La douleur n’a pas de date d’expiration ; vous n’avez pas à vous sentir coupable de votre tristesse.

 

« On dit que le temps guérit toutes les blessures, mais cela suppose que la source de la douleur est limitée. « Cassandra Clare

À 16 ans, j’ai perdu mon père à la suite d’une crise cardiaque. Je suis allé à l’école le matin du 14 avril 2008 et quand je suis rentré à la maison ce soir-là, je n’avais plus de père. Très vite, j’ai été confronté à un cocktail d’émotions inconnues, une douleur très envahissante que je ne souhaiterais à personne.

Chaque fois que je pensais à me lever, je pouvais sentir la boucle d’une de ses ceintures près d’un placard, ou une de ses chaussettes sur le sol, et soudain mes points de suture se déchiraient.

J’ai perdu la capacité de prendre des décisions simples, comme commander dans un restaurant ou décider quelle émission de télévision regarder. Rien n’avait de sens cette semaine-là.

Mon père était mon meilleur ami, non pas parce qu’il tenait tant à rester jeune ou parce que je lui ai permis d’échapper à certaines circonstances. Au contraire, mon père était très strict et m’a toujours poussé à m’améliorer et à être une meilleure personne.

Je pourrais lui parler de mes préoccupations avec l’assurance de recevoir un conseil honnête et impartial. Il m’a poussé à voir le bien en moi au lieu de rester dans le négatif. Je pouvais éclater en sanglots devant lui, sachant que je ne le mettrais pas mal à l’aise.

Le jour où il est mort, j’ai dû accepter le fait que je ne pouvais compter que sur moi-même. Cela semblait difficile en soi, mais aujourd’hui, cette charge varie selon les circonstances. Ma soeur et moi avons beaucoup pleuré et nous avons dû être forts.

En tant que membre le plus âgé de ma famille, je suis rapidement devenu le chef de famille après ma mère. J’ai aidé à organiser les funérailles et je me suis assuré que toutes les formalités étaient en ordre. Ce nouveau rôle ne me dérangeait pas parce qu’il me permettait d’être responsable, comme si, en aidant ma mère, je rendais à mon père tout l’amour qu’il m’avait donné.

Mon plus grand défaut est que je me suis toujours concentré sur l’avenir au lieu de rester ancré dans le présent. Il n’est donc pas étonnant que la mort de mon père et la résolution de mon deuil à long terme ne soient pas différentes.

J’ai pleuré toute la semaine après sa mort. J’ai pleuré avec tous les gens qui étaient à l’enterrement. Après tout, c’est à ça que le deuil est censé ressembler, non ?

Quand tout le chagrin est revenu à la maison et que les funérailles ont été terminées, j’ai repris ma vie là où je l’avais laissée avant sa mort.

J’ai évité de vivre le moment « présent » parce que le présent était trop douloureux, mais en même temps j’ai essayé de convaincre le reste du monde que j’étais une femme forte face à leurs émotions. J’ai donc mis davantage l’accent sur l’entrée à l’université et sur la réalisation de toutes les choses que mon père aurait voulues pour moi.

Cette approche a très bien fonctionné jusqu’à ma dernière année d’université. J’étais alors sur la liste du directeur, je venais d’entrer dans l’école et j’étais sur le point d’obtenir mon diplôme.

Et puis mon fiancé m’a demandé de l’épouser.

Je ne pensais pas qu’il me donnerait la bague de fiançailles de ma mère, celle que mon père lui avait offerte. Il y a eu un souvenir soudain de mon père qui brillait sur mon doigt que je ne pouvais pas ignorer.

Bien que ce fut l’un des moments les plus heureux de ma vie, mes fiançailles ont fait ressortir toute la douleur refoulée de façon si vive que j’ai ressenti une fois de plus le choc de sa disparition. Je n’ai pas pu rentrer à la maison pour annoncer la bonne nouvelle à mon père. Il n’était plus là pour m’emmener à l’église.

Je me suis rendu compte à quel point je m’étais trompé moi-même. Je n’avais pas fini mon deuil parce que je ne l’avais pas commencé. J’étais tellement absorbé par mon nouveau rôle que je ne m’étais pas donné les moyens de ressentir de la colère, du ressentiment, de la dépression, ni même de trouver la grâce dont j’avais le plus besoin pour continuer.

Lors des funérailles, beaucoup de gens m’ont dit que les choses s’amélioreraient avec le temps. En fait, il ne le fait presque jamais. J’ai réalisé que la douleur ne s’arrête jamais, nous trouvons simplement différentes façons de la gérer dans notre vie.

Vous pouvez aller à la page suivante pour lire la suite de cet article


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121