Comment vous guérir en parlant à votre corps : vos cellules vous écoutent

Vos cellules sont à l’écoute
Chaque partie de votre corps a sa propre conscience ou sa propre âme.
Ces paroles transformatrices, prononcées par des femmes médecins indigènes, ont marqué le début de mon voyage intérieur à la découverte de l’extraordinaire capacité de guérison du corps humain.

Lorsque cette perspective m’a été présentée, je souffrais d’un grave trouble de la douleur chronique. J’ai soudain imaginé incorporer ce concept dans ma routine de méditation.

Je me suis demandé si mon corps pouvait m’entendre… si je pouvais lui parler pour obtenir sa coopération dans la guérison de cette maladie.

Le chemin de la liberté

Ce soir-là, après avoir atteint un état de calme profond par la méditation, j’ai engagé intérieurement mon corps dans une conversation sincère, avec espoir, mais sans savoir à quoi m’attendre. Après environ une heure de cette communication ciblée, quelque chose d’étonnant s’est produit.

Mes tissus ont commencé à réagir. Le tissu conjonctif a tiré et étiré les couches de tissu cicatriciel. Les nerfs se sont activés et les muscles de mes mollets ont commencé à effectuer des exercices de flexion et d’extension indépendamment de mon contrôle conscient.

Alors que cette réponse se poursuivait, l’un de mes muscles du mollet, qui avait été paralysé par la maladie neuropathique – diagnostiquée comme une dystrophie sympathique réflexe – est revenu à la vie et des secousses électriques ont traversé la zone.

Mon cœur battait la chamade lorsque j’ai réalisé que le chemin vers ma libération de cette maladie avait enfin commencé.

Directives pour une guérison dynamique

Ayant une formation en acupuncture et en médecine orientale, je ne savais que trop bien à quel point la douleur chronique était répandue dans ce pays et je me demandais ce que les implications de ce phénomène pouvaient signifier pour tant d’autres personnes qui souffraient.

Au fur et à mesure que je progressais dans mon état, j’ai organisé mon approche en un système que je pouvais enseigner à mes clients et j’ai orienté mon activité professionnelle vers l’hypnothérapie.

Lorsque j’enseigne à mes clients, j’explique qu’une pratique régulière de la méditation est nécessaire pour entraîner le cerveau à entrer dans les états d’ondes cérébrales alpha et thêta. Dans ces états, la communication entre l’esprit conscient et le corps physique est considérablement améliorée.

J’ai découvert que pour communiquer, il y a trois étapes clés pour obtenir la coopération du corps :

  • Abordez votre corps avec une véritable compassion, en comprenant qu’il est composé de cellules conscientes qui ressentent des émotions.
  • Établissez la confiance en engageant votre corps dans des conversations mentales sur votre désir de coopérer tous les deux et de surmonter la maladie.
  • Permettez des changements dans la conversation en utilisant des pensées et des mots différents qui suscitent des émotions élevées spontanées.
  • D’après mon expérience, les directives ci-dessus sont nécessaires pour obtenir des réponses dynamiques de guérison dans le corps.

La force de l’intention humaine

Je suis récemment tombé sur un ensemble de facteurs très similaires découverts par le chercheur Cleve Backster, qui a passé 36 ans à étudier la biocommunication dans les cellules végétales, animales et humaines. Il a appelé ces facteurs « intention réelle », « syntonie » et « spontanéité ».

Backster, ancien spécialiste des interrogatoires pour la CIA, a décrit dans son livre Primary Perception le moment décisif qui l’a conduit à son véritable travail dans ce monde.

Ce moment s’est produit un matin de février 1966, lorsqu’il a décidé de surveiller la plante Dracaena dans son laboratoire à l’aide d’un équipement polygraphique.

Il a fixé les électrodes à une feuille et a commencé à réfléchir à la manière dont il pourrait provoquer une augmentation de l’activité électrique de la plante. Chez l’homme, cette augmentation de l’activité électrique est associée à des émotions intenses.

Il a soudain imaginé de brûler la feuille électrolysée. À l’instant même où cette idée lui vient à l’esprit, le stylo du polygraphe s’affiche en haut du graphique, montrant une réaction extrême de la part de la plante. Stupéfait, il se dirige vers le bureau de sa secrétaire pour récupérer une série d’allumettes, tout en réfléchissant à la possibilité que cette plante détecte en quelque sorte la force de l’intention humaine.

