Conseils à suivre pour élever une fille heureuse et responsable

La relation mère-fille est un lien beau, fort et imbattable. Malheureusement, il peut aussi parfois être compliqué. Quand on voit cette version miniature de soi-même, on a envie de la secouer et de lui dire : « Ne fais pas les mêmes erreurs que moi ».

Mais vous ne pouvez pas faire cela. Vous essayez donc de lui donner des conseils, de la guider. Certaines filles seront sensibles aux remarques de leur mère. D’autres ne le feront pas.

Et si vous et votre fille n’êtes pas d’accord, la confrontation est inévitable. En effet, cette personne a un caractère très proche du vôtre, vous savez donc tous les deux comment irriter et énerver l’autre.

Pour éviter de tomber dans une relation de confrontation à l’adolescence ou à l’âge adulte, il faut établir des bases solides. Inculquez dès le plus jeune âge un sentiment de responsabilité.

Bien sûr, vous devez aussi lui apprendre à être sûr de lui et à poser des limites saines dans ses relations.

Voici donc 7 conseils qui vous aideront à élever une fille responsable, épanouie et heureuse. Quelqu’un qui sera capable de prendre ses propres décisions et de se protéger des influences négatives du monde.

  1. Se souvenir de son adolescence
    N’oubliez jamais que les filles mûrissent plus vite que les garçons. Il se peut que votre fille entre dans une phase où elle a besoin d’indépendance, d’intimité et d’un silence imprévisible avant que vous ne vous y attendiez.

Mais n’êtes-vous pas passée par la même phase lorsque vous étiez plus jeune ? C’est une bonne occasion de vous rappeler qui vous étiez lorsque vous aviez l’âge de votre fille et d’essayer d’être aussi raisonnable que possible.

Ne cherchez pas seulement à parler quotidiennement avec votre fille, mais laissez-la aussi passer du temps seule dans sa chambre ou avec ses amis.

Elle apprendra et travaillera sur la communication en cas de désaccord. Mais soyez également conscient des défis que l’ère moderne pose aux adolescentes en quête de leur propre identité.

  1. Ton objectif est d’élever une fille, pas une princesse.
    Lorsque tu as appris que tu attendais une fille, tu as bien sûr immédiatement commencé à planifier sa garde-robe de princesse et sa chambre de conte de fées.

Il n’y a rien de mal à cela non plus. Après tout, une petite fille doit se sentir comme une princesse. Enfin, comme une reine ! Mais son éducation ne doit pas se limiter à cela.

Sinon, à l’adolescence, elle deviendra une jeune fille inconstante qui passera son temps à se regarder dans le miroir et à changer tout ce qu’elle n’aime pas en elle pour s’assurer qu’elle pourra séduire son prince charmant.

C’est pourquoi il est très important d’introduire de la diversité dans sa formation. Vous pouvez par exemple utiliser des jeux d’esprit pour stimuler son intelligence et sa confiance en elle.

Vous devez ensuite lui expliquer qu’il n’y a pas de règles dans le royaume imaginaire, mais qu’il y en a dans la vie réelle. Elle doit donc leur obéir, être polie et reconnaissante.

Le travail d’équipe est également un élément important qui lui sera utile plus tard dans sa vie professionnelle, n’hésitez donc pas à l’inscrire à des activités sportives comme le football.

3) Acceptez le fait que votre fille ne se comportera pas toujours comme une princesse.
Combien de fois avez-vous dit à votre enfant : « Sois gentil » ou « Tu dois faire attention à ce que tu dis, sinon personne ne voudra être ton ami » ?

Eh bien, il est temps de dépasser ces clichés. Les filles ne doivent pas toujours être douces, silencieuses et jolies. Elles peuvent avoir de mauvais jours.

Elles ne peuvent pas toujours être polies et patientes. Les filles aussi peuvent avoir des crises de colère, et c’est normal.

Peut-être votre fille claque-t-elle la porte ou jette-t-elle un jouet par terre. Comme les garçons, les filles peuvent être têtues et rebelles.

Ce côté caractériel est lié à l’acquisition de l’indépendance et au développement de l’assertivité et de l’identité personnelle.

Encouragez l’indépendance.
En encourageant votre enfant à résoudre ses propres problèmes et à être fort, vous lui apprenez ce que signifie l’indépendance. Les années passent vite et soudain, votre fille entre à l’université ou déménage seule.

En tant qu’adolescente, elle apprendra non seulement qui elle est, mais aussi comment s’occuper des choses importantes. Pendant cette période, vous devez toujours prendre soin de sa santé physique et mentale, mais vous ne devez pas tout faire à sa place.

Apprenez à votre fille à organiser sa vie, ses engagements et son travail. Ainsi, vous n’aurez pas à vous inquiéter pour elle. Vous aurez la certitude qu’elle est capable de prendre soin d’elle-même. 5.

  1. Apprenez-lui à avoir confiance en elle.
    Comme vous le savez, nous vivons dans un monde très superficiel. Votre enfant entendra des centaines de compliments sur ses vêtements et sa beauté.

Et elle est certainement belle aussi, mais ce n’est pas le problème. Si l’apparence devient la seule chose qui ressort, vous envoyez le mauvais message à votre enfant.

Bien sûr, vous pouvez louer l’apparence physique de votre fille, mais vous devez l’équilibrer avec d’autres compliments.

Par exemple, dites-lui qu’elle est intelligente, créative ou altruiste. En bref, faites-lui voir qu’elle est aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur. 6.

Ne cherchez pas à atteindre la perfection.
Vous n’êtes pas une mère parfaite. Et votre fille n’est pas une enfant parfaite. Si vous développez cette volonté de perfection chez votre fille, vous pourriez avoir de bonnes surprises.

Le perfectionnisme est un bon trait de caractère s’il reste sain, car il pousse votre fille à réussir. Cependant, le perfectionnisme chronique peut conduire à l’anxiété, à la dépression, aux troubles alimentaires, à l’épuisement professionnel, etc.

Évaluez vos attentes quant aux performances de votre enfant à l’école, dans les sports et dans tous les autres domaines. Apprenez-lui qu’il n’y a pas de mal à baisser la barre parfois. Et que c’est normal de ne pas être parfait tout le temps.

  1. Abordez ses problèmes avec distance.
    Ce n’est pas à vous de résoudre tous ses problèmes. En tant que mère, vous avez déjà beaucoup de choses à gérer dans votre vie et dans celle de votre famille.

Par conséquent, vous ne devez pas nécessairement être la personne qui résout tous les problèmes qui se présentent. C’est bien que vous vouliez protéger votre enfant, mais cela ne signifie pas que vous devez intervenir dans tous les aspects de sa vie.

S’il a une mauvaise note ou se dispute avec ses amis, parlez-lui toujours du problème en premier. Ne prenez pas immédiatement le téléphone et appelez le professeur pour corriger la note de votre enfant ou appelez vos amis pour jouer avec votre enfant.

Faites attention aux événements graves tels que : mauvaises notes répétées, changement de tout un groupe d’amis du jour au lendemain, ou mauvaise humeur lorsqu’un lien est rompu.

Parlez-en à votre fille et demandez-lui ce qu’elle veut faire et comment vous pouvez la soutenir. N’oubliez pas, cependant, que ses relations et ses notes n’engagent qu’elle.