Huit règles à suivre par les familles pour rendre la vie plus facile et plus agréable

Les bébés dans le ventre de leur mère sont encore très petits, mais leurs rêves pour leur vie future sont déjà très grands.

Grandir pour être l’enfant d’un conte de fées.

Les parents éprouveront le sentiment le plus heureux du monde lorsqu’ils regarderont leur bébé endormi près du berceau, sous un doux soleil.

Plus tard, alors qu’ils se promèneront tous les trois main dans la main dans le jardin, le petit se faufilera joyeusement entre papa et maman, amusant toute la famille avec de jolies blagues.

Ils finiront par avoir des frères et sœurs et grandiront dans une harmonie sans limites.

Il sera libéré des conflits et choyé par des parents qui l’aimeront toujours.

Bonnes blagues

Si vous croyez encore à l’harmonie parfaite, oubliez-la.

Avec des enfants, ce n’est pas possible !

Tu ne devrais pas en rêver.

Parce qu’ils ne durent que jusqu’à la naissance du bébé.

Puis la vie quotidienne prend le dessus – les cris, les nuits blanches, les maladies, les disputes conjugales, la frustration que nos normes ne fonctionnent pas.

Pendant des années, au lieu d’une grande harmonie, les jours et les nuits ont été longs et fatigants.

Pour autant, ce n’était pas la fin du monde.

Après tout, il y a toujours eu de bons moments entre les deux.

Mais ce qui a fait le plus mal, c’est la douleur de perdre l’illusion.

« Je voulais avoir une famille heureuse à tous points de vue, mais maintenant, il n’y a pratiquement pas un moment où je ne suis pas insatisfaite. Quel est le problème avec ça ? »

Caroline, 36 ans

Les règles familiales sont importantes pour résoudre les conflits plutôt que de les supprimer.

Une maman qui se plaint est meilleure pour le bonheur de la famille qu’une maman qui sourit toujours et cède.

Ce qui est vraiment mauvais, c’est généralement la demande.

Si les parents sont libérés des rêves de paix, de bonheur et de licornes, ils ont beaucoup gagné.

Parce qu’une famille heureuse ne ressemble pas à ce que l’on voit dans les publicités pour Nesquik.

Tous les gens se comportent bien, tous les gens sont heureux tout le temps.

Non, personne ne vit dans le bonheur tous les jours.

L’harmonie n’est pas obligatoire.

Les conflits ne doivent pas être éliminés, mais ils doivent être résolus.

Le bonheur familial est un travail, un travail précieux.

Même face à la colère, au ressentiment et aux problèmes, la vie de famille fonctionne si bien que les adultes et les enfants disent : « Nous sommes une bonne famille ».

Les experts en éducation ont résumé en quelques points clés les éléments essentiels d’une famille heureuse.

Règle 1 : Nous nous entraidons.

Peu importe ce qui se passe.

C’est un besoin humain très profond de sentir que l’on fait vraiment partie d’une famille.

Par conséquent, la règle la plus importante dans une bonne famille est de compter les uns sur les autres, de se soutenir mutuellement et de se protéger mutuellement.

Dans notre maison, chacun trouve et fournit une épaule sur laquelle s’appuyer.

Tout le monde a le droit de faire une erreur et de se relever.

Même si vous ratez la cible à plusieurs reprises, n’abandonnez pas et essayez à nouveau.

Même après des jours de disputes et de difficultés, nous nous embrassons à nouveau le soir.

Règle 2 : Nous sommes tous égaux

Une bonne famille signifie que chaque individu peut réaliser ses propres souhaits.

Par exemple, en ce qui concerne le bruit et le silence.

Les enfants ont besoin d’espace et de temps pour jouer, se détendre et faire du bruit.

Les parents veulent aussi être retirés et laissés seuls.

Chaque personne a des besoins différents qui doivent être pris en compte.

Par conséquent, des compromis sont toujours nécessaires dans la vie quotidienne.

Les parents doivent fixer des limites claires pour permettre à leurs enfants de s’amuser, plutôt que d’abuser autoritairement de leur pouvoir et de leur domination.

Règle n° 3 : soyez honnête avec vous-même.

