J’étais accro à l’aide aux personnes – Voici pourquoi cela me rendait malheureux

« En vieillissant, vous découvrirez que vous avez deux mains, l’une pour vous aider vous-même, l’autre pour aider les autres. » ~Maya Angelou

En grandissant en Afrique, on m’a dit que la vertu et la valeur d’une femme résident dans sa capacité à prendre soin de tout le monde autour d’elle ; qu’une femme était considérée comme bonne ou digne lorsque tout le monde autour d’elle était heureux et satisfait d’elle. J’ai pris ce conseil à cœur, d’autant plus que j’ai vu ma mère respecter cette norme à la lettre : elle plaçait tout le monde, y compris les étrangers, au-dessus d’elle-même.

La plupart des choses que nous apprenons dans notre enfance nous façonnent
Enfant, on m’a appris à cuisiner, à nettoyer et à prendre soin des autres. À l’adolescence, j’ai eu l’occasion de m’occuper de mes jeunes frères et sœurs. Au début, c’était génial d’être une aide-soignante, d’être celle vers qui tout le monde se tournait lorsqu’il avait besoin de quelque chose. J’aimais qu’on ait besoin de moi et je me réjouissais de l’étiquette de personne fiable qu’on me donnait.

La famille, les amis et même les inconnus savaient que j’étais la personne à qui s’adresser pour tout ce qu’ils voulaient. Si je ne pouvais pas les aider, je trouvais quelqu’un qui le pouvait. J’étais déterminée à ne jamais laisser quelqu’un en plan. J’aimais qu’on ait besoin de moi, et si quelqu’un avait besoin de moi, je croyais que j’étais son dernier recours.

La joie de donner
Vous voyez, une chose à propos de donner, c’est que ça fait du bien… jusqu’à ce que ça ne le fasse plus. Lorsque vous arrivez à un point où donner ne vous fait plus plaisir, cela signifie que vous devez inverser la tendance et commencer à vous donner à vous-même. Mais comment quelqu’un qui est dépendant de l’aide qu’on lui apporte peut-il s’en rendre compte ?

Lorsque aider les gens a commencé à me sembler plus épuisant qu’exaltant, mon premier réflexe a été de donner davantage, car je croyais que plus je donnais aux autres, plus je recevrais d’eux. Mais ce n’était pas le cas. Plus je donnais, moins je recevais, ce qui m’a poussé à qualifier la plupart de mes amis de mauvais amis parce que je ne recevais pas autant que ce que je leur donnais.

Lorsque j’ai cessé de couper les ponts avec mes amis parce qu’ils étaient « mauvais » pour moi, j’ai réalisé que le problème n’était pas que je ne recevais pas autant que je donnais ; le problème était que je donnais à tout le monde sauf à moi-même. Je m’étais mis en veilleuse et je m’étais abandonné. Comment puis-je m’abandonner et ne pas attendre des autres qu’ils m’abandonnent ?

La culpabilité qui accompagne le fait de se donner à soi-même
Il était facile de prendre conscience de mes problèmes profonds, mais les résoudre était une toute autre affaire. Parce que j’ai été conditionnée à croire que ma valeur résidait dans le fait de faire plaisir aux autres, j’ai toujours dit oui à tous ceux qui avaient besoin de mon aide ; dire non était extrêmement difficile.

Il m’était extrêmement difficile de dire non, car j’étais étouffée par une culpabilité intense et je finissais par céder et trouver de l’aide pour la personne à mes propres frais. Tout a changé pour moi lorsqu’un ancien camarade de classe m’a dit tout à coup : « Tu n’es le dernier recours de personne. »

Tu n’es le dernier recours de personne, quelle que soit la gravité de la situation. Si vous ne pouvez pas aider quelqu’un à résoudre son problème, une autre personne le fera. Et surtout, ce n’est pas à vous de veiller à ce qu’il obtienne l’aide dont il a besoin, c’est à lui de le faire.

Cela a été un tournant dans ma vie, car je savais maintenant que dire non à quelqu’un parce que j’avais besoin de temps pour m’investir dans mes propres besoins ne signifiait pas qu’il n’obtiendrait jamais d’aide.

La culpabilité était toujours là, mais petit à petit, j’ai persévéré à me choisir encore et encore. J’ai commencé par de petites choses, comme refuser d’aider un ami à promener son chien pour rester à la maison, prendre un long bain et lire un livre (j’aime lire). Et avec le temps, j’ai réussi à mieux dire non à des demandes plus importantes qui auraient été épuisantes et auraient eu un impact négatif sur ma santé mentale.

Donnez-vous à vous-même et vous n’attendrez pas trop des autres.
Lentement mais sûrement, j’ai appris que ma valeur est déterminée par moi et moi seule, par la quantité d’amour et d’attention que je me porte à moi-même. La culpabilité m’envahit encore parfois, mais elle n’est plus aussi intense qu’avant.

Je sais maintenant qu’il vaut mieux se sentir coupable de prendre soin de soi que d’attendre des autres qu’ils anticipent vos besoins et prennent soin de vous. Flash info : si vous ne prenez pas soin de vous de l’intérieur, personne ne le fera.

Ne vous méprenez pas, je continue à prendre soin de mes proches et à aider les autres du mieux que je peux, mais je le fais maintenant d’un point de vue complet, en sachant que je serai bien, qu’ils investissent en moi ou non.

Je n’attends pas grand-chose des gens, et je ne suis pas souvent déçue parce que j’ai appris à me donner la priorité. Franchement, j’ai remarqué que les gens qui m’entourent m’apprécient davantage maintenant que je ne suis pas une personne bien-pensante qui s’en veut de donner et d’être désintéressée.

« Je donne, je donne et je donne, et qu’est-ce que je reçois ? Rien. » Si vous vous êtes entendu dire ou penser ces mots, alors vous attendez que les gens vous rendent heureux juste parce que vous vous pliez en quatre pour les rendre heureux. Si vous continuez à vous plier en quatre pour rendre les autres heureux, un jour vous vous casserez le dos. Un dos cassé est très douloureux à supporter, prenez-en note.

La vie est un voyage, pas une course.
Ce n’est pas un processus qui se fait du jour au lendemain ; il faudra du temps et de la patience. J’ai appris que pour prendre soin de moi, il faut être gentil avec moi-même, que je fasse des progrès ou non. J’en ai fini de me dénigrer. Tout ce que je ne ferais pas ou ne dirais pas à une autre personne, je me suis juré de ne jamais le faire ou le dire à moi-même.

Il n’y a aucune gloire à se piétiner pour plaire au monde, il n’y a aucune gloire à se déprécier et à se détester. Ce n’est pas faire preuve d’humilité que de s’insulter ou de vivre dans la souffrance parce que l’on ne veut pas blesser quelqu’un d’autre ou parce que l’on veut être considéré comme une personne gentille ou polie.

Nos sentiments et nos besoins comptent autant que ceux des autres, mais nous ne pouvons les honorer que si nous le reconnaissons et leur donnons la priorité.