Le champignon crinière de lion tue les cellules du cancer du sein

Un article publié dans l’International Journal of Medicinal Mushrooms met en lumière les effets du champignon comestible et médicinal Lion’s Mane sur les cellules cancéreuses du sein.

Après avoir capturé les constituants du champignon dans un extrait aqueux, les chercheurs ont administré la concoction à des cellules cancéreuses du sein in vitro (dans une boîte de Pétri). L’étude a analysé les effets des molécules dérivées du champignon sur le cancer du sein à récepteurs d’œstrogènes positifs (ER+) – une forme de la maladie alimentée par la fixation des œstrogènes et associée à la récidive.

L’équipe de recherche de l’université Ege, en Turquie, a mesuré l’impact de l’extrait de crinière de lion en suivant la viabilité des cellules, la perturbation du cycle cellulaire et l’apoptose – un mécanisme qui entraîne l’autodestruction des cellules endommagées.

L’application de l’extrait a entraîné une apoptose significative dans les cellules malades, a réduit la division cellulaire, a interrompu l’expression des gènes et a également démontré des effets synergiques avec le tamoxifène, un médicament utilisé en hormonothérapie.

Les constituants de Lion’s Mane se sont révélés prometteurs contre le cancer du poumon dans les cellules humaines et contre la propagation du cancer du côlon dans les modèles animaux, mais peu de recherches ont exploré leurs effets sur le cancer du sein. L’auteur de l’article a conclu : « Globalement, nos résultats ont fourni des preuves in vitro que l’extrait aqueux de H. erinaceus [crinière de lion] pourrait être un candidat puissant pour le traitement du cancer du sein ER+. »

Luke Sumpter est un journaliste indépendant spécialisé dans la santé, le bien-être et les thérapies alternatives. Il travaille actuellement sur une thèse explorant le rôle émergent du système endocannabinoïde en médecine orthopédique.