Les plantes peuvent-elles se mettre au diapason de leurs soignants primaires ?
Lorsqu’il est revenu avec les allumettes, la plante montrait toujours la même réaction de haut niveau, ce qui empêchait de suivre d’autres changements sur le graphique. Backster décide de « supprimer la menace » en remettant les allumettes sur le bureau.

À ce moment-là, le graphique affiche une tendance à la baisse, car l’usine commence apparemment à se calmer. Lorsque Backster a tenté de reproduire les mêmes résultats en prétendant qu’il allait brûler l’usine, il n’y a eu aucune réaction. La plante semblait sentir la différence entre une intention réelle et artificielle.

Il a fini par découvrir que les plantes s’accordent avec leurs principaux soignants, réagissant à leurs émotions positives et négatives et à leur retour après une absence prolongée. Les résultats des graphiques ont également montré que les plantes donnent la priorité aux émotions de leurs principaux soignants plutôt qu’à celles des autres personnes à proximité.

Signes de conscience

Backster a ensuite élargi ses recherches en testant des cellules humaines à la recherche de signes de conscience.

Il a prélevé des globules blancs sur des donneurs humains, les a électrolysés dans un tube à essai, puis a enregistré les réactions des cellules lorsque les donneurs vivaient différents états émotionnels. Il a constaté que les émotions spontanées étaient nécessaires pour susciter une réaction électrique dans les cellules.

Par exemple, si une donneuse se forçait à ressentir une émotion, les cellules ne réagissaient pas. En revanche, lorsqu’elle recevait un appel téléphonique bouleversant de sa fille, les cellules réagissaient de manière significative.

Il a noté que la distance ne semblait pas avoir d’importance dans ces expériences. Par exemple, un donneur a laissé ses cellules électrolysées au laboratoire, puis a tenu un journal détaillé de toutes les émotions stressantes qu’il a ressenties lors de son voyage de retour dans un autre État, comme le fait de manquer un virage sur l’autoroute, de faire la queue à l’aéroport et de décoller de son avion.

Plus tard, la comparaison entre les incidents consignés dans son journal et l’enregistrement du graphique a révélé de fortes corrélations entre le moment des événements stressants et les réactions électriques dans ses cellules. Le graphique est redevenu silencieux lorsqu’il est arrivé chez lui et s’est endormi.

Capacité de guérison créative brute

Ces expériences ont été menées à l’aide d’un équipement qui filtrait les radiations électromagnétiques, les énergies habituelles utilisées pour la transmission d’informations. Les cellules se sont comportées comme si les écrans n’étaient pas là, ce qui suggère que cette communication est véhiculée par un champ encore non identifié par la science conventionnelle.

Certains scientifiques pensent que le développement de la physique quantique pourrait nous aider à comprendre ce champ qui communique l’intention émotionnelle entre les êtres vivants. L’intrication quantique est un processus par lequel deux particules de matière qui ont interagi l’une avec l’autre se comportent comme si elles étaient connectées après avoir été séparées par des kilomètres.

Lorsqu’un changement énergétique est apporté aux propriétés (position, quantité de mouvement et rotation) de l’une des particules, les propriétés de l’autre particule distante changent au même moment.

Ce phénomène scientifique et les recherches de Cleve Backster renvoient au concept oriental d’unicité, c’est-à-dire à l’idée que toute la nature est interdépendante. Les cultures anciennes comprenaient cette interconnexion comme un champ d’énergie universel vivant qui entretient la vie tout en guidant l’évolution de la conscience dans l’univers.

Les techniques de méditation utilisées dans ma pratique permettent à l’esprit de s’accorder avec ce champ. L’énergie de ce champ est ensuite concentrée dans un événement de guérison physique par une intention claire – délivrée au moyen d’une conversation qui évoque des émotions spontanées – et accorde le corps physique à l’esprit conscient.

Cette méthode, que j’appelle Antara (sanskrit pour « à l’intérieur »), permet de faire l’expérience de la capacité de guérison créative brute générée par l’alliance de l’esprit et du corps avec ce champ d’énergie universel vivant.