Mon enfant de 5 ans vient de me dire qu’elle ne se « sent » pas jolie.

En tant que père de filles, je suis censé me soucier de la longueur de la robe que ma fille porte à l’école. Parce que … les garçons sont distraits.

En tant que père de filles, je suis censé penser que puisqu’elle a plus de quatre ans, elle ferait mieux de se couvrir la poitrine à la piscine. Parce que… les pédophiles.

En tant que père de filles, je suis censé parler à mes filles du caractère sacré de l’hymen. A cause de… la pureté.

En tant que père de filles, je suis censé inspirer la peur aux garçons de sa vie. Parce que… les filles sont délicates.

En tant que père de filles, je suis censé veiller à ce qu’elles ne passent pas trop de temps devant l’écran. Parce que… l’obésité.

« Désolé, à cet âge, on ne peut pas faire confiance aux garçons pour contrôler leurs hormones avec autant de peau montrée. »

« Désolé, vous ne pouvez pas faire ça – trop de pervers. »

« Désolé, pas de sexe dans ma maison, tu es trop propre pour ça. »

« Désolé, mais je dois le signaler à ton ami. Je ne veux pas qu’il te viole. »

« Désolé, tu es censée grandir, pas sortir. »

Ce matin, notre fille s’inquiétait de ne pas être jolie. Elle réagissait, comme on le fait souvent, à une vision d’elle-même dans le miroir. C’était sa frange, disait-elle, qui la rendait pas jolie.

Elle a cinq ans et je suis fatiguée.

Je suis fatiguée du « joli ». Je suis fatiguée des codes vestimentaires interdisant les robes à bretelles fines, des filles de huit ans à qui l’on dit de se couvrir à la piscine publique, et de ma fille de cinq ans qui définit sa beauté par ce qu’elle voit dans le miroir.

Je suis fatiguée de voir à quel point il doit être difficile pour les enfants de grandir sans être constamment exposés à ce qu’ils font de mal et à quel point, en tant que parents, nous n’avons pas carte blanche pour former les idées de nos enfants sur la signification de la beauté.

Je suis fatiguée de voir que les raisons pour lesquelles les enfants ne se maquillent pas ou ne portent pas de hauts à la piscine sont des choses comme « protéger leur innocence » ou « les laisser être des enfants », plutôt que « c’est des conneries et nous ne devrions pas nous soucier de ce que chacun fait de son corps ».

Je suis fatiguée qu’il y ait un âge arbitraire où il n’est plus approprié pour les femmes de ne pas porter de haut parce que « nous ne sommes pas prêts pour ça », ou parce que « c’est trop distrayant », ou que soudainement « elles doivent être préparées à ce qui pourrait arriver si elles s’habillent de cette façon. »

Je suis fatigué de l’idée que les hommes passent par les mêmes choses que les femmes quand il s’agit d’attentes corporelles. Ce n’est pas le cas.

Il existe des attentes irréalistes de l’homme idéal, oui, et elles doivent aussi changer. Mais elles ne sont pas partout où l’on regarde. C’est injuste, c’est dangereux, et ça rapporte des milliards de dollars aux entreprises.

Honte des jambes plus grandes, honte des menstruations, honte des poils pubiens, honte des petits et des gros seins, honte des lèvres minuscules et des écarts de cuisses, ou de leur absence.

J’en ai assez qu’une chose ne puisse pas être simplement sexy sans devenir un idéal.

Je suis fatiguée de voir que poster sur ma page Facebook l’histoire d’une petite fille qui pense qu’elle n’est pas jolie a suscité un flot d’histoires identiques concernant d’autres enfants de deux, trois ou quatre ans. Ou que des enfants de 13 ans se battent pour leur propre droit à ne pas être violés, à être crus et à disposer de leur propre corps.

J’en ai assez de faire partie du problème lorsque je parle de mon propre poids ou lorsque je passe plus de temps à féliciter les gens pour leur apparence physique que pour leur personnalité.

Je suis fatiguée de m’inquiéter déjà de la santé mentale de ma fille, de sa capacité à noyer les images négatives qu’elle verra, les mots qu’elle entendra sur son corps et le taux de suicide des adolescents.

J’en ai assez que mon esprit soit capable d’évoquer les images d’une petite fille en pleurs, trop effrayée pour nous dire ce qu’elle ressent vraiment face à ce que les gens disent d’elle.

Je suis fatigué de voir que c’est ainsi pour une {{famille}} très privilégiée comme la nôtre, et je ne peux pas imaginer ce que d’autres doivent endurer chaque jour.

Ma compagne, qui voit probablement des dizaines ou des centaines d’histoires par jour qui lui disent que son corps est parfait, mais aussi trop petit et aussi trop grand et aussi (insérez toutes les choses), a réagi à la proclamation de ma fille de « non joli » aussi bien que quelqu’un qui y est habitué – en lui rappelant que frange ou pas frange, elle est jolie.

Je n’ai pas besoin de partager une photo d’elle pour savoir combien ses yeux sont beaux ou combien la petite tache de rousseur sur sa joue est adorable, car cette photo ne rend pas compte de sa « beauté ».

Je veux qu’elle voie à quel point elle est jolie lorsqu’elle saute de notre canapé ou lorsqu’elle dort avec un livre sur le visage.

Je veux lui rappeler à chaque minute de chaque heure de chaque jour qu’elle est spéciale grâce à l’ensemble de ses parties, et non grâce à certaines d’entre elles.

On ne peut pas expliquer qu’un enfant pense qu’il n’est pas mesquin. Ça ne peut pas être rationalisé. J’ai envie de les lui crier à l’oreille toute la journée, mais nous devons tous les crier pour que ça ait de l’importance.

Je suis fatigué, mais je suis son père. Je ne peux pas imaginer à quel point ma fille de cinq ans sera fatiguée dans quelques années.