5 mantras d’enfance qui empoisonnent votre bonheur

« Ainsi, comme un feu oublié, une enfance peut toujours se rallumer en nous. » ~Gaston Bachelard

Je me suis réveillée avec le soleil qui perçait à travers les rideaux de la chambre et j’ai prudemment ouvert un œil pour vérifier si mon petit frère dormait encore de l’autre côté de notre chambre.

J’étais excitée par cette journée. Le soleil brillait et nous avions rendez-vous avec des amis de la famille pour un pique-nique dans le parc plus tard dans la journée. Tout ce qui m’importait était que nous aurions beaucoup de friandises à ce pique-nique et que le parc où nous allions avait une balançoire géante. Ce serait une bonne journée.

Une heure plus tard, mon frère et moi étions dans la chambre de nos parents, ma mère expliquant gentiment que papa était parti et qu’il ne reviendrait pas à la maison.

Je n’avais que six ans. J’avais pensé que tout allait bien, mais ce n’était pas le cas. Je ne m’attendais pas à ça.

J’ai eu l’impression de recevoir un coup de poing. Je me suis promis : « Je ne baisserai plus jamais ma garde comme ça. »

Avance rapide de vingt-cinq ans…

Je me suis allongée à l’ombre d’un immense parasol, remuant mes orteils dans le sable blanc et regardant mon mari faire de la plongée avec tuba dans la chaleur de l’océan. Il n’y avait rien d’autre à faire que de s’asseoir et de s’imprégner du paradis d’une petite île de Malaisie.

C’était les vacances de mes rêves, celles que j’avais attendues pendant des années.

Cela aurait dû être l’un des moments les plus heureux de ma vie. Mais je n’étais pas heureuse.

Je me souviens qu’à un moment de la journée, j’ai dit à mon mari que j’aurais dû apporter mon ordinateur portable avec moi pour pouvoir travailler pendant que j’étais à la plage.

J’avais vraiment du mal à me détendre et à embrasser une expérience qui aurait pu m’offrir une joie pure. Je n’arrivais pas à me laisser aller.

Peut-être que quelque chose de semblable vous est arrivé.

Laissez-moi vous épargner quelques centaines de dollars de thérapie.

Ces vacances m’ont fait prendre conscience que ce n’était qu’une des nombreuses fois dans ma vie où j’avais anticipé avec joie une activité, mais où, une fois sur place, je n’étais pas capable de me sentir très heureux.

J’aimerais pouvoir vous dire qu’après avoir reconnu ce schéma, j’ai immédiatement entamé un voyage vers la plénitude émotionnelle. Ce n’est que des années après ces vacances que j’ai enfin eu le courage de commencer à creuser les choses qui me retenaient.

J’ai commencé à voir un thérapeute régulièrement, mais j’ai l’intuition que vous pourriez comprendre ce que j’ai découvert.

Qu’est-ce que j’ai découvert ?

J’aurais dû faire plus attention à ce que je me disais – les mantras de mon enfance influençaient fortement ma vie d’adulte.

Je me suis rendu compte que les mantras ou « cassettes » de mon enfance que j’écoutais dans ma tête avaient un impact significatif sur ma capacité à ressentir le bonheur – des mantras qui ont été formés dans ma petite enfance et qui peuvent vous sembler familiers.

Reconnaissez-vous certains de ces mantras que vous vous êtes répétés pendant des années, diminuant ainsi votre propre potentiel de bonheur ?

Mantra n° 1 : Je ne le referai plus jamais.

Des événements bouleversants se produisent lorsque vous êtes plus jeune. Il peut s’agir de traumatismes majeurs ou d’événements mineurs qui ont semblé traumatisants à votre jeune âge.

En tant qu’enfants, nous réagissons souvent à de tels événements en faisant un vœu ou une promesse à nous-mêmes. Nous faisons cela pour nous protéger, mais en grandissant, nous ne nous arrêtons pas pour réexaminer si ce vœu nous aide ou nous retient.

Je voulais éviter la douleur inattendue que j’avais ressentie lorsque j’avais été abandonné dans mon enfance, et je m’étais donc promis de ne plus baisser la garde.

Un vœu de rester sur ses gardes à tout moment peut-il affecter la capacité à ressentir le vrai bonheur ? Très certainement.

Mantra n° 2 : Cela ne peut pas durer.

Brené Brown identifie une limitation majeure à notre bonheur dans son chapitre sur la joie et la rareté dans Les Dons de l’imperfection (un livre recommandé par mon thérapeute).

Elle explique : « Nous nous disons : Je ne vais pas me permettre de ressentir cette joie parce que je sais qu’elle ne durera pas… Je préfère ne pas être joyeux plutôt que d’avoir à attendre que l’autre chaussure tombe. « 

Cela résonne-t-il en vous ?

