Le mouton noir ou l’enfant chéri : trois types de relations toxiques

Dans la dynamique de l’enfant chéri et du mouton noir, un enfant est le chouchou de la famille et l’autre est le rebelle.

Dans la dynamique de l’enfant paternel et de l’enfant éternel, un enfant vieillit plus vite que nécessaire et l’autre n’a aucune chance de mûrir.

Êtes-vous l’œuf d’or ou le mouton noir ?

Les relations toxiques entre frères et sœurs se produisent lorsque les parents sont indisciplinés, dépressifs, agressifs, narcissiques ou dominateurs. Des relations tendancieuses et très toxiques entre enfants peuvent se développer lorsque les parents ne fixent pas de limites ou ne gèrent pas les relations entre frères et sœurs de manière saine.

1. l’enfant chéri et le mouton noir

Même si beaucoup de gens n’aiment pas l’admettre, les parents sont souvent ceux qui aiment le plus leurs enfants. Lorsqu’ils sont honnêtes l’un envers l’autre, il existe une dynamique de l’œuf d’or et du mouton noir.

Les brebis galeuses sont les victimes de la famille, elles se considèrent toujours comme « mauvaises » et incapables de faire quelque chose de bien. Grâce au mécanisme de défense de la projection, la famille projette tous ses défauts sur le mouton noir.

Cet enfant devient l’apostat et le rend responsable de tous les problèmes de la famille.

Les parents considèrent l’arbre d’or comme une extension d’eux-mêmes et ne peuvent pas permettre au mouton noir de détruire l’histoire qu’ils ont construite. Par conséquent, lorsque les brebis galeuses font une bonne action, leurs réalisations sont négligées ou ignorées.

L’arbre d’or doit toujours être le meilleur, et les brebis galeuses ne peuvent qu’espérer être reconnues sans compromettre leur statut d’arbre d’or.

Le mouton noir a intériorisé la réputation de sa famille, a une faible estime de soi, souffre de culpabilité toxique et ne pense pas qu’il mérite d’être heureux ou de réussir.

Il se sent inconsciemment attaqué et critiqué pour chacune de ses réalisations. À l’âge adulte, il a tendance à se saboter pour échapper aux attaques auxquelles il s’attend inconsciemment.

Ce mouton noir n’a jamais éprouvé de sentiment d’appartenance et sera probablement profondément seul pour le reste de sa vie parce qu’il n’a jamais ressenti un sentiment d’appartenance ou de bienvenue dans sa propre maison.

Cependant, la situation de ce golden boy n’est pas non plus idéale. Comme Carl Jung l’a souvent dit.

« Le plus grand fardeau que porte un enfant est la vie que ses parents n’ont pas su mener ».

Le golden boy est l’héritier de la volonté de ses parents. Alors que les brebis galeuses sont obligées de trouver leur propre voie et de vivre leur propre vie, le golden boy est obligé de vivre en harmonie avec ses parents qui le contrôlent.

Des punitions et des menaces subtiles l’attendent s’il ne suit pas la voie qu’ils lui ont tracée. *****.

En tant qu’adulte, il se sent toujours obligé de faire ce qu’il faut et de faire plaisir à ses parents.

Il leur est difficile d’être spontanés et non conventionnels.

Le golden boy peut aussi se sentir inconsciemment coupable de l’injustice faite à ses frères et sœurs, mais il ne peut pas en dire grand-chose.

Plus tard dans la vie, ils peuvent développer un « complexe de sauvetage », être attirés par un partenaire plus faible dans le besoin, ou avoir tendance à se comporter comme des dominateurs.

2. la paternalisation et l’éternel enfant

Dans cette relation dynamique, l’enfant paternalisé est l’enfant précoce.

Il est toujours responsable, discipliné et rationnel. L' »enfant éternel », par contre, est le contraire. Il a une forte volonté, agit selon ses passions et manque d’autodiscipline.

Les enfants éternels méprisent les limitations et les engagements. Ils sont riches en idées et en projets, mais manquent de persévérance pour réaliser leurs rêves. Il est un casse-pieds au travail et a tendance à s’évader dans la fantaisie dès que les choses se compliquent.

En fait, il a un problème après l’autre, change constamment d’emploi, démissionne dès qu’une relation tourne au vinaigre et ne se consacre jamais à un objectif ou à une entreprise significative.

Les enfants éternels ont tendance à être charmants, spontanés et enjoués. Ce sont des amis amusants, mais pas des partenaires fiables. Ce sont des enfants qui vivent dans des corps d’adultes, ce qui rend difficile pour eux de devenir des personnes fonctionnelles et matures dans le monde réel.

Là où il y a l’enfant éternel dans la famille, il y a aussi l’enfant patriarcal.

Il peut penser qu’il ne mérite pas cela parce que son frère/sa sœur est une déception. Il n’a donc pas d’autre choix que de suivre un chemin prédéterminé et de réussir en tant que travailleur, en faisant tout ce qu’on attend de lui.

Cependant, il ne s’agissait pas d’un choix libre, mais d’un choix conforme aux attentes de ses parents. Peut-être n’a-t-il pas la force de jouer son rôle au nom de ses parents déprimés, ou peut-être doit-il essayer d’être parfait parce que ses parents sont trop violents et imprévisibles.

