Je suis une mère fainéante et négligent, tu veux savoir pourquoi ?

Je suis une mère fainéante.

Je suis aussi égoïste et négligent. Vous voulez savoir pourquoi ?

Eh bien, parce que je veux que mes enfants soient indépendants, entreprenants et responsables. Un enfant doit avoir la possibilité de montrer ces qualités.

En travaillant dans un jardin d’enfants, j’ai vu des exemples de soins parentaux excessifs. Je me souviens en particulier de Paul, âgé de trois ans.

Ses parents bienveillants pensaient qu’il devait manger de tout, sinon il perdrait du poids. Je ne sais pas comment ils le nourrissaient à la maison, mais il est arrivé chez nous avec un manque d’appétit évident.

Tout ce qu’on lui donnait, il le mâchait et l’avalait mécaniquement. Nous avons dû le nourrir car « il ne peut toujours pas manger tout seul ». Je l’ai donc nourri le premier jour et je n’ai remarqué aucune émotion sur son visage.

Je lui donne de la purée – il ouvre la bouche, mâche, avale. Je dois dire que le cuisinier de notre crèche ne l’a pas très bien préparé. Beaucoup d’enfants ne voulaient pas en manger ce jour-là (et je les comprends tout à fait). Paul en a mangé la plus grande partie.

Je lui ai demandé, est-ce que tu aimes la purée de pommes de terre ?

« Non. »

Il a continué à ouvrir la bouche, à mâcher et à avaler.

« Si tu n’aimes pas ça, ne le mange pas ». Les yeux de Paul se sont élargis. Il était stupéfait !

Il ne savait pas qu’il pouvait faire ça. Pour la première fois, Paul a exercé son droit de ne pas manger et n’a mangé que de la compote. Il a alors commencé à chercher quelque chose à ajouter à ce qu’il aimait.

Il a commencé à dire tout haut ce qu’il aimait et n’aimait pas manger.

Petit à petit, il a gagné son indépendance et est devenu heureux. Puis nous avons arrêté de le nourrir car il a un besoin naturel de nourriture. Et quand un enfant a faim, il mange, tout simplement.

Nous avons eu une autre affaire. Un autre enfant (Simon) attendait toujours que nous l’emmenions aux toilettes. Il n’y allait jamais seul et il ne pouvait pas dire quand il avait besoin de quelque chose de grand ou de petit.

Alors il attendait et faisait pipi dans son pantalon. Puis il continuait à jouer. Je l’ai regardé et je me suis demandé s’il allait en parler à quelqu’un, demander de l’aide ou aller se changer.

Mais non ! Il n’a rien dit. Comme pour Paul, nous avons résolu ce problème en une semaine, juste en parlant à ce petit garçon.

En voyant tout cela, j’ai décidé que la meilleure solution pour moi était d’être une mère paresseuse.

À un moment donné, je suis devenue une mère paresseuse pour nourrir mes enfants. J’ai poussé leurs cuillères et me suis assise avec eux pour manger quand ils avaient un an. À l’âge d’un an et demi, ils mangeaient avec des fourchettes.

Aller aux toilettes est également un besoin naturel. Simon l’a fait dans son pantalon. Sa mère nous a dit de l’emmener aux toilettes toutes les deux heures. « Je le mets sur le pot à la maison et je le tiens jusqu’à ce qu’il ait fini.

Après une semaine, le problème était résolu.

Simon a annoncé fièrement à tous ses camarades de classe.

Je suis une mère paresseuse.

J’aime faire la grasse matinée le week-end. Je me lève vers 11 heures le samedi. Mon fils de deux ans et demi regarde des dessins animés et grignote du pain d’épice. Il allume la télé tout seul et trouve une collation, en attendant le petit-déjeuner.

L’aîné, qui a huit ans, n’est plus à la maison. La veille, elle est allée au cinéma avec une amie et ses parents. Je lui ai dit qu’il ne voulait pas du tout se lever tôt.

Et si elle veut aller au cinéma, elle doit mettre le réveil et se préparer toute seule. Il avait du mal à s’endormir…

Bien sûr, j’ai mis l’alarme, je l’ai écoutée se préparer et j’ai fermé la porte. Puis j’ai envoyé un message à ses parents, qui attendaient qu’il rentre à la maison.

Mais mon enfant n’a rien vu de tout cela.

J’ai la flemme de vérifier les cartables de mes enfants de toute façon.

Je ne vérifie donc pas que leur cartable contient tout ce dont ils ont besoin pour l’école.

Ont-ils leurs livres ?
Ont-ils fait leurs devoirs ?
Ont-ils mis les serviettes à sécher après la piscine ?
Ont-ils un test à préparer ?

Je n’ai même pas envie de le jeter à la poubelle. Alors quand ils vont à l’école, ils le jettent dans la poubelle du bord de la route.

Pour être parfaitement honnête, j’ai même le culot de demander à mes enfants de me faire une tasse de thé. Lorsque je travaille sur l’ordinateur, je leur demande de m’apporter des chaussons si j’ai froid.

Et en vieillissant, je deviens plus paresseux.

Et tu sais ce qui me fait me comporter comme ça ? Outre les Paul et Simon susmentionnés, j’ai remarqué que l’attitude de mes enfants a complètement changé lorsque leur grand-mère est venue nous rendre visite.

La transformation était incroyable !

Mon fils aîné a soudainement oublié qu’il pouvait faire ses devoirs tout seul, ou qu’il pouvait chauffer son assiette en tant qu’adulte.

Il ne savait pas où étaient ses pyjamas ni où il devait aller à l’école.

En bref, il a oublié tout ce qu’il avait appris.

Une nuit, elle a refusé de dormir seule parce qu’elle avait peur du noir. Ce fut une révélation pour moi, car il n’avait jamais parlé de cela auparavant.

En fait, il voulait que sa grand-mère s’assoie sur le lit jusqu’à ce qu’il s’endorme.

Et je ne parle ici que des changements qui m’ont le plus affecté.

L’arrivée de grand-mère a tout chamboulé. Et vous savez pourquoi ?

Parce que grand-mère n’est pas paresseuse !

Le secret est simple : les enfants dépendent de leurs parents quand c’est plus pratique pour les adultes.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121