les 7 nobles poursuites

 

David Brooks – ce qui… je ne peux pas croire que je commence un poste portant son nom et qui, soit dit en passant, est un moraliste réactionnaire, fière et tout à fait suffisant, dans sa préoccupation élitiste: trolling et insistance douce contre l’inclusion et l’équité – a écrit exactement deux excellents essais dans son canon au New York Times. Vraiment: La liste de seau moral et le péril moral de la méritocratie.

Dans ces deux colonnes, Brooks délimite entre deux ensembles de vertus, deux manières différentes: le « résumé » vs « l’éloge », et le premier vs deuxième « montagne » s.

Il professe une sorte de re-priorisation spirituelle et morale de l’âme – un réalignement de nos étoiles guides. En les lisant, ils ont approfondi ma réflexion: en quoi consiste une vie bien vécue?

J’ai passé les 33 premières années de ma vie à gravir la première montagne. C’était une ascension fractionnée, pleine de hauts, de bas, de chutes, de faux pas et de fautes. J’ai essayé de trouver une carrière, de sortir du péril financier, de rencontrer quelqu’un avec qui je pouvais épouser et de fonder une famille, et de tenter en général de faire échec à chaque objectif arbitraire que la famille et la société m’avaient assigné.

Lorsque mon stock a culminé au printemps 2016, j’ai ressenti une nuance de vide. J’avais presque tout ce que je voulais, mais je ne me sentais pas épanouie. J’ai commencé à m’inquiéter ouvertement de devenir un bon partenaire de vie, étant «assez», trouvant mon «appel» et laissant une marque – pourtant je n’étais pas vraiment en forme mentale ou émotive pour le faire, et mon inquiétude est tombée dans la folie, ma l’affinité pour l’alcool est descendue dans une entreprise de consommation excessive, de plus en plus furieuse.

À l’été 2017, ma prédisposition pour un attachement anxieux a torpillé ma relation et ma consommation d’alcool a atteint des profondeurs insondables. J’étais seul et sans but – et, franchement, comme un être humain trash. J’étais épris de frissons, de sexe, d’hédonisme, d’évasion. Et j’ai donc décidé de presser une pause pour boire afin de laisser la couverture nuageuse se dégager.

J’ai commencé à lire, à étudier et à écrire beaucoup – philosophie, textes religieux, programmes éthérés d’entraide – pour comprendre la suite des choses. Quand j’ai regardé à l’intérieur, j’ai réalisé que pour devenir mon moi le plus complet et le plus vrai, je devais atteindre l’extérieur. Pas pour la validation ou l’acclamation, mais pour donner quelque chose en retour – pour payer quelque chose en avant – et cela nécessiterait un travail interne approfondi, un traitement et une auto-itération. Nous ne pouvons pas passer d’un enfer déchaîné à une brise tiède et douce tant que nous n’avons pas éteint les incendies.

Je me souviens encore du jour où j’ai arrêté de fixer des objectifs. Non pas parce que j’ai cessé de vouloir devenir des choses, mais parce que j’en avais besoin de nouvelles. J’avais besoin de nouveaux pôles magnétiques pour pouvoir avancer.

En réfléchissant, en ressentant, en écrivant et en travaillant, je me suis rapproché de la base de la deuxième montagne. Il était temps de vivre pour l’héritage et d’incarner l’éloge funèbre.

Après des recherches intenses, une introspection sans fin, une action intentionnelle et un sondage rapide du public, j’ai trouvé ce qui valait la peine d’être vécu.
Il y a sept étoiles qui valent la peine d’être poursuivies. Sept personnes à devenir. J’appelle cela les «7 poursuites nobles». Ce sont les éléments, je crois, d’une vie bien vécue. Votre kilométrage peut varier… Je vous le donne à considérer – à ne pas prendre pour un évangile. (Sauf si vous voulez.)

1. santé

Quand ton corps meurt, tu meurs. Même si vous croyez en la vie après la mort ou en la réincarnation, vous ne devrez jamais assumer la même forme que vous prenez ici sur Terre à cette coordonnée dans l’espace-temps. Votre santé finira par vous faire défaut. Il vous incombe de prendre soin du navire qui abrite votre âme. Bien manger. Bouge souvent. Allez-y doucement sur les vices. Prenez soin de votre esprit et de votre corps, et votre esprit nécessitera moins de charges lourdes.

2. joie
Ceci est votre lumière intérieure. C’est le soleil qui brille lorsque la couverture nuageuse s’éclaircit. Vous le trouvez dans les moments d’action et de nouveauté, de connexion et de capacité. Lorsque vous créez, apprenez, expérimentez et partagez. C’est le frisson et le bonheur qui ne nécessite aucune récompense, aucune validation à recevoir. Ce n’est pas une fin, c’est un début. C’est le sourire qui sauve l’humanité. C’est le rayonnement cosmique dont vous avez été doté. Celui qui démons, stress, pressions et le mal essaie de vous arrêter pour vous empêcher de ressentir.