Toujours être un bon garçon/fille ?

Ne jamais se disputer avec ses frères et sœurs ?

Être un père heureux ou une mère parfaite ?

Ne jamais refuser les souhaits de vos enfants pour les rendre heureux 24 heures sur 24 ?

Bien sûr que si !

Dans un bon foyer, personne n’a besoin de porter un masque et de se montrer différent de ce qu’il est vraiment.

Dans un foyer, vous pouvez vous laisser aller, vous exprimer honnêtement, mal vous conduire, montrer vos faiblesses, demander de l’aide et vous coucher avec la certitude d’être aimé, même si vous n’êtes pas parfait.

Et pourtant, nous sommes tous dans le même bateau. Rien au monde ne peut déchirer une famille.

Règle 4 : Nous devons être optimistes.

Aucun problème n’est trop grand, aucun obstacle n’est insurmontable et il y a toujours une solution.

Lorsque les enfants en font l’expérience très tôt et que les parents donnent l’exemple, la famille devient une source de force pour la vie.

La plupart des parents le font instinctivement dès le départ, par exemple en prenant dans leurs bras un bébé qui pleure et en le berçant doucement, ou en apaisant un petit enfant lorsqu’il pleure.

En grandissant, les enfants sont capables d’évoquer des images agréables, ce qui constitue la base d’une attitude optimiste.

Règle 5 : Nous maintenons les rituels familiaux

Les bonnes familles ont des rituels fixes, qui sont si importants que tout le monde insiste pour y participer.

Lire un livre à haute voix le soir, chanter une chanson avant de se coucher, manger ensemble – les familles qui cultivent ces habitudes de façon régulière obtiennent de meilleurs résultats.

Les rituels rendent la vie quotidienne prévisible et donnent aux enfants un sentiment de sécurité et de confort.

Lorsque les règles familiales sont établies et deviennent un processus normal, les interactions quotidiennes deviennent plus faciles.

En effet, ils n’ont pas à se demander s’ils doivent vraiment se brosser les dents, ranger, s’habiller ou manger.

Règle n° 6 : on parle

Les familles malheureuses vivent sous le même toit, mais pas ensemble, mais les unes à côté des autres.

Ils font ce qu’ils veulent faire et ne laissent personne se mettre en travers de leur chemin.

D’autre part, une bonne famille cultive une culture de la conversation.

Ils s’intéressent à l’autre, écoutent exactement ce que l’autre pense et donnent à chacun la possibilité de s’exprimer.

La communication peut être aussi simple que « Comment allez-vous ?

Laissez-les parler de leur vie quotidienne au jardin d’enfants, à l’école ou avec leurs amis et demandez-leur ce qu’ils ont ressenti.

Les personnes qui apprennent à parler de leurs sentiments seront mieux à même de traiter avec les autres plus tard dans la vie.

Règle 7 : Nous sommes des parents, donc des êtres humains.

D’un côté, il y a les pouvoirs en place, les intouchables, les bigots qui décident arbitrairement de ce qui est bien ou mal.

D’autre part, les petits enfants qui doivent obéir, et essayer de rester à l’écart autant que possible ?

Ces images familiales ne sont plus d’actualité.

Les parents ne sont pas les seuls à fixer les règles de la famille !

Dans les familles heureuses, les mères et les pères ne regardent pas leurs enfants de haut.

Ils sont prêts à modifier leurs jugements, sont flexibles, écoutent de nouveaux arguments et admettent parfois même leurs erreurs.

Lorsque les enfants savent que cela est possible, ils sont prêts à faire des compromis, même en cas de phases d’obstination.

Règle numéro 8 : les enfants ont besoin de liberté

Les parents modernes ont souvent tendance à être surprotecteurs et à imposer de nombreuses règles.

Ils veulent se débarrasser de tout ce qui empêche leurs enfants de s’amuser.

Cependant, cela fait plus de mal que de bien.

Les enfants veulent très naturellement être libres.

« Je peux le faire tout seul » est une phrase typique qui exprime exactement cela.

Les parents doivent savoir lâcher prise pour que leurs enfants puissent découvrir le monde.

La famille est un refuge auquel ils peuvent toujours revenir.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121