Le chagrin n’a pas de date d’expiration (ne vous précipitez donc pas sur la douleur).

« On dit que le temps guérit toutes les blessures, mais cela suppose que la cause du chagrin est finie » ~♪Cassandra Clare

Le matin du 14 avril 2008, je suis allé à l’école avec mon père et je suis rentré chez moi le soir même sans lui. Je me suis vite retrouvé face à un étrange cocktail d’émotions.

Et tous les points que j’avais cousus pour moi étaient soudainement arrachés par des sanglots déchirants.

Je ne pouvais plus prendre de décisions simples, comme le choix d’un magasin ou d’une chaîne de télévision. Tout n’avait aucun sens cette semaine-là.

Mon père a toujours été mon meilleur ami, mais cela ne signifie pas qu’il fait semblant d’avoir mon âge ou qu’il me permet de m’en sortir par la parole. Au contraire, mon père était assez strict et m’a toujours soutenu.

Il était mon meilleur ami, car je pouvais lui parler de tout ce qui me préoccupait et il me donnait des conseils honnêtes et impartiaux. Il m’a forcé à voir le bon côté de moi-même au lieu de m’attarder sur le négatif. Je pouvais pleurer devant lui parce que je savais qu’il ne serait pas timide ou qu’il n’essaierait pas de m’éviter comme un père dans une sitcom télévisée.

Le jour de sa mort, j’ai dû accepter le fait que je n’avais personne d’autre vers qui me tourner que moi-même.

J’ai dû accepter le fait que je n’avais personne d’autre vers qui me tourner que moi-même. C’était déjà assez difficile, mais je devais en plus assumer le fardeau d’être dépendant de tout le monde. J’ai pris sur les épaules de ma mère et de ma soeur.

En tant que fils aîné, je passais après ma mère. Elle comptait sur moi pour planifier les détails des funérailles et pour m’occuper de la paperasse. Ce nouveau rôle ne me dérangeait pas car il était valorisant et je sentais qu’en aidant ma mère, je pouvais rendre à mon père ce qu’il avait fait pour moi.

Mon plus grand défaut de caractère était de toujours regarder vers l’avenir plutôt que d’avoir une bonne maîtrise du présent. Naturellement, la mort de mon père n’a pas été différente de mon chagrin à long terme.

J’ai pleuré toute la semaine après sa mort. Aux funérailles, j’ai pleuré comme tout le monde. Bien sûr, c’est ce qu’est le deuil, n’est-ce pas ?

Une fois l’enterrement terminé et qu’il n’y avait plus de personnes en deuil dans la maison, j’ai repris ma vie comme elle était avant sa mort.

J’évite de vivre le « maintenant » parce que c’est trop douloureux, mais en même temps, j’essaie de convaincre les autres que je suis une femme forte qui fait face à sa douleur. Je suis allé à l’université et je me suis consacré à faire tout ce que mon père aurait voulu que je fasse.

Cela a bien fonctionné jusqu’à ma dernière année. J’étais sur la liste du doyen, je venais d’être acceptée dans une école supérieure et la remise des diplômes était imminente.

Et puis mon petit ami m’a demandé en mariage.

Mais je ne m’attendais pas à ce qu’il me demande en mariage avec la bague de fiançailles de ma mère, la même bague que mon père avait achetée pour ma demande. Maintenant, mon père clignote sur mon doigt tous les jours et je ne peux pas l’ignorer.

Même si c’était le moment le plus heureux de ma vie, mes fiançailles ont commencé à faire remonter une tristesse enfouie, à tel point que j’avais l’impression que c’était le jour de sa mort. Je ne pouvais pas courir à la maison pour annoncer à mon père la bonne nouvelle. Il n’y avait aucune chance qu’il me conduise à l’autel.

Cela m’a fait réaliser à quel point je me rabaissais. Je n’avais pas commencé à faire mon deuil en premier lieu, donc je n’avais pas fini de le faire. J’étais tellement concentrée sur l’accomplissement de mon rôle d’adulte dans la famille que je n’ai jamais eu l’occasion de ressentir de la colère, du ressentiment ou de la dépression, ni de trouver l’acceptation dont j’avais vraiment besoin pour avancer.

Aux funérailles, quelqu’un m’a dit : « Ça va devenir plus facile pendant un moment ». Je ne pense pas que ce soit vrai. Je crois qu’il n’y a pas de fin au chagrin, nous trouvons simplement différentes façons de faire face à la vie.

J’avais 24 ans et prétendais être une femme de carrière stoïque et sans émotions, mais je fondais comme du beurre quand je parlais de mon père aux gens. Je pense à lui et j’écris sur lui plus souvent qu’il y a sept ans, et c’est bien ainsi. Il n’y a pas de limite au chagrin, sauf le temps que vous vous fixez.

Si je pouvais parler à mon moi de 16 ans, je lui dirais qu’elle ne doit pas se sentir coupable de son chagrin. Elle a le droit de faire son deuil autant ou aussi peu qu’elle le souhaite. Avant tout, je lui dirais qu’il est important de prendre le temps de faire le tri dans ces sentiments, plutôt que de les éviter ou de les faire passer avant les autres.

J’admets que certains souvenirs de mon père évoquent encore la douleur dans mon cœur. J’ai toujours ressenti le vide de la vie sans sa présence. Cependant, je me rappelle qu’il y a encore de nombreuses images de lui dans mon sourire, dans mes loisirs et dans les souvenirs des personnes qui ont eu la chance de le connaître.

L’important, dans le cas du deuil, est de ne pas essayer de l’arrêter le plus vite possible. Le chagrin ne peut être effacé par votre propre volonté. Combien de temps il t’a fallu pour essayer d’y croire ? L’important est de reconnaître que vous souffrez et d’essayer de trouver le bon côté de votre vie dans le processus.

J’avais l’habitude de regarder ma bague de fiançailles et d’être engourdie par les pensées du passé et de mon amour inassouvi. Mais avec un esprit renouvelé, je peux regarder ma bague, qui m’a été offerte par mon père, et être sûr que je peux aller de l’avant et trouver le même bonheur que mes parents.

Mon père ne disparaîtra jamais de ma vie, il parle seulement d’une manière qui nécessite une écoute attentive.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121