Un traumatisme imprévu survenu dans notre enfance peut créer un sentiment de crainte – nous commençons à nous attendre à ce que quelque chose de mauvais se produise, surtout dans les moments où nous nous sentons le plus heureux, ou vulnérables.

Les événements de votre enfance vous ont-ils fait craindre que les bonnes choses qui se produisaient étaient une invitation à ce que quelque chose de mal se produise ?

Mantra n°3 : Ce n’est pas bien de faire ça.

Oh, la complexité des règles au sein de chaque famille !

Qu’elles soient explicites ou implicites par le biais de réactions à certains comportements, chaque famille possède un code de conduite qui a une profonde influence sur nous, jusque dans notre vie d’adulte.

Peut-être l’expression des émotions était-elle désapprouvée dans votre famille ? Ou peut-être y avait-il une règle tacite sur la façon dont vous deviez vous comporter dans les situations stressantes.

Je me souviens des règles implicites concernant l’argent dans ma famille. À la suite du départ de mon père, l’argent était rare et j’ai rapidement appris à ne plus demander de friandises. J’avais déterminé qu’il n’était pas acceptable de dépenser de l’argent pour des choses non essentielles.

La culture familiale de votre petite enfance peut avoir de nombreuses facettes, certaines bonnes, d’autres moins bonnes. Y a-t-il des règles datant de vos jeunes années qui limitent votre capacité à vous sentir heureux ?

Mantra #4 : Cela signifie en fait que.

Les suppositions que nous faisons en tant qu’enfants, sur la façon dont le monde fonctionne, peuvent profondément influencer nos pensées en tant qu’adultes. Nous prenons conscience que le monde ne se résume pas à nous-mêmes et nous commençons à former un cadre de décisions sur le fonctionnement de la vie.

Est-il possible que, dans votre enfance, vous ayez décidé que se détendre signifiait être paresseux ? Ou bien, vous avez peut-être pensé que la réussite était synonyme d’amour de la part de vos parents, et que si vous cessiez de réussir, vous perdriez cette affection.

Ces hypothèses d’enfance peuvent-elles inhiber notre capacité à profiter du moment présent ? Absolument.

Mantra n° 5 : Je ne suis pas bon à ça.

Les rêves ou les passions négligés que vous aviez dans votre enfance peuvent être une boussole étonnante pour redécouvrir votre bonheur.

Y a-t-il une activité que vous aimiez faire quand vous étiez enfant et que vous ne pratiquez plus ? Peut-être qu’à cause des critiques de quelqu’un, vous avez décidé que vous n’étiez pas assez bon pour continuer à la pratiquer ?

Il m’est arrivé un incident embarrassant en cours de gymnastique quand j’étais plus jeune. (Disons simplement que la poutre d’équilibre a gagné). J’ai refusé de retourner au cours, ce qui a entraîné l’abandon d’une passion à laquelle je n’ai renoué que cette année.

Y a-t-il un rêve que vous avez eu et que vous vous êtes forcé à abandonner, afin d’être plus pratique ou réaliste en grandissant ?

Ces passions enfouies nous offrent l’occasion de nous rappeler ce qui nous procurait vraiment de la joie. C’est une invitation à accueillir à nouveau le bonheur dans votre vie.

La prochaine étape courageuse pour bannir les mantras de votre enfance

Je suppose qu’au moins un de ces mantras vous a sauté aux yeux. Nous avons tous une « cassette » par défaut qui mérite d’être examinée, pour comprendre si elle supprime notre bonheur.

Soyez courageux. Reconnaissez cette impulsion et décidez de faire un changement.

Et maintenant ?

C’est en fait assez simple – pas facile, mais simple.

Vous devez commencer à jouer une nouvelle « cassette » dans votre tête au lieu de celles qui diminuent votre capacité à être joyeux.

J’ai choisi de commencer à me dire qu’il est normal de baisser la garde. J’ai dû me répéter que le monde ne s’écroulerait pas si je m’autorisais à profiter du moment présent.

Je devais constamment me rassurer en me disant que même si quelque chose de grave se produisait, le fait de me préparer à cette éventualité ne me ferait pas moins mal et me priverait en fait de joie.

Il n’a pas fallu longtemps pour que je commence à y croire. Étonnamment, cela a éliminé un énorme obstacle qui m’empêchait de me donner la permission d’être heureux.

Comment amplifier votre bonheur

La bonne nouvelle ?

Vous avez déjà fait le premier pas : prendre le temps de vous demander ce que vous vous dites réellement.

Une autre bonne nouvelle ?

Vous pouvez choisir une chose que vous allez commencer à vous dire différemment et vous serez étonné de la rapidité avec laquelle vous pouvez changer la narration.

Il est tentant de s’accrocher aux voix du passé, mais ne serait-ce pas formidable de pouvoir vraiment embrasser votre bonheur ?