Je n’étais pas prêt à être votre presque

2 of 2Next
Use your ← → (arrow) keys to browse

Au début du mois de septembre, tu m’as fait vivre un fantôme. Je ne sais pas si je peux appeler ça un fantôme, mais tu as annulé nos plans du samedi soir pour un « dîner de famille » et tu n’as jamais fait d’autres plans ou pris la peine de me surveiller à nouveau. Tu as toujours vérifié mes histoires d’Instagram et aimé mes photos, mais rien de plus

Pourquoi est-ce toujours quand on s’en soucie qu’ils sont des fantômes ?

Je commence à penser que les hommes ont des alertes sur leur téléphone qui leur disent quand nous nous soucions d’eux ou quand nous ne nous soucions plus, afin qu’ils puissent disparaître ou réapparaître dans notre vie.

Je savais que nous ne serions jamais officiels, mais je t’aimais bien. J’aimais bien m’amuser avec toi, parler de mes histoires drôles, découvrir tes émissions de télévision préférées. Je n’étais pas prête à ce que ça se termine si vite et si soudainement.

J’espère vraiment que nous pourrons nous revoir, et j’espère vraiment que tout se passera bien.

Votre presque.

2 of 2Next
Use your ← → (arrow) keys to browse