Nous restons coincés à l’âge où nous avons reçu le moins d’amour.

Je rencontre souvent des personnes qui ont 20, 30 ou 40 ans, mais leurs années ne reflètent que leur âge biologique. Au fond d’eux-mêmes, ils semblent être restés bloqués dans leur petite enfance et attendent toujours l’amour qu’ils n’ont pas reçu quand ils étaient enfants. Et ils y restent jusqu’à ce qu’ils apprennent à s’aimer eux-mêmes.

Chaque âge a des besoins différents, ce qui signifie que l’attention et l’amour que nous attendons de nos parents changent avec chaque année qui passe. Nous avons tout simplement des besoins et des exigences différents.

La petite enfance est la période où la confiance se construit, aussi, l’amour à cet âge représente la préoccupation compatissante de la mère pour les besoins de son enfant.
Si la mère n’est pas fiable, qu’elle rejette l’enfant, etc., son comportement peut amener l’enfant à s’inquiéter et à avoir peur pour son bien-être.

À l’âge adulte, il est difficile d’entrer en contact avec ces personnes. Dans les relations amoureuses, elles testent et remettent souvent en question leur partenaire en raison de leurs problèmes de confiance. Lorsqu’il s’agit de relations intimes, elles peuvent se sentir impuissantes et vulnérables.

Un peu plus tard, entre la deuxième et la troisième année de vie, l’enfant apprend à être indépendant et à développer le contrôle de soi. Si les parents entravent le développement d’une manière ou d’une autre, par exemple s’ils font avec impatience et persistance ce que l’enfant pourrait facilement faire lui-même, ou s’ils attendent de l’enfant qu’il fasse des choses qu’il est incapable de faire seul – alors le sentiment de honte apparaît.

Et si les parents surprotègent constamment l’enfant, ce qui les rend aveugles à ses besoins réels, alors l’enfant commence à douter de ses capacités, de sa capacité à contrôler son environnement et lui-même.

Même à l’âge adulte, ces personnes, au lieu d’avoir confiance en elles, pensent que les autres les regardent avec jugement et désapprobation. Des symptômes obsessionnels compulsifs ou des peurs paranoïaques causés par un traumatisme peuvent également apparaître chez ces personnes.

Aimer un enfant de 3 à 6 ans, c’est encourager ses actions indépendantes et soutenir ses initiatives, ainsi que l’approbation de sa curiosité et de sa créativité. Si les parents ne permettent pas à l’enfant d’agir seul, en réponse à ses besoins, ils le punissent trop, des sentiments de culpabilité se développent.

Et puis, à l’âge adulte, ces « grands enfants » n’ont pas assez de concentration sur leurs objectifs et de détermination pour se fixer des buts réalistes et les atteindre. En outre, un sentiment constant de culpabilité peut entraîner la passivité, l’impuissance ou la frigidité, ainsi qu’un comportement psychopathique.

C’est à l’âge scolaire que se forment les valeurs personnelles. Si vous avez douté des capacités de votre enfant ou de son statut parmi ses pairs, cela peut le décourager de poursuivre son apprentissage, cela peut aussi créer un sentiment d’infériorité, qui tuera plus tard sa sécurité dans sa capacité à fonctionner efficacement et à exister dans le monde.

Si les enfants vivent la réussite scolaire et le travail comme le seul critère de jugement de leurs valeurs, à l’âge adulte, ils peuvent devenir une « main-d’œuvre » dans la société hiérarchique établie.

Je vous suggère de donner un coup de main à votre enfant intérieur et de l’aider à grandir. Pour ce faire, trouvez une photo de vous enfant ou imaginez simplement un enfant vivant en vous. Quel âge a-t-il ? A quoi ressemble-t-il/elle ? A quoi pense-t-il/elle ? Qui est à côté de lui/elle ? Qu’est-ce qui lui arrive ?

Parlez à votre enfant intérieur…

Prenez du papier et deux crayons de couleurs différentes : l’un dans votre main droite, l’autre dans la gauche. Si vous êtes droitier, écrivez avec votre main droite au nom de votre moi adulte, et utilisez votre main gauche au nom de votre enfant intérieur. Si vous êtes gaucher, faites l’inverse.

Dans votre conversation, vous et votre enfant intérieur êtes seuls. Qui établira le contact en premier ? Quand allez-vous commencer à communiquer ? Les réponses que vous obtiendrez pourraient être inattendues.

Maintenant que vous avez trouvé votre enfant intérieur et commencé à lui parler, il est temps d’établir une relation avec lui. Communiquez avec l’enfant intérieur autant que vous le souhaitez.

Demandez-lui ce qui lui manque. Donnez-lui ce qu’il recherche. Appelez-le par son nom, dites-lui des mots gentils et affectueux, donnez-lui votre amour. Demandez-lui quelque chose.