Emotions interdites : Les sentiments que nous supprimons et pourquoi ils ne sont pas mauvais

« La vérité est qu’il n’existe pas d’émotion négative. Les émotions ne deviennent ‘mauvaises’ et n’ont un effet négatif sur nous que lorsqu’elles sont réprimées, niées ou inexprimées. » ~Colin Tipping

Les émotions guident constamment et puissamment notre vie, même si nous n’en sommes pas conscients, même si nous ne les ressentons pas ou si nous sommes convaincus de pouvoir les exclure de nos expériences.

Les émotions nous donnent des informations précieuses, parfois indispensables, sur ce qui est le mieux pour nous, sur les meilleurs choix que nous pouvons faire, sur la façon de nous comporter. Elles nous donnent des informations que nous n’écoutons souvent pas parce que nous les dévalorisons ou simplement parce que nous n’avons pas appris à les identifier ou à les comprendre.

Dans de nombreuses familles, cependant, certaines émotions sont interdites.

Sans même s’en rendre compte, certains parents apprennent naturellement à leurs enfants à ne pas ressentir certaines émotions. En grandissant, vous a-t-on dit « Ne te mets pas en colère ! », « Ne pleure pas ! », ou « Tu n’es qu’un enfant, tu ne devrais pas être triste » ? Ou bien on vous critiquait après avoir exprimé une certaine émotion ?

Si c’est le cas, vous avez appris dès votre enfance que cette émotion spécifique – l’émotion interdite – était dangereuse, inappropriée et désapprouvée.

En grandissant, vous avez perfectionné l’art de l’exclure de votre répertoire émotionnel, à tel point qu’aujourd’hui, on peut dire de vous, par exemple, que vous ne vous mettez jamais en colère ou que vous ne pleurez jamais, etc. Les parents peuvent influencer massivement l’état d’esprit de leurs enfants, et si le traumatisme de l’enfance n’est pas guéri, nous le portons avec nous à l’âge adulte. Nous sommes comme des enfants portant des costumes d’adultes.

Si vous pensez à ce que vous ressentez lorsque vous êtes déclenché, reconnaissez-vous que vos réactions peuvent être similaires à celles que vous aviez l’habitude d’avoir lorsque vous étiez enfant ? Je l’ai reconnu en moi, surtout depuis que j’ai pris la décision d’écouter enfin mes émotions il y a des années.

J’ai grandi en voyant mes émotions rejetées quotidiennement. Se sentir triste, anxieux ou en colère était interdit dans ma vie familiale. Mais ces sentiments ne disparaissaient pas, ils s’accumulaient jusqu’à ce que je n’en puisse plus.

Je me souviens d’une fois où, enfant, j’ai eu une journée difficile à l’école parce que ma brute habituelle était méchante avec moi. En rentrant à la maison, j’ai voulu raconter à mes parents ce qui s’était passé, car je me sentais triste et anxieuse. Je voulais qu’on m’entende et qu’on me comprenne, mais surtout, je voulais pouvoir exprimer mes sentiments librement afin de trouver un certain réconfort.

Les mots que l’on m’a dits à ce moment précis étaient « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas si grave », « Arrête d’être anxieuse » et « Tout ira bien ». Le fait de ne pas avoir été entendue dans mon enfance, surtout à cette occasion, m’a inculqué la conviction que je n’étais pas digne d’être écoutée, et malheureusement, ce sentiment d’anxiété est resté en moi au cours des années qui ont suivi.

En vieillissant, je me sentais coupable chaque fois que je me sentais triste ou anxieuse et j’essayais de supprimer ces sentiments, comme on me l’avait appris. Par exemple, au début de ma vingtaine, l’une de mes amies les plus chères a décidé de mettre fin à sa vie. Elle était jeune, et il n’y avait eu aucun signe apparent de son profond malheur et de son désir de ne plus être dans ce monde.

Lorsque j’ai appris la nouvelle, j’étais sous le choc. La tristesse et l’anxiété sont apparues, mais j’avais ce sentiment paralysant qui me disait que je ne pouvais pas être triste, que je ne pouvais pas être anxieuse, que je ne pouvais pas pleurer, que je devais laisser tomber immédiatement parce que c’était la « bonne » chose à faire. Malheureusement, je n’ai pas fait le deuil de sa mort, et il m’a fallu de nombreuses années avant d’accepter sa perte.

Mes parents sont des gens adorables, mais ils étaient (et sont toujours) blessés par leur propre traumatisme d’enfance, et ils m’ont inculqué leurs propres croyances, émotions et comportements, qu’ils soient positifs ou négatifs. Qu’ils l’aient fait intentionnellement ou non, ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient.

J’ai passé des années à être en colère contre eux jusqu’à ce que je prenne la décision de leur pardonner, me préparant également pour le jour où j’aurai des enfants, afin qu’ils apprennent à embrasser et à gérer les émotions interdites que j’ai mentionnées précédemment.

Nous ne pouvons rien faire contre la façon dont nos parents nous ont élevés, mais il nous incombe de veiller à notre bien-être.

Tout comme il existe des émotions ou des catégories d’émotions interdites dans chaque famille, il existe aussi des émotions encouragées. Ayant appris à supprimer la conscience de certaines émotions, un enfant trouvera une compensation en exprimant ce qui a été autorisé à la place.

Dans une famille, par exemple, la colère peut être interdite mais la tristesse est autorisée et encouragée. L’enfant de cette famille apprendra que la tristesse recevra de l’attention, alors que la colère sera punie, critiquée ou ignorée.

Reprendre possession des émotions interdites devient alors une nécessité. On peut enfin donner un sens à des sentiments confus et apparemment inappropriés et déplacés. Et on peut commencer à prendre de meilleures décisions, puisque les émotions authentiques guident les choix authentiques, procurant un sentiment d’épanouissement et réduisant la possibilité de se sentir vide, frustré et peu sûr de soi.