Pourquoi j’ai arrêté de mesurer mon estime de moi et d’essayer de me prouver ma valeur.

« Vous seul êtes suffisant. Tu n’as rien à prouver à personne. » ~Maya Angelou

Comment mesurez-vous votre valeur personnelle ? Par le salaire que vous gagnez chaque année ? Par le nombre de lignes sur votre CV ? Par combien de personnes vous suivez sur les médias sociaux ?

Et si vous n’aviez plus jamais à mesurer votre valeur personnelle ? C’est ce que j’aimerais faire.

J’ai grandi en tant qu’enfant doué avec des attentes élevées et je me suis toujours efforcé d’être à la hauteur. J’ai obtenu les meilleures notes possibles, une bourse complète dans une université locale, et j’ai rapidement atterri dans l’une des meilleures facultés de droit du pays.

Les accomplissements ont renforcé mon estime de soi. Je croyais que j’étais plus performant que mes pairs et que, ce faisant, je renforçais mon ego. Je me sentais en sécurité dans la zone de confort que j’avais créée.

La faculté de droit a radicalement changé ma vision du monde. Mes pairs sont devenus des personnes parmi les plus brillantes et les plus talentueuses du pays. J’ai essayé de rivaliser avec eux pour faire mes preuves, mais plus que jamais, j’ai lutté pour me démarquer et me sentir épanouie.

En l’espace de quelques mois, mon ego a commencé à s’effriter, emportant avec lui le sentiment de valeur que j’avais autrefois. J’étais hors de ma zone de confort et je me sentais invisible.

Je me suis tourné vers des inconnus sur Internet pour essayer de recoller les morceaux et de ressusciter mon sens de la valeur. Je me suis beaucoup appuyé sur les médias sociaux pour m’exposer à des likes et des commentaires superficiels. J’ai transformé mes passe-temps de toujours en activités secondaires, échangeant le contenu qui m’importait contre un peu de reconnaissance ici et là.

J’étais désespérément à la recherche d’une nouvelle mesure de succès sur laquelle m’appuyer. Mais ce n’est que lorsque ce désespoir a fait des ravages que j’ai réalisé les dommages qu’il avait causés à ma psyché.

Mon ego m’a protégé du doute pendant si longtemps qu’une fois qu’il a disparu, je ne me suis jamais senti assez bien. Dès que je pensais avoir échoué, je ne faisais que renforcer mes sentiments démoralisants en me forçant à exceller immédiatement dans de nouveaux domaines. Je me suis comparé au meilleur des meilleurs et me suis traité comme le pire des pires.

J’étais piégé dans une spirale descendante qui me conduisait à l’inutilité. Ce n’est que lorsque j’ai pris le temps de réfléchir à ma santé mentale que j’ai réalisé que ma vie n’était qu’une course sans fin pour trouver le proverbial fromage. Je me suis tendu pour gagner ma valeur et j’ai fini les mains vides.

Si vous êtes toujours en train de courir après votre propre valeur, vous ne vous arrêtez jamais pour voir si vous avez trouvé de la valeur.

Comment se fait-il que tant d’entre nous croient que notre valeur est conditionnelle ? Je pense que c’est un processus long et fastidieux.

Beaucoup d’entre nous ont appris à lier leur valeur personnelle à une sorte de performance. Parce que nous avons découvert que nous recevions les commentaires les plus positifs et l’attention des figures d’autorité lorsque nous faisions un excellent travail, nous avons lié notre valeur à l’excellence. Sans cet encouragement, nous sommes perdus.

Le monde qui nous entoure exploite cette connexion tous les jours. Dans une certaine mesure, c’est ce qui fait tourner le monde.

La culture occidentale, en particulier, s’épanouit en liant constamment la valeur aux performances : plus les gens s’efforcent de réussir dans ce qu’ils font, plus ils sont productifs, et plus l’argent afflue. Par conséquent, la société tente constamment d’imposer l’idée que le travail acharné est sacré et qu’il mène finalement à une vie de réussite, et donc de valeur.

