J’apprends lentement à me libérer

 

Croyez-vous que nous sommes nés avec la connaissance nécessaire pour nous blesser ou croyez-vous que cela nous est imposé et que nous pouvons peut-être rendre tout cela?

Je pensais que me tenir responsable de tout ce qui n’allait pas dans mon monde pourrait me sauver. Je pensais que les mots durs pourraient me motiver. Je pensais que régler une alarme pour 6 heures du matin et y apposer une note disant: «Lève-toi, salope stupide ou tu vas avoir l’air vilain aujourd’hui», m’aiderait en fait à me réveiller le matin.

Je croyais que le seul moyen pour moi d’atteindre le jour où je m’acceptais pleinement était de me rejeter complètement jusqu’à mon arrivée. Mais maintenant je comprends, je ne m’aidais pas du tout. Je me faisais seulement mal. Je ne faisais que me détruire. Je m’épuisais seulement à devenir une meilleure version de moi-même. Je me préparais seulement à l’échec tout en m’assurant constamment que l’échec ne serait jamais une option.

Mais maintenant, à 25 ans, je désapprouve enfin tout cela et au lieu de cela, j’apprends lentement que la vie ne doit pas nécessairement être une histoire de combat.

J’apprends lentement que la haine de soi n’est pas une motivation. J’apprends que m’appeler des noms péjoratifs ne me rend pas plus susceptible de devenir une meilleure personne. J’apprends à prendre le mot « juste » de mon vocabulaire lorsque je me décris. J’apprends que je ne suis pas juste une femme, ni qu’un ami, ou qu’un humain qui lutte pour sa survie.

Et surtout, j’apprends lentement que je mérite une seconde chance dans cette vie.

J’apprends lentement que m’aimer n’est pas égoïste. J’apprends lentement à prendre soin de moi, car j’essaie toujours de prendre soin des autres. J’apprends lentement à me pardonner aussi facilement que je pardonne à un ami ou à un être cher qui, je le crois, fait de son mieux, tout comme moi. J’apprends lentement que mes imperfections ne sont pas seulement «pas tout ce que je suis» mais qu’elles méritent en fait d’être aimées et attentionnées.

J’apprends que s’il peut toujours y avoir place pour l’amélioration de soi, il n’y a pas toujours de place pour le changement total de ce qui est en moi. J’apprends lentement que je ne suis pas un robot et que changer ce que je ressens n’est pas aussi simple que de me donner un ordre froid pour être meilleur.

J’apprends lentement que dans une certaine mesure, je suis ce que je suis. Et c’est probablement ce que j’ai toujours été. Et j’apprends lentement que ça va. J’apprends lentement que je suis la première personne à qui je devrais tenir une promesse. J’apprends lentement que personne sur cette planète entière ne me connaît mieux que moi et que lorsque je prendrai enfin soin de moi, ce ne sera que alors que je pourrai vraiment prendre soin des autres.

J’apprends lentement qu’il n’y a jamais de place pour la haine de soi ou le doute déraisonnable. Il n’y a pas de place pour la peur ou l’inquiétude sur les choses que je ne peux pas changer. Il n’y a pas de place pour l’immense regret de mes erreurs passées. J’apprends que je peux m’aider sans me haïr. J’apprends qu’il est possible d’apprendre de mon passé sans m’y attarder toute ma vie.

J’apprends lentement à me donner l’amour que je désire si désespérément des autres.

J’apprends lentement que je suis moi. J’apprends que les mauvaises pensées que je pense à moi-même ne m’appartiennent pas toujours, mais à ceux qui m’ont déjà fait mal. J’apprends que je peux rendre ces pensées négatives à leurs propriétaires d’origine. J’apprends que je pourrais être plus durable que je n’aurais jamais imaginé auparavant.

J’apprends que la femme que je suis aujourd’hui est quelqu’un de fier et chéri et j’apprends lentement à l’accepter complètement.

Et puis tout cet apprentissage m’a fait réfléchir… est-ce ce que l’on ressent quand on est libre?