Comment prendre soin de soi lorsque l’on a envie de se renfermer sur soi-même ?

Déplacez la douleur. Mettez-le dans une caméra, dans une histoire, dans un poème, dans une chanson, dans un amant, sur une toile ». ~Inconnu

En tant que soignant spirituel en herbe, je crois beaucoup à l’autosoin. Je pense qu’il est très important d’éduquer les gens sur les avantages de prendre du temps pour nourrir nos âmes et nous donner un peu de soins affectueux.

J’ai différentes façons de prendre soin de moi, du yoga à l’immersion dans la nature, en passant par l’écriture et le fait de prendre le temps d’appliquer ma lotion préférée.

Je fais ces activités les jours de beau temps et lorsque je suis généralement heureux.

Récemment, cependant, j’ai réalisé que c’est précisément pendant les périodes où il est le plus difficile de penser à prendre soin de soi, que ce soit parce que nos emplois du temps sont chargés, que nous traversons une période difficile ou que nous ne nous sentons tout simplement pas bien, que prendre soin de soi est crucial.

Il est facile de faire des activités amusantes ou d’être gentil avec soi-même quand la vie va bien, mais il est beaucoup plus difficile d’avoir l’énergie ou l’envie de prendre soin de soi quand les temps sont durs.

Mais n’est-ce pas à ce moment-là que nous avons le plus besoin d’être nos meilleurs amis et supporters ?

Tout cela est devenu encore plus clair pour moi lorsque j’ai reçu une nouvelle dévastatrice il n’y a pas longtemps. Le chien de mon enfance, Maggie, est mort d’une insuffisance rénale quand j’avais quatorze ans. Mon envie de préparer un bon repas, d’écrire dans mon journal de gratitude ou de faire de l’exercice s’est envolée.

Je n’ai ressenti qu’un engourdissement, et tout ce que je voulais faire, c’était m’enfoncer dans le canapé et pleurer.

En tant qu’êtres humains, lorsque nous vivons une réaction de deuil ou un traumatisme, il est naturel que nous nous figeons, que nous nous sentions engourdis ou que nous nous repliions sur nous-mêmes et nous isolions.

Si je pense qu’il est essentiel d’écouter son corps et de se donner le temps de faire son deuil, de s’exprimer ou de réagir comme on en a besoin à ce moment-là (tant que l’on ne se fait pas mal), nous devons également veiller à notre guérison et à notre bien-être.

Je ne dis pas que c’est facile, et ce processus est différent pour chacun. Au début, il peut sembler étrange, anormal, forcé ou même impossible de penser à faire des activités amusantes ou consommatrices d’énergie lorsque nous sommes dans un état de crise ou de confusion.

En tant qu’êtres humains, nous avons tendance à vouloir rester dans notre zone de confort, mais ce n’est pas là que se produit la croissance, ni que se trouvent nos niveaux optimaux de santé et de bonheur.

Depuis le décès de Maggie, il est difficile de réussir à faire des choses aussi élémentaires que manger un repas complet, et il est difficile de vaquer à ses occupations en sachant que je pourrais pleurer de façon incontrôlée à tout moment.

Bien que ce soit encore très récent, j’avais l’impression de glisser dans un endroit qui n’était pas sain ou propice à mon bien-être. Je voulais faire attention à ne pas me sentir complètement submergé par le chagrin de la perdre.

J’ai réfléchi à la manière dont je pouvais me permettre d’exprimer les émotions de chagrin d’amour, de tristesse et de vide tout en trouvant un moyen de prendre soin de moi. La première chose qui m’est venue à l’esprit est l’écriture.

J’ai toujours été un écrivain dans l’âme. Mon stylo et mon papier (ou ces jours-ci, mon ordinateur portable) m’ont aidé à traverser des périodes assez sombres et difficiles. Je savais que le soin de soi dont j’avais besoin à ce moment-là était d’ouvrir un document Word et d’écrire tout simplement.

Lorsque je me suis autorisée à me perdre dans mon écriture, j’ai remarqué que mon cœur se sentait un peu plus léger.

Prendre soin de soi n’est pas forcément un grand geste, et il ne s’agit pas d’une seule chose. Pour certains, cela peut signifier une journée entière au spa, tandis que pour d’autres, c’est beaucoup moins radical. Le mieux, c’est que quel que soit le type d’autosoins que vous choisissez, vous en tirerez tous les avantages.

Si vous ne savez pas par où commencer et que vous voulez des stratégies utiles, ne cherchez pas plus loin. Je ne suis pas un expert, mais je m’engage à prendre soin de moi.

Voici quelques conseils et idées qui m’ont été utiles :

  1. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de  » prendre soin de soi « .
    Avant de commencer à intégrer l’auto-soin dans votre vie et d’en ressentir les bienfaits, il est naturel de se demander si vous vous y prenez bien. La bonne nouvelle est la suivante : Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de prendre soin de soi, du moment que vous faites des activités qui contribuent à votre niveau de bonheur ou à votre sentiment de bien-être.

