Lait maternel: selon l’Unicef c’est le «premier vaccin des nouveau-nés»

Selon l’agence, retarder l’allaitement de deux à 23 heures après la naissance augmente de 40% le risque de décès au cours des 28 premiers jours de la vie. Le retarder de 24 heures ou plus augmente ce risque à 80%.

«Un allaitement précoce peut faire la différence entre la vie et la mort», a déclaré aujourd’hui France Bégin, conseillère principale de l’UNICEF pour la nutrition, dans un communiqué de presse.

«Si tous les bébés ne sont nourris que du lait maternel à compter de la naissance jusqu’à l’âge de six mois, plus de 800 000 vies seraient sauvées chaque année», a-t-elle ajouté.

Le lait maternel est le premier vaccin du bébé, la première et la meilleure protection dont il dispose contre les maladies. Mettre le bébé au sein leur fournit également les nutriments essentiels, les anticorps et le contact peau à peau avec leur mère, qui les protège de la maladie.

Un retard pour ce premier contact critique non seulement diminue les chances de survie du nouveau-né, il limite l’approvisionnement en lait et réduit les chances d’allaitement au sein exclusif.

L’UNICEF a présenté ces informations dans le contexte de la prochaine Semaine mondiale de l’allaitement maternel, célébrée chaque année du 1er au 7 août dans plus de 170 pays pour promouvoir l’allaitement au sein et améliorer la nutrition du nourrisson.

Toutefois, les données de l’UNICEF ont montré que les progrès dans la mise au sein d’un plus grand nombre de nouveau-nés au cours de la première heure de vie avaient été lents au cours des 15 dernières années.

La situation en Afrique subsaharienne est particulièrement préoccupante, où les taux de mortalité des moins de cinq ans sont les plus élevés au monde; Les taux d’allaitement maternel précoce n’ont augmenté que de 10 points de pourcentage depuis 2000 en Afrique orientale et australe et sont restés inchangés en Afrique occidentale et centrale.

Même en Asie du Sud, où les taux d’initiation précoce à l’allaitement ont triplé en 15 ans, passant de 16% en 2000 à 45% en 2015, la hausse est loin d’être suffisante: 21 millions de nouveau-nés attendent trop longtemps avant d’être allaités.

L’UNICEF a également constaté que les femmes n’obtiennent pas l’aide dont elles ont besoin pour commencer à allaiter immédiatement après la naissance, même lorsqu’un médecin, une infirmière sage-femme, les aide à accoucher. Par exemple, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie du Sud, les femmes qui accouchent avec un accoucheur qualifié sont moins susceptibles de commencer à allaiter au cours de la première heure de leur vie que les femmes qui accouchent avec des aides-soignants ou des membres de leur famille non qualifiés.

De plus, nourrir les bébés avec d’autres liquides ou aliments est une autre raison pour retarder l’allaitement maternel précoce. Dans de nombreux pays, il est habituel de donner à un nourrisson, du lait de vache ou de l’eau sucrée au cours des trois premiers jours de sa vie. Près de la moitié des nouveau-nés sont nourris avec ces liquides.

«Lorsque les bébés reçoivent des solutions moins nutritives que le lait maternel, ils allaitent moins souvent, ce qui empêche les mères de commencer et de continuer à allaiter», a déclaré l’agence. « À l’échelle mondiale, seuls 43% des nourrissons de moins de six mois sont nourris exclusivement au sein », a-t-il ajouté.

Les bébés qui ne sont pas allaités du tout courent 14 fois plus de risques de mourir que ceux qui sont nourris uniquement de lait maternel.

Mais toute quantité de lait maternel réduit le risque de mort d’un enfant. Les bébés qui n’ont pas été nourris au lait maternel courent sept fois plus de risques de décéder d’infections que ceux qui en ont eu au moins un peu plus au cours des six premiers mois de leur vie.