3. la paix
Ceci est votre calme intérieur. L’affaissement de la tempête. La récession du vent qui fait rage. Vous le trouvez par la pratique, le traitement et la relaxation intentionnelle. Vous pouvez le trouver dans la nature, mais vous le soignez aussi vous-même: en rangeant, en prenant soin de votre esprit et de votre cœur, en remerciant, en pardonnant aux autres, en acceptant ce qui est passé et qui vous êtes, en restant véritablement fidèle à vous-même et en vous alignant avec vos normes morales. Plus vous pouvez vivre simplement, plus vous pouvez vous sentir complet.

4. communion
C’est un dialogue continu et multi-nodal entre vous et votre environnement. Le flux et reflux des idées, de l’empathie, du rire, du courage et de la gentillesse. Vous la construisez en valorisant la vie, en voyant vraiment tout le monde, en cultivant les liens par la compassion et l’amour, en vous ouvrant par la vulnérabilité, en vous attachant solidement à d’autres personnes en sécurité, en trouvant l’appartenance et en la guidant pour les autres en recherchant l’égalité. Un repas partagé. Une étreinte chaleureuse. Un acte de service. Une relation amoureuse saine et de solides amitiés avec les humains et la famille.

5. but
Si vous étiez une voiture, votre objectif est à la fois fonction de la pédale d’accélérateur et du volant. La passion est la pédale. L’intégrité est la roue. Il faut de la curiosité, un sens de l’aventure, une véritable soif de vie – et un amour de la vie. Vous pouvez le trouver chez d’autres personnes, des lieux et des objets, en ouvrant des portes et en les maintenant ouvertes. Lorsque vous trouvez votre objectif, vous pouvez le sentir: le moteur ronronne, les cylindres en feu, la direction en prise, le freinage est sans effort, la tenue de route est irréprochable. Le lecteur est ce qui vous maintient en vie.

6. la sagesse
Le changement est inévitable, mais le progrès est intentionnel. La sagesse est plus que la simple accumulation de connaissances, elle en est une application réfléchie et éclairée. Guidée par l’humilité intellectuelle, c’est une quête implacable et sans cesse croissante d’un grand sens des choses, une synthèse de la vérité capitale et de toutes les vérités minuscules qui vous mènent là. Alors, et seulement alors, après avoir grandi dans nos cœurs et nos esprits, nous pourrons rendre justice et jugement, enseigner aux autres avec confiance, comprendre et débloquer les mystères du cosmos.

7. liberté

Nous sommes tous nés comme de la glace – lourds et verrouillés. Seule la vapeur – chaude et légère – est vraiment indépendante. Cette sublimation commence par l’intérieur: en conquérant les démons qui nous maintiennent paralysés, petits et dépendants; en acquérant assez de capital pour survivre, nous fondons nos contraintes. Nous atteignons la stabilité. À partir de là, pour échapper à notre liquide, nous devons nous battre pour la prospérité: investir judicieusement notre temps et nos finances et investir dans les autres ou dans la société en général. Le salut du moi n’existe pas dans le vide. Cela commence à l’intérieur, mais ne peut se terminer que par un effort concerté visant à supprimer les obstacles à l’accès et à rendre l’impossible possible, puis le réel possible. Chaque goutte flottant, errant à sa guise. L’expression est la libération.

Nous considérons souvent la vertu comme une consommation discrète: nous déboursons des sommes d’argent exorbitantes pour démontrer notre bien-être, notre conscience et notre mondanité. Pourtant, je pense que la vertu est beaucoup plus simple (et plus rentable!) Que cela. C’est une reconnaissance de dette. Un investissement intentionnel de notre temps et de notre attention dans trois directions principales:

Intérieur (santé, joie et paix)
Extérieur (communion, but)
Vers le haut (sagesse, liberté)
La clarté, les soins et le courage sont les vertus qui nous mènent à ces endroits. Ils nous mettent à l’aise avec nous-mêmes, avec d’autres personnes, avec des risques et avec notre disparition inévitable. Il ne nous reste plus longtemps à errer autour de ce rocher, et le CV est une ruse – une liste pointue de réalisations et d’éloges dont personne ne parlera quand on sera plongé dans le sol.

Je te verrai sur la deuxième montagne. Je ne sais pas du tout quand je verrai le sommet, mais si vous y arrivez en premier, veuillez passer votre boussole en descendant. Il me faut de nouvelles étoiles-guides qui valent la peine d’être poursuivies et de nouvelles personnes qui ne sont pas encore devenues.