Laissez-vous guider par votre intuition de ce dont vous avez besoin.

Entraînez-vous à désactiver la partie de vous-même qui veut se censurer ou remettre en question la qualité des activités que vous faites et du travail que vous produisez lorsque vous prenez soin de vous.

Si vous écrivez, par exemple, vous pouvez modifier votre texte plus tard. Si vous dansez, laissez-vous guider par le rythme de votre corps plutôt que par votre cerveau qui essaie de garder un rythme ou une forme parfaite.

  1. Intégrez une forme de soins personnels dans votre routine quotidienne.
    Vous n’avez peut-être pas toujours le temps ou l’énergie de faire une séance d’entraînement complète ou de pratiquer votre activité d’autosoin préférée, mais vous pouvez trouver de petites façons de prendre soin de vous chaque jour. Il n’est pas nécessaire de tout faire ou de ne rien faire. Une simple pratique de cinq ou dix minutes peut faire une énorme différence.

Par exemple, en vous réveillant le matin, prenez le temps de répéter avec confiance un mantra ou une affirmation positive qui coïncide avec votre objectif ou votre intention pour la journée. Ou encore, réservez un petit moment pour respirer profondément ou faire une promenade dans la nature. De petites choses peuvent faire une grande différence.

  1. Considérez la roue du bien-être.
    Lorsque vous commencez à intégrer l’autosoin dans votre vie ou que vous travaillez à maintenir les stratégies que vous avez déjà mises en place, pensez aux différents types de bien-être (physique, émotionnel, spirituel, social, intellectuel, environnemental, professionnel).

Prenez le temps de comprendre quelles activités d’autosoins sont liées aux différents types de bien-être. Cela peut vous aider à mettre les choses en perspective.

Il peut y avoir des moments où certaines parties de votre roue semblent plus abondantes que d’autres. Si vous vous sentez bloqué ou en manque dans un domaine spécifique, vous pouvez travailler à nourrir ces parties de votre roue du bien-être, mais vous pouvez aussi être reconnaissant pour les parties qui s’épanouissent.

  1. Informez les autres de vos pratiques d’auto-soins.
    Si vos pratiques d’auto-soins vous amènent à vous débrancher pendant une journée et que d’autres personnes vont vouloir vous contacter, vous pouvez les informer que vous serez hors de portée et leur expliquer pourquoi.

Il se peut que certaines personnes aient du mal à se faire à cette idée ou que vous receviez des réactions négatives (n’oubliez pas que le changement est difficile). Les gens sont peut-être habitués à ce que vous soyez toujours disponible, mais pour les autres, cela peut être l’occasion de mieux comprendre vos besoins et, espérons-le, de vous encourager et de vous soutenir.

Il peut s’avérer difficile de trouver un rythme de croisière pour prendre soin de soi si vous venez de commencer, alors parler à votre famille ou à vos amis proches des changements que vous faites pourrait leur faire prendre conscience de la situation.

Parlez-en à votre famille ou à vos amis proches. Peut-être que vos amis ont voulu faire des changements similaires et qu’ils aimeraient essayer avec vous. Au lieu de les entendre se plaindre de prendre cinq heures au lieu de cinq minutes pour répondre à un SMS, vous pourriez les inciter à débrancher eux aussi.

  1. Soyez indulgent envers vous-même et n’oubliez pas de célébrer vos succès.
    Comme tout changement que vous essayez de faire dans la vie, il ne se produit pas toujours immédiatement ou d’un seul coup, mais plutôt au fil du temps.

Si vous rencontrez un échec en matière d’autosoins, par exemple si vous abandonnez une nouvelle pratique, si vous êtes accablé par le chagrin ou si vous n’y consacrez pas autant de temps que vous le souhaiteriez, faites de votre mieux pour être doux avec vous-même et utilisez un discours positif.

D’un autre côté, si les changements positifs que vous constatez vous semblent minimes, faites de votre mieux pour vous rappeler de célébrer vos efforts et les changements que vous constatez. Avec de la positivité et de l’engagement, vous remarquerez que les changements commencent à s’amplifier et qu’ils durent plus longtemps.

L’auto-soin n’est pas censé être une solution miracle pour faire disparaître toutes les émotions désagréables, et il ne remplacera pas les processus de rétablissement difficiles que nous devons traverser lorsque nous subissons un traumatisme, une perte extrême ou que nous nous efforçons de sortir d’une ornière dans laquelle nous sommes coincés pour une raison quelconque.

Elle peut toutefois nous aider à prendre la douleur que nous ressentons et à l’atténuer, ou à la canaliser pour en faire une force ou quelque chose de beau.

L’autosoin peut nous aider à ressentir un sentiment de bonheur, de gratitude, d’espoir et de guérison.

Alors, amusez-vous ! Faites des expériences pour voir quels types d’auto soins vous conviennent et conviennent à votre style de vie. Si vous vous sentez coincé, écoutez votre esprit, votre corps et votre intuition : ce sont eux qui vous connaissent le mieux.