L’enfant patriarcal n’est jamais conscient de ses propres besoins car il a passé sa vie à jouer les entremetteurs et les médiateurs. Il pense toujours à ce qu’il « devrait » faire, plutôt qu’à ce qu’il veut vraiment.

Il a ignoré ses désirs  et est devenu un homme aux poings serrés qui ne pouvait pas se détendre.

En fait, il investit tellement d’énergie dans tous les aspects de sa vie – famille, travail, relations et vie parentale – qu’il risque de s’épuiser.

Cette dynamique est compliquée par l’envie de ses frères et sœurs d’être l’enfant du père, son enfant éternel qui n’a aucun souci à se faire.

Il l’aime de cette façon, mais à cause de son enfance privée, il ne peut échapper à son ressentiment. Entre amour, ressentiment et désir de liberté, les enfants du père traversent souvent des crises existentielles à l’âge adulte.

3. l’intimidateur et l’enfant victime

Dans les situations saines, les parents grondent leurs enfants en cas de comportement agressif et irrespectueux.

Toutefois, en raison de problèmes d’attachement ou de traumatismes, certains parents ne le font pas. Ils font tout pour plaire à leurs enfants car ils craignent les conflits ou l’abandon.

Ils ne veulent pas que leur comportement soit négatif et ne réagissent donc pas au mauvais comportement de leur enfant. Éviter l’autorité parentale et donner aux enfants la liberté de fixer leurs propres limites est une tâche impossible.

Lorsque les brimades se produisent entre frères et sœurs, une composition polarisée est créée : le brimadeur et la victime.

Cela se fait à leur détriment si un comportement agressif conduit à des brimades. Les enfants ont besoin de limites.

Lorsque l’agresseur est incapable de « sentir » les limites parce que ses parents ne les ont pas fixées, il commence à voir le monde comme un endroit chaotique et effrayant. ****.

Souvent, l’agresseur est en fait un enfant négligé, maltraité et endommagé. Il se sent impuissant et honteux, mais il ne peut exprimer ce sentiment en maltraitant ses frères et sœurs.

L’enfant victime a appris à se taire parce que personne ne veut l’écouter. Il est constamment maltraité, mais personne ne le croit. Sa seule option est de s’éloigner du traumatisme et de l’enfouir au fond de son esprit.

Le traumatisme prend alors la forme d’une fatigue chronique, de douleurs physiques, de dépression et d’anxiété.

Au lieu d’exprimer librement sa colère et de défendre ses limites, cet enfant se blâme et intériorise les attaques qu’il a subies. Ils deviennent très durs envers eux-mêmes et perdent constamment confiance en leur « critique intérieur ».

Les victimes de auront des barrières psychologiques et un sentiment d’honneur tout au long de leur vie et ne se sentiront jamais comme une personne à part entière.

Il est impossible pour lui de ne pas penser qu’il a besoin d’amour et de détruire les opportunités et les relations amoureuses. Parfois, il devient aussi lui-même. C’est aussi un tyran, car il lui est impossible de garder les sentiments qui se sont accumulés à l’intérieur.

Ces affections peuvent sérieusement affecter notre vie lorsque nous sommes blessés, rabaissés ou abandonnés par ceux que nous ciblons. « D’autres aspects de nos vies.

Les relations avec nos frères ou nos mères nous font aspirer à la réconciliation. C’est peut-être que nous coïncidons dans notre détresse parce que nous ne pouvons pas renoncer à cette relation que nous devrions avoir et que nous n’avons pas.

Alors nous continuons à trouver des excuses qui ne fonctionnent pas, alors nous devons réconcilier ce que nous avons fait, alors nous devons accepter le soutien de nos familles. Lorsque nous essayons de réparer ces choses et que rien ne vient, nous sommes déçus.

Il y a des moments où nous pouvons rétablir la relation ; il y a des moments où nous devons accepter ces choses telles qu’elles sont et accepter de ne plus les avoir. amour d’un frère ou d’une sœur. ***** La victime porte toute une vie de chagrin et de honte et ne se sent pas entière.

Il peut ne pas croire qu’il mérite d’être aimé et peut détruire des opportunités et des relations. Il peut devenir lui-même un tyran, incapable de contrôler le ressentiment qui s’accumule en lui.

Lorsque nous sommes blessés, trahis ou abandonnés par ceux qui sont censés nous aimer, les cicatrices sont si importantes qu’elles affectent d’autres domaines de notre vie.

Lorsque nos relations avec nos frères et sœurs se brisent, nous aspirons toujours à la réconciliation. Nous sommes peut-être trop pris par notre chagrin pour laisser tomber la relation que nous aurions dû avoir, mais en réalité nous ne le faisons pas.

Nous continuons à attendre soit des excuses, soit une reconnaissance de ce que nous avons fait, soit que notre famille nous accepte. Nous nous sentons impuissants lorsque nous essayons de le réparer encore et encore sans obtenir de résultats.

Parfois, les relations peuvent être réparées. Et parfois, nous devrons accepter les choses telles qu’elles sont et accepter que nous ne nous aimons pas en tant que frères et sœurs.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121