent. Vous évitez de ramasser la culpabilité de votre mère, les dettes de votre partenaire, l’anxiété de votre patron et l’insécurité de votre ami. Ce n’est pas à vous de les porter.

Avoir des limites saines pour le bac à sable signifie que vous ne transportez que vos « affaires » hors du bac à sable, pas celles des autres. Elles distinguent vos émotions et vos responsabilités de celles des autres.

Des deux, les frontières de bac à sable sont particulièrement provocantes pour des personnes récupératrices-plaisantes parce que nous sommes habitués à porter les affaires de chacun hors du bac à sable-pas seulement les nôtres. Historiquement, nous avons assumé la responsabilité du bonheur, de la santé, des finances, des relations, des dépendances, etc. des autres. (De la même manière, beaucoup d’entre nous ont probablement sous-assumé la responsabilité de leur propre santé, bonheur, et au-delà).

Lorsque nous fixons des limites au bac à sable et que nous brisons ces schémas de sur-don, nous réécrivons littéralement le statu quo. Nous laissons aller les rôles que nous avons joués dans nos relations pendant des années ou même des décennies. Nous avons peut-être tellement pris l’habitude de jouer le rôle de gardien, de réparateur ou de thérapeute de facto des autres que l’abandon de ces rôles peut susciter beaucoup de peur.

Nous pouvons nous demander : « Est-ce qu’il m’aimera toujours si je ne suis plus disposée à prendre soin de lui ? » ou « Va-t-elle penser que je suis égoïste si je demande plus d’attention ? ». Nous pourrions penser : « Qu’est-ce qu’elle aimera de moi si je ne règle pas ses problèmes ? » ou « Et s’ils se fichent de ce que j’ai à dire ? ».

Afin de fixer des limites qui permettent à nos relations de se poursuivre de façon nouvelle et saine, nous devons affronter ces peurs de front. En fait, ces peurs peuvent être des portes d’entrée pour fixer des limites authentiques et significatives. Voici comment :

Fixer des limites de façon radicalement transparente

Une délimitation radicalement transparente vous donne la permission d’honorer vos sentiments sur le moment, avec toutes vos craintes, et invite le destinataire de la limite à y participer au lieu de le repousser.

Vous n’avez pas besoin de faire semblant d’être froid, stoïque ou parfaitement confiant pour fixer une limite avec succès. En fait, en reconnaissant que l’établissement de limites n’est pas familier ou même effrayant, vous pouvez créer un contenant vulnérable qui invite le destinataire de la limite à une conversation significative et compatissante.

Une délimitation radicalement transparente comprend trois éléments clés :

  1. Reconnaissez votre peur ou votre malaise à l’idée de fixer une limite.
  2. Expliquez le « pourquoi » de la limite
  3. Fixez une limite claire et directe

Imaginez, par exemple, que vous avez une amie chère qui vous consulte régulièrement pour traiter ses problèmes familiaux. Vous commencez à vous sentir frustré par le fait que vos conversations tournent entièrement autour d’elle et vous réalisez que vous n’êtes plus disposé à assumer le rôle de thérapeute. Dans ce cas, vous pouvez utiliser l’approche de la Transparence radicale comme suit :

Exemple 1 : « Il m’est difficile de dire cela, mais je veux être honnête avec vous : Je suis contrarié par le fait que tant de nos conversations tournent autour de vos problèmes familiaux, car cela me donne l’impression d’être moins un ami et plus un thérapeute. Pouvons-nous nous entraîner à rendre nos conversations plus proches de 50/50 ? »

Exemple 2 : « Je sais que dans le passé, je t’ai offert des conseils et du soutien pour tes problèmes familiaux, mais j’essaie de mieux prendre soin de moi maintenant, et je ne peux pas continuer à être la personne à qui tu t’adresses pour tes problèmes familiaux. J’ai besoin que notre amitié soit plus équilibrée. »

Exemple 3 : « J’ai peur de te blesser, mais la santé de notre amitié est importante pour moi, alors je veux que tu saches que je ne peux pas continuer à être la seule personne à qui tu t’adresses pour tes problèmes familiaux. Notre amitié a commencé à être déséquilibrée, et il est important pour moi d’avoir des amitiés dans lesquelles je me sens vu et apprécié. »

Exemple 4 : « Je suis nerveux à l’idée de te dire ça, mais je m’efforce de communiquer de manière plus authentique avec mes proches, et je dois te dire que je suis triste de voir à quel point nos conversations sont déséquilibrées. J’ai l’impression que tu ne fais pas l’effort de me poser des questions sur ma vie. Pouvons-nous discuter de la manière d’y remédier ? »

La transparence radicale présente deux avantages essentiels.

Tout d’abord, en exprimant votre crainte ou votre malaise à l’égard de l’établissement d’une limite, vous reconnaissez que vous entamez une conversation difficile qui peut susciter des sentiments contradictoires – pour vous deux. Cela permet également au destinataire de comprendre que vous avez pris en compte l’impact que cette limite pourrait avoir sur ses sentiments.

Deuxièmement, en exprimant le « pourquoi » de votre limite, vous rappelez au destinataire que votre limite n’est pas une tentative de contrôler son comportement, mais plutôt une tentative de vous protéger, que ce soit votre corps, votre intégrité, votre santé mentale, votre temps, vos ressources ou vos biens matériels. Vous pouvez également insister sur votre désir d’honnêteté, d’authenticité ou d’ouverture dans la relation, chacun de ces éléments traduisant une véritable intention de préserver la santé de votre relation.

La définition radicale et transparente des limites me permet d’être pleinement authentique tout en aidant mes proches à se sentir considérés.

Bien entendu, cette approche ne convient pas à tous les scénarios. J’utilise cette méthode pour fixer des limites difficiles avec des amis proches, des membres de la famille et des partenaires – des personnes avec lesquelles je me sens généralement en sécurité, avec lesquelles j’ai un certain degré d’intimité émotionnelle et qui ont tout intérêt à ce que notre relation se poursuive. (Je n’utilise pas cette approche lorsque je fixe des limites avec des connaissances occasionnelles, avec des personnes qui me font sentir émotionnellement peu sûres, ou lorsque je fais respecter une limite précédemment établie que le destinataire a ignorée).

En fin de compte, nous ne pouvons pas contrôler comment les autres réagissent à nos limites. Même si nous les énonçons avec la plus grande compassion, le destinataire peut se sentir blessé, insulté ou confus, et c’est normal. Si nous évitons ces conversations critiques, nous créons des conditions dans lesquelles le ressentiment, la colère et la frustration bouillonnent et débordent, sans être abordés – ce qui est presque toujours plus dévastateur pour la relation que la conversation sur les limites ne l’aurait été.

Il est non seulement de notre droit, mais aussi de notre responsabilité de fixer des limites saines dans nos relations avec nos proches. Même quand c’est inconfortable. Même quand c’est effrayant. Il est de notre responsabilité de communiquer nos besoins et nos limites dans nos relations car, si nous ne le faisons pas, nous laissons aux autres le soin de lire dans les pensées nos besoins – un fardeau que personne ne devrait avoir à porter.

Comme l’écrit Vienna Pharaon, thérapeute conjugale et familiale : « Vous ne pouvez pas vous taire et vous attendre à ce que les gens se manifestent comme vous le souhaitez. Vos mots sont la porte d’entrée pour que vos besoins soient satisfaits. »