La culture occidentale ne récompense pas ceux qui sont heureux d’être simplement. Au lieu de cela, on attend de nous que nous travaillions jusqu’à ce que nous puissions faire quelque chose de bien. Même si certains types de travail sont plus valorisés que d’autres, nous devons trouver le bon emploi juste pour nous en sortir.

Donc, si vous ne vous sentez pas heureux et épanoui, ne devez-vous pas simplement travailler plus dur ?

Pourtant, tous les travailleurs acharnés ne s’en attribuent pas le mérite. Après tout, pour être performant, il faut répondre à une certaine norme, il faut inévitablement être meilleur que quelqu’un d’autre. Seuls un temps et des efforts importants peuvent mener à un triomphe digne de ce nom.

Il y aura inévitablement des nantis et des démunis, car le système actuel récompense un nombre limité de personnes qui jouent le mieux le jeu du système, qui obtiennent le plus de succès. Plus les récompenses sont limitées, plus chacun est obligé de faire des efforts chaque jour.

Malheureusement pour nous, les récompenses ne sont que le renforcement dont nous semblons avoir besoin pour continuer à vivre. Si notre valeur dépend uniquement de nos réalisations, nous n’avons d’autre choix que d’entrer en concurrence les uns avec les autres pour une ressource limitée et fondamentale. Les résultats n’ont de valeur que s’ils sont rares.

Mais cette compétition ne peut être gagnée. Il y aura toujours plus à faire. Et quelqu’un en fera toujours plus.

La validation externe n’est jamais satisfaisante. Cela ne fait que vous laisser affamé pour plus.

Dans mes luttes, j’ai eu du mal à comprendre comment considérer ma valeur.

Combien je vaux ? Comment se compare-t-elle à la valeur des autres ? Est-ce qu’il monte et descend ?

Quand serai-je enfin digne une fois pour toutes ?

Pour répondre à ces questions, chaque fois que cela était possible, j’ai farouchement essayé d’attribuer un chiffre à ma valeur. Après tout, un nombre est un concept concret et évident. Je pouvais dire quand j’avais plus ou moins que quelqu’un.

L’utilisation des chiffres m’a donc permis de mesurer facilement ma valeur et celle des autres. Cela m’a permis de comprendre ma place dans le monde.

L’utilisation de chiffres m’a également permis d’évaluer l’évolution de ma valeur. Par exemple, si j’ai reçu plus de likes que d’habitude, j’étais plus heureux que d’habitude, car je devais avoir fait quelque chose de bien. Si je recevais moins, j’avais besoin d’une amélioration rapide.

Sauf que les chiffres sont vides. Ils n’ont aucune valeur si nous ne sommes pas disposés à leur en donner, mais notre nature obsessionnelle donne souvent une valeur extraordinaire à ce qui est bienveillant.

Nous utilisons des abréviations comme les chiffres pour expliquer des concepts que nous avons du mal à comprendre. L’estime de soi semble être l’un de ces concepts insaisissables, toujours hors de portée, comme un fruit insaisissable suspendu au-dessus de nous ou une flaque d’eau qui se retire.

Mon détachement des attentes de la société m’a donné l’espace nécessaire pour reconnaître que l’estime de soi est aussi compliquée que je le fais.

Si l’estime de soi ne doit pas exister de manière conditionnelle, elle peut exister de manière inhérente. En fait, elle existe désormais sans exception.

On ne peut pas vous attribuer une valeur. C’est tout simplement le cas.

En vivant, vous avez autant de valeur que toute autre personne qui a vécu, vit ou vivra.

Nous venons tous au monde de la même façon, et nous en repartons tous de la même façon. Nos vies peuvent bien différer en contenu, mais pas en valeur. Rien ne nous sépare au niveau le plus fondamental.

Et aucun d’entre nous ne commence sans valeur. Il n’est pas nécessaire de s’embarquer dans un voyage de toute une vie pour gagner sa valeur au fur et à mesure que l’on avance dans le monde. Notre valeur reste inchangée, quel que soit le déroulement de nos vies.

