Pourquoi je ne me bats plus pour être reconnu quand quelqu’un me dévalorise

« Les gens vous apprendront à aimer en ne vous aimant pas en retour. Les gens t’apprendront à pardonner en ne s’excusant pas. Les gens vous apprendront la gentillesse par leur jugement. Les gens t’apprendront à grandir en restant stagnant. Prêtez attention lorsque vous traversez des moments douloureux et mystérieux. Écoute la sagesse que la vie essaie de t’enseigner. » ~Meredith Marple

« L’annonce était une erreur d’impression. Nous ne pouvons vous offrir aucune compensation monétaire pour vos écrits, peut-être des friandises pour chiens. »

C’est une réponse réelle d’un magazine à succès sur le thème des animaux pour lequel j’allais écrire. Cette lettre poursuivait en disant que si mon amour pour les animaux dépassait mon besoin d’argent, ils seraient heureux que j’écrive pour eux, ce que j’ai pris comme une offense personnelle puisque je suis un grand amoureux des animaux.

Ça ne s’invente pas !

Avec de telles expériences, je ne suis pas étrangère au fait de me sentir dévalorisée dans ma carrière, et j’ai du mal à accepter un manque de considération et de respect. Un exemple concret…

Un autre magazine a répondu qu’il était intéressé par un article particulier que j’avais écrit, puis a cessé toute communication. Des dizaines de suivis sont restés sans réponse jusqu’au jour où j’en ai eu assez. Je me sentais si peu respectée, comme si je n’étais pas assez importante pour recevoir au moins une réponse. J’ai écrit un type de lettre que je n’avais jamais écrit auparavant à ce magazine, et en retour, j’ai appris une dure leçon de vie.

Dans mon courrier électronique, j’ai expliqué à quel point j’étais déçue par le manque d’étiquette des personnes qui dirigeaient ce magazine que j’aimais autrefois.

J’ai laissé ma colère s’accumuler, comme un vrai Sagittaire, et j’ai laissé échapper ma tempête de vérité personnelle.

J’ai reçu une réponse !

La rédactrice en chef s’est excusée et a transmis ce courriel de colère à la personne au-dessus d’elle, mais devinez ce qui s’est passé ensuite ?

J’ai essayé de soumettre à nouveau, et encore, et même récemment, à nouveau !

Aucune réponse.

Je suis convaincue qu’ils ont délibérément cessé de communiquer avec moi.

Alors que la façon dont j’ai été élevée et ce que je crois être la décence humaine de base justifient cet acte de défense, tout ce que cela a fait à cette personne aux valeurs différentes, j’en suis sûre, c’est de me faire passer pour immature et émotive. Et j’imagine que j’ai brûlé un pont possible.

Je me rends compte aujourd’hui que, quoi que j’aie fait, ils ont peut-être continué à traiter leurs demandes avec le même mépris, mais après l’indignation initiale du guerrier, je n’ai eu que des regrets.

Ce que j’ai appris, c’est que dans de nombreuses situations, se lever et se battre pour la reconnaissance n’est pas nécessairement l’action la plus sage.

Cela dépend bien sûr de la situation.

Dans ce cas-ci, j’aurais dû simplement passer à autre chose au lieu de le prendre si personnellement et de permettre à cette seule rencontre d’absorber autant d’énergie dans mon cœur et de remplir mon être de négativité.

Il n’y a pas non plus moyen d’aller de l’avant quand on vit dans l’émotion de la colère et de la blessure. Tout ce que j’ai fait, c’est m’énerver pour quelque chose qui était hors de mon contrôle. J’ai omis de regarder la situation objectivement et d’envisager les nombreuses raisons pour lesquelles ils n’ont pas répondu à mes e-mails.

Je me suis aussi manqué de respect en mettant tant d’espoir, de croyance et d’identification dans ce qui, en fin de compte, n’est qu’une entreprise. Il y a du vrai dans la phrase « C’est du business, pas du personnel », mais je n’ai jamais semblé le saisir suffisamment pour créer une séparation émotionnelle, ce que je fais maintenant.

Peut-être que mes emails se sont vraiment perdus dans la masse. Peut-être que le rédacteur en chef avait quelque chose à faire dans sa vie personnelle qui le dépassait et qu’il n’avait tout simplement pas besoin de cette proposition. Peut-être que mon courriel n’était qu’un courriel de trop. Peut-être qu’ils manquent de personnel et sont souvent très en retard dans le traitement des courriels. Je ne peux pas savoir ce qui se passe réellement dans l’esprit ou la vie de quelqu’un d’autre, et c’est ainsi que je dois considérer ces situations pour avancer avec grâce.

Ce monde est composé de nombreuses personnes différentes, avec des priorités et des situations de vie différentes. J’ai appris qu’il n’y a rien de mal à rester fidèle à mes valeurs et à m’affirmer, mais que cela ne sert à rien de défier quelqu’un qui vient d’un monde différent du mien.

Maintenant, je me demande…

Est-ce que se tenir debout, s’exprimer, vaut la peine de brûler un pont ?

Je pense à la vie et à la charge de travail de l’autre personne, et à ses origines, non pas pour les justifier, mais pour les comprendre.

Je tiens un journal ou je crée des œuvres d’art pour laisser sortir la douleur.

Je prends de grandes respirations.

Je fais de l’exercice pour évacuer de mon corps la frustration et l’inévitable absence de conclusion.

Le fait de « dormir sur le sujet » a également une grande valeur, tout comme un véritable temps de contemplation tranquille.

Souvent, le fait de s’élever contre une injustice personnelle ne change pas l’agresseur, mais cela vous changera toujours, pour le meilleur ou pour le pire.

C’est du moins ce que j’ai constaté.

Par-dessus tout, si le fait d’être vulnérable avec quelqu’un me fait me sentir horrible dans ma propre peau parce qu’il a clairement des valeurs différentes, je m’éloigne maintenant. J’essaie simplement de reconnaître la différence de caractère et d’avancer sur mon propre chemin.

Ces expériences continuent de se présenter sous différentes formes, et je crois qu’elles m’ont changé en mieux. Les personnes qui ont brisé mon esprit en me dévalorisant et en m’ignorant m’ont en fait amené à avoir plus d’empathie. J’ai le désir d’aller davantage vers les gens parce que j’ai observé ce qu’un manque de reconnaissance humaine peut faire à une personne.

Je suis loin d’être parfaite – personne ne l’est – mais je me promets de toujours répondre aux gens en temps voulu, car je sais ce que c’est que de se sentir ignoré et sans importance.

Je suis profondément en phase avec la douleur des autres, ce qui peut parfois me faire sentir incroyablement lourde, mais crée en moi un profond désir de leur apporter autant d’amour que possible.

J’apprécie également beaucoup les personnes qui répondent aux courriels, aux lettres et aux appels téléphoniques. Ces personnes me rappellent qui je veux être et me rappellent aussi que je peux choisir avec qui je m’aligne dans ma vie personnelle et professionnelle.

J’ai beaucoup appris des fois où j’ai agi en fonction de mes propres opinions et valeurs.

J’ai appris que le fait d’imposer mon point de vue à quelqu’