Comment le mot « devrait » peut être nuisible et 3 alternatives autonomisantes

« Souhaiter être quelqu’un d’autre, c’est gâcher la personne que l’on est. » ~Sven Goran Eriksson

Combien de fois par jour utilisez-vous le mot « devrait » en référence à vous-même ou à d’autres personnes ? Je ne sais pas pour vous, mais moi, je l’utilisais souvent.

Le mot « devrait » est devenu un élément incontournable de notre dialogue quotidien. Nous l’utilisons dans nos conversations avec les autres, comme moyen de nous motiver ou de nous contrôler, et pour exprimer une myriade de sentiments, y compris la frustration, la culpabilité et le regret.

En m’intéressant de plus en plus à mon dialogue interne et à la façon dont il affecte ma perception de moi-même, ma présence dans le monde et ma vie, j’ai commencé à réaliser à quel point le mot « devrait » peut être insidieux.

Bien que j’aie l’habitude de me dire « devrait » à propos d’une variété de choses, plusieurs fois par jour, j’ai réalisé que me dire que je devrais faire plus ou être plus ne m’aidait pas vraiment à faire plus ou à être plus, et cela me donnait l’impression de ne pas être assez bien comme je suis.

De même, j’ai réalisé que lorsque je disais aux autres qu’ils devaient ou ne devaient pas faire quelque chose, je ne respectais pas leur capacité à prendre les meilleures décisions pour eux-mêmes. Cela ne correspondait pas à ma philosophie personnelle (les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent tant qu’ils ne nuisent pas aux autres), et je savais que je n’étais pas la meilleure amie ou la meilleure partenaire lorsque j’utilisais un vocabulaire basé sur le « devrait ».

Depuis que j’ai eu ces prises de conscience, j’ai cherché à remplacer mes « devrait » par un vocabulaire alternatif plus sain et plus acceptant, tant pour moi-même que pour les autres. Plus je poursuis cette quête, plus je me rends compte des dommages que le mot « devrait » cause à notre relation à soi et à nos relations avec les autres. Voici ce que j’ai découvert jusqu’à présent :

Deux problèmes majeurs liés à l’utilisation du mot « devrait ».

Lorsque nous utilisons le mot « devrait », nous n’acceptons pas la réalité. Nous parlons de choses que nous aimerions voir telles quelles, mais qui ne le sont pas (ou vice versa). Chaque fois que j’ai utilisé le mot « devrait » en me parlant à moi-même, c’était motivé par un manque d’acceptation de soi plutôt que par un encouragement.

Comme l’explique le Dr Shad Helmstetter dans son livre What to Say When You Talk to Yourself, lorsque nous nous disons que nous « devrions » faire quelque chose, nous renforçons implicitement l’idée que nous ne le faisons pas.

Si nous nous disons « Je devrais vraiment méditer plus souvent », la suite tacite de cette phrase est « … mais je ne le fais pas ».

De même, si nous nous disons « Je devrais vraiment faire de l’exercice ce matin », la fin tacite de cette phrase est « …mais je ne le fais pas ».

À long terme, lorsque nous nous disons à nous-mêmes ou à d’autres personnes que nous devrions ou qu’elles devraient faire quelque chose (aussi bien intentionnés que nous puissions être), nous renforçons le négatif, et le fait que nous ou elles ne le font pas.

Alternatives au « devrait » (Should)

Je ne prétendrai pas qu’il a été facile de supprimer le mot « devrait » de mon vocabulaire, ni que j’ai atteint et que j’habite actuellement une existence exempte de « devrait ». J’avais l’habitude d’utiliser souvent le mot « devrait » et, en vérité, je pense que c’est quelque chose que je devrai garder à l’œil pour le reste de ma vie.

Pour l’instant, cependant, j’ai trouvé quelques solutions de rechange qui m’ont aidé à surmonter mon habitude d’utiliser le mot « devrait » pour moi-même et pour les autres.

1. Concentrez-vous sur les avantages.

Au lieu de me dire que je « devrais » faire plus de quelque chose, j’essaie de me concentrer sur les raisons pour lesquelles je veux faire cette chose en particulier.

Au lieu de dire « Je devrais faire plus de yoga », je me rappelle pourquoi je veux le faire : « Je me sens bien quand je fais du yoga plusieurs fois par semaine », « J’aime me sentir détendu et m’étirer quand je fais du yoga » ou « Je ressens un plus grand sentiment de connexion avec moi-même quand je prends le temps de connecter mon corps et ma respiration au yoga. »

2. Concentrez-vous sur la façon dont l’activité correspond à vos valeurs.

L’une des choses les plus importantes pour lesquelles j’avais l’habitude de me « justifier » était d’être à l’heure. J’avais du mal à arriver à l’heure au travail, à mes rendez-vous, à mes réunions avec mes amis, et à peu près tout ce qui devait commencer à une heure précise. C’était une bataille constante avec moi-même et, bien sûr, me dire « Tu devrais être à l’heure » ou « Tu ne devrais pas être en retard » ne changeait rien à mon retard.

Au lieu de cela, j’ai commencé à recadrer la situation du point de vue de mes valeurs. J’ai commencé à me dire « C’est vraiment important pour moi d’être à l’heure », ou « Je veux vivre avec intégrité et faire ce que je dis que je vais faire, quand je dis que je vais le faire ».

3. Concentrez-vous sur l’acceptation et l’exploration de la réalité.

J’avais l’habitude de penser que je ne devais pas me sentir en colère ou jaloux. J’avais entendu dire qu’il s’agissait de sentiments « malsains » à éprouver et j’étais persuadée qu’il y avait quelque chose de mal en moi à ressentir cela. J’avais beau me répéter que je ne devais pas ressentir ces sentiments, ils ne disparaissaient pas.

Maintenant, je me concentre sur l’acceptation de mon expérience. Au lieu de me dire « Je ne devrais pas ressentir/penser « , je prends du recul et je me dis : « D’accord, je ressens/pense . Je me demande pourquoi cela se produit maintenant ? »

Supprimer le mot « devrait » de votre vocabulaire demandera du temps, de la patience et de la pratique.