Faites briller votre lumière, même lorsque vous vous sentez brisé

« J’aimerais pouvoir te montrer, lorsque tu es seul ou dans l’obscurité, l’étonnante lumière de ton propre être. »

Je garde un prisme suspendu près de l’entrée de ma maison. Sa beauté, rendue possible uniquement par la nature brisée du verre à partir duquel il est construit, sert de rappel constant que même les morceaux brisés en chacun de nous peuvent servir de source de lumière. C’est une leçon que j’ai mis du temps à apprendre.

Peu après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j’ai jeté un regard long et brutalement honnête sur ma vie et j’ai réalisé qu’elle était devenue stagnante et presque sans joie. J’étais enlisé dans une relation profondément malheureuse, je travaillais trop et je riais trop peu. J’ai alors décidé de changer.

J’ai reconnu que les mensonges que je me disais – que je n’étais pas aimable, que j’étais en quelque sorte brisée ou victime d’un passé violent – avaient créé un monde dans lequel le bonheur profond n’était qu’entrevu.

J’ai accepté comme vérité que je n’avais pas seulement le droit de trouver le bonheur, mais aussi le devoir de le faire, et je me suis consacré à sa recherche. J’ai mis fin à cette relation, j’ai négocié de meilleurs horaires au travail et je me suis mis en tête de trouver la joie.

Sur le plan académique, j’ai fait tout ce que je pouvais pour assurer la croissance de mon esprit : J’ai cultivé des relations significatives, j’ai tenu un journal de gratitude, j’ai fait du yoga. J’ai lu et discuté d’innombrables livres et articles sur la sagesse ancestrale et les secrets du bonheur.

Grâce à une action dévouée et à un engagement envers la croissance, j’ai pu recâbler mon cerveau pour inviter et accepter le bonheur de multiples façons.

Mais, sur le plan personnel, mon chemin était moins clair. Certains jours, j’étais étonné par la beauté pure de la vie et je me sentais pleinement connecté et présent. J’ai eu de profonds moments de clarté au cours desquels j’ai su que je faisais partie du grand tissu de l’univers et que, en tant que tel, j’étais profondément beau.

Mais certains jours, de vieux schémas de pensée dysfonctionnels s’insinuaient.

J’étais stupéfaite de constater que ma perception de mon apparence pouvait gâcher toute une matinée, ou que j’avais encore du mal à comprendre pourquoi une personne devrait m’aimer.

J’ai lutté contre la déception et la tristesse en me débattant avec ces pensées indésirables. Dans ces moments d’obscurité, j’ai commencé à me demander si j’avais grandi du tout.

Pendant ce temps, des amis, des membres de ma famille et des connaissances me confiaient que mon approche de la vie, ma nature joyeuse et ma lumière naturelle étaient une source d’inspiration pour eux. En partageant la sagesse que j’avais acquise au cours de mon voyage vers la découverte de moi-même, j’aidais ceux qui m’entouraient à soulager leur propre souffrance. Pourtant, je me posais encore des questions.

Je me demandais : « Comment puis-je aider quelqu’un d’autre si je ne me sens pas entière ? ».

C’est pendant l’un de ces moments de profonde incertitude qu’un ami cher m’a exhorté à reconnaître ma propre lumière.

Il m’a demandé d’imaginer un monde dans lequel je n’aurais pas partagé ma joie, un endroit dépourvu des petites transformations que j’avais opérées.

  • Je devais admettre que si j’avais laissé ces moments d’obscurité éclipser la clarté que j’avais atteinte, le monde serait un tout petit peu moins lumineux. J’ai reconnu qu’il était de mon devoir d’empêcher cela.

J’ai dû mettre de côté la peur – la peur de ne pas être assez bon, pas assez complet – afin de permettre à ma lumière de briller.

Il y a une citation de Stephen Cope, tirée de The Great Work of Your Life, que j’ai accrochée dans ma chambre. Elle dit : « Chacun d’entre nous ressent avec acuité un aspect de la souffrance du monde. Et nous devons y prêter attention. Nous devons agir. Il nous appartient de transformer ce petit coin du monde. Ce petit coin du monde est le nôtre pour le sauver. »

En gardant cela à l’esprit, je suis capable d’agir – d’offrir de l’amour, du soutien, de l’aide et de la gentillesse quand je le peux. Je suis capable de rayonner. C’est, en fait, notre souffrance qui nous permet de transformer le petit coin du monde qui est le nôtre.

Le chemin de l’épanouissement personnel n’est pas linéaire. C’est un voyage sinueux qui traverse des montagnes et des vallées, et il y a parfois plus de bas que de hauts. Mais c’est un voyage qui va toujours de l’avant, et c’est notre lumière – cette même lumière qui existe en chacun de nous – qui guide le chemin, si seulement nous lui permettons de briller.

Invitez-vous à embrasser chaque aspect de votre être. Il y aura peut-être des moments où vous ne vous sentirez pas entier, mais lorsque ces moments arrivent, encouragez-vous à vous souvenir d’un moment où vous avez fait du monde un endroit plus positif. Peu importe où vous en êtes sur votre chemin, ce moment a compté.

Dès que vous partagez votre lumière, le monde devient plus lumineux.