Comment utiliser vos défauts comme source d’inspiration créative

« Si vous essayez toujours d’être normal, vous ne saurez jamais à quel point vous pouvez être extraordinaire ». ~Maya Angelou

J’aime ma peau parce que non seulement elle me protège et me rend humain, mais elle m’inspire également à faire de l’art.

En tant qu’artiste, je trouve toujours de l’inspiration dans ma vie de tous les jours. Il y a dix ans, cette inspiration se présentait sous la forme de zébrures irritantes et étranges qui apparaissaient sur ma peau lorsque je me grattais à peine. C’était tellement embarrassant quand les gens voyaient ces zébrures qui démangent et demandaient « Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? ».

Je suis atteinte de dermatographie. Il s’agit d’une affection cutanée dans laquelle de l’histamine est libérée lorsque la peau est légèrement grattée, ce qui provoque la dilatation des capillaires et l’apparition de zébrures. Bien qu’elle ne mette pas la vie en danger et qu’elle ne soit pas douloureuse, elle peut être inconfortable et gênante lorsque ces marques rouges apparaissent.

Plutôt que de me laisser abattre, j’ai décidé de rendre la dermatographie belle en dessinant des motifs sur ma peau pour les photographier. Au début, je l’ai fait discrètement, sans le montrer à personne, puis, petit à petit, j’ai laissé les autres voir ce sur quoi j’avais travaillé. Les gens ont vraiment aimé les photos, alors j’ai continué à en faire et j’ai fini par créer un site web.

Très vite, les images se sont répandues en ligne et j’ai reçu des e-mails d’autres dermatographes me remerciant de les avoir aidés à réaliser qu’ils n’étaient pas les seuls à avoir une peau bizarre. Maintenant, quand les gens voient les zébrures, ils disent : « Ta peau est trop cool ! »

En partageant quelque chose qui était une source de honte, j’ai non seulement transformé ma propre relation à ma peau, mais j’ai aussi aidé les autres à se sentir plus à l’aise dans leur propre peau. Si j’avais gardé cette affection cutanée pour moi, je n’aurais pas eu la chance de communiquer avec certains des 5 % de la population qui en sont également atteints.

Au fil des ans, j’ai appris que la créativité vient de l’intérieur, de l’exploration de ses propres intérêts bien sûr, mais aussi de l’exploration de ce que l’on n’aime pas ou de ce que l’on trouve ennuyeux chez soi et chez les autres. Ce qui pourrait être considéré comme une faiblesse peut en fait être votre plus grande force !

L’inspiration créative existe partout, il suffit d’y prêter attention.

Votre corps est un cadeau, votre vie est un cadeau, et nous sommes censés apprendre de tout cela. Nos « défauts » nous enseignent l’acceptation de soi et l’amour. Chaque personne est un miracle, y compris vous. Changez votre perception pour vous voir comme la personne belle, créative et inspirée que vous êtes.

Voici quelques suggestions pour transformer ce que vous avez pu considérer comme un défaut en une source d’inspiration :

1. Dressez une liste des traits physiques et/ou émotionnels que vous considérez comme des points forts.

Le fait de les identifier peut vous aider à identifier également vos faiblesses en ajoutant un contraste à l’exercice. Vous pouvez interroger une personne de confiance et lui demander ce qu’elle aime et admire chez vous ou ce qu’elle considère comme vos points forts.

2. Dressez maintenant une liste des choses que vous considérez comme des faiblesses ou des défauts.

Prêtez attention aux choses que vous n’aimez pas ou que vous trouvez ennuyeuses chez les autres. Le monde qui nous entoure agit comme un miroir, donc si nous voyons quelque chose de gênant chez un autre, il y a de fortes chances qu’il y ait un peu de cela en nous. Inversement, si vous voyez quelque chose que vous admirez, il y a aussi quelque chose de semblable en vous.

3. Reconnaissez comment ces défauts limitent la façon dont vous vous montrez dans le monde.

Avez-vous déjà parlé de certaines de ces faiblesses à des gens ? Ou bien avez-vous tendance à les garder pour vous ou à les cacher ? Reconnaissez vraiment ce que vous ignorez ou dont vous avez honte, et ce que vous essayez peut-être de cacher.

Par exemple, si vous reniflez lorsque vous riez, vous essayez peut-être de le contenir de peur d’attirer l’attention sur ce son. Ou bien, peut-être n’aimez-vous pas la forme de vos jambes, alors vous les gardez toujours couvertes. Il est plus que probable que si vous sentez qu’il y a un « défaut », vous allez essayer de le cacher.

4. Maintenant, laissez libre cours à votre imagination !

J’aime appeler cela le brainstorming de libre association. Aucune idée n’est trop petite ou insignifiante, alors écrivez tout ce qui vous vient à l’esprit après avoir fait les exercices précédents.

Voici quelques idées à considérer :

Comment pouvez-vous faire quelque chose de positif avec ce défaut perçu ? Qu’est-ce que vous trouvez de fascinant ou de beau à ce sujet et que les autres trouveraient également intéressant ? Qu’est-ce qui pourrait être possible si vous cessiez d’essayer de le cacher ? Que feriez-vous différemment si vous pensiez que ce défaut est une force qui vous rend unique ?

Essayez d’écrire un peu chaque jour au fur et à mesure que les choses vous viennent à l’esprit sur la base de votre expérience. Cet écrit pourrait être la source d’une grande idée !

5. Choisissez un moyen de création qui exploite votre défaut.

Trouvez une forme qui vous convient, quel que soit le support utilisé. Il peut s’agir d’un article de blog (créez un blog si vous ne l’avez pas encore fait – il peut être privé et n’être consulté que par certaines personnes), d’un récit ou d’un essai, d’une œuvre d’art (dessins, sculptures, photographies, peintures, etc.

Les personnes avec qui vous choisissez de partager peuvent également avoir des idées utiles qui peuvent être une source d’inspiration supplémentaire, et elles seront touchées par votre volonté de partager. Ils seront peut-être même incités à transformer leurs propres défauts grâce à vous !