Des physiciens affirment que nous vivons en réalité dans des mondes parallèles.

Le concept de mondes parallèles existe depuis longtemps dans ce monde et n’est pas prêt de disparaître. Divers physiciens ont abordé le sujet sous différentes formes, et beaucoup semblent croire que la théorie est vraie.

En fait, l’un de ces physiciens est Sean Carroll, qui a fait une déclaration intéressante sur le Joe Rogan Experience/Podcast l’année dernière. Carroll a déclaré en substance que cela pouvait être considéré comme une preuve de l’existence de nombreux univers parallèles, car les petites particules telles que les électrons et les photographies n’ont pas nécessairement une place fixe dans l’ensemble de l’univers.
Dans une interview accordée à News.Com.Au, Carroll a déclaré ce qui suit à ce sujet.

Ce que nous savons empiriquement, c’est la probabilité. Nous ne pouvons pas prédire ce qui se passera ensuite. Mais nous pouvons prédire les probabilités. »

« La physique est bloquée lorsqu’elle essaie de comprendre les fondements de la nature et du Big Bang. »

« Le moment est venu de prendre du recul et de comprendre ses fondements. Il est temps de travailler à la compréhension du monde quantique. »

« Nous pouvons regarder notre monde et voir ce qui se passe. »

« Nous demandons aux gens de respecter la théorie de la physique. Mais ce n’est pas vraiment la bonne façon de penser. C’est le contraire. »

Carroll décompose ce genre de chose dans Quelque chose de profondément caché. Il s’agit d’un livre dans lequel il explique diverses théories sur le monde et semble expliquer pourquoi nous avons ce monde, etc. Bien sûr, ce concept fait l’objet de nombreux allers-retours, mais plus vous le comprendrez, plus vous pourrez aller au fond des choses.
Le magazine Nature décrit le livre de Carroll et son point de vue comme suit.

Carroll soutient que la théorie des mondes multiples est la manière la plus simple de comprendre la mécanique quantique. Elle accepte la réalité de la fonction d’onde. En fait, elle dit qu’il n’y a qu’une seule fonction d’onde pour l’univers entier. Elle affirme en outre que lorsqu’un événement se produit dans notre monde, les autres possibilités contenues dans la fonction d’onde ne disparaissent pas. Au contraire, elle crée un nouveau monde dans lequel toutes les possibilités deviennent réalité. Dans le cadre conceptuel de la mécanique quantique, la simplicité et la logique mêmes de cette théorie ont conduit Carroll à la qualifier d’approche « courageuse ». Nous ne le voyons pas, et si la théorie des mondes multiples est vraie, nous ne remarquons pas la différence. Il existe de nombreux autres mondes parallèles au nôtre qui sont tellement cachés que « des fantômes peuvent y vivre ».

Pour les physiciens, cette théorie est fascinante car elle explique de nombreuses énigmes de la mécanique quantique. Par exemple, l’expérience de pensée du « chat qui prend vie » d’Irwin Schrödinger divise les chats en différents mondes, ne laissant qu’un seul chat dans une boîte dans chaque monde. Carroll montre également que la théorie fournit des explications plus simples pour certains phénomènes complexes, comme la raison pour laquelle les trous noirs émettent des radiations. Elle peut également nous permettre de développer des idées encore plus spéculatives pour des problèmes difficiles, tels que la manière de combiner la mécanique quantique et la relativité.

Something Deeply Hidden s’adresse aux non-scientifiques et propose un regard en coin sur les physiciens qui débattent encore de la signification de la mécanique quantique. Carroll présente le développement de la physique quantique, de Max Planck à nos jours, et explique pourquoi elle est si difficile à expliquer, avant de développer la théorie des mondes multiples. Au cœur du livre se trouve un « dialogue socratique » sur les implications de cette théorie. Cet interlude entre un physicien sensible à la philosophie et un philosophe attentif à la science a pour but de dissiper les doutes intuitifs que les non-scientifiques pourraient avoir.

Cependant, les non-scientifiques peuvent avoir quelques réserves quant à la conception désinvolte et largement non examinée de la « réalité » de Carroll. Comme de nombreux physiciens, il part du principe que la réalité est ce que les théories scientifiques disent qu’elle est. Mais qu’est-ce qui donne aux physiciens le droit de s’enfermer dans cette notion et de dire que d’autres personnes – sans parler de celles qui vivent dans des conditions extrêmes comme les réfugiés, les soldats et les malades en phase terminale – vivent dans une réalité moins fondamentale ? Ne pouvons-nous que suivre les traces d’Heisenberg ? En d’autres termes, devons-nous nous appuyer sur les outils que les philosophes ont développés au cours des millénaires pour parler de la complexité de la réalité afin d’expliquer pourquoi les renards éprouvent tant de difficultés lorsqu’ils entrent en contact avec ces raisins ?

Regardez la conférence de Carroll sur ce sujet dans la vidéo ci-dessous. Pour ma part, je suis très favorable à cette théorie et j’espère pouvoir mieux comprendre l’existence d’autres univers à l’avenir. Que pensez-vous de ces questions ?


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121