Le travail ne façonne pas notre valeur. Quelle que soit la manière dont vous choisissez de partager vos compétences et vos talents, le monde sera toujours meilleur si vous êtes seul à avoir confiance en la valeur de ce que vous faites et de qui vous êtes.

La société peut essayer de nous dire comment nous voir et nous sentir, mais nous ne sommes pas obligés de l’écouter. Combattre les idées que d’autres nous ont inculquées n’est jamais une bataille facile, mais l’indépendance en vaut la peine.

Quelle que soit la façon dont nous mesurons ou ne mesurons pas la valeur, elle ne change pas et ne fluctue pas.

Nous sommes tous suffisants tels que nous sommes, en ce moment.

Il existe des millions de façons de se comparer aux autres, mais nous nous devons d’atténuer les différences et de nous réjouir de notre humanité commune.

Alors comment avancer en sachant que nous ne pouvons ni améliorer ni diminuer notre valeur ?

Eh bien, les possibilités sont infinies. Les portes s’ouvrent sur une vie où vous pouvez être vous-même sans honte. Et surtout, vous pouvez faire partie de quelque chose de plus grand que vous sans vous sentir petit.

Si vous attendez que les autres prouvent que vous êtes digne, vous feriez mieux de passer du temps à partager votre vraie personnalité.

Après avoir passé les dernières années de ma vie à essayer de faire mes preuves sans jamais atteindre le niveau de réussite que je souhaitais, j’ai réalisé que la définition de la réussite ne cessait de changer jusqu’à ce qu’il me soit impossible de me sentir entière. Je m’empêchais d’être heureux à moins d’être universellement respecté.

Je vivais dans l’insouciance, passant mon temps libre à essayer de me sentir complet au lieu de profiter de mon temps. Je me conformais à ce que je pensais que les gens aimeraient, au lieu de m’épanouir.

Le vrai moi se noyait. Même la critique la plus primitive était ressentie comme un coup de poignard dans la poitrine. Plus que jamais, je me suis éloignée des autres parce que j’avais l’impression de ne plus mériter d’être aimée.

Je mérite d’être moi-même, de prendre de la place, de contribuer au monde à ma façon. Et vous aussi.

Savoir que ce que l’on fait ne peut pas changer ce que l’on est favorise la liberté dans la façon dont on veut vivre, liberté non seulement par rapport aux autres, mais aussi par rapport aux attentes et aux doutes.

Savoir que vous avez toujours de la valeur vous permet de vous connecter plus profondément aux personnes qui vous entourent, de faire preuve d’empathie à leur égard et de les soutenir dans leur parcours de vie.

Grâce à cette connaissance, vous pouvez trouver et partager la vraie joie.

Vous pouvez suivre ce que vous aimez, plutôt que ce que vous pensez devoir faire. Vous pouvez travailler à votre propre rythme pour devenir ce que vous voulez être. Vous pouvez rester présent en sachant que ni les éloges ni les désapprobations n’affecteront votre valeur.

Beaucoup auront du mal à admettre avec vous que vous pouvez exister en paix sans avoir à vous battre pour prouver votre valeur. Même moi, je lutte toujours pour contrôler non seulement les détracteurs, mais aussi mon insécurité intérieure, apprise, quant à savoir si j’apporte quelque chose de valable.

Pour en savoir plus sur votre valeur intrinsèque, vous devez vous défaire des principes rigides et bien ancrés de la vie telle que nous l’avons connue. Ces principes ne disparaîtront jamais complètement, mais chaque jour nous pouvons faire le choix de les supprimer.

Croyez-moi, votre vie ne changera pas immédiatement avec la découverte de votre propre valeur, mais elle peut s’améliorer un peu chaque jour plus vous prenez la découverte à cœur. Comme pour toute transition, il y aura des hauts et des bas. Les doutes s’insinueront toujours quand je m’y attendrai le moins.

Mais plus vous vivrez ouvertement et partagerez votre vie avec les autres, plus ces principes s’appliqueront, et plus vous serez fort pour affronter tout ce que la vie vous réserve. Au lieu de rechercher l’accomplissement et la croissance, vous serez satisfait, uni à l’univers.

Tu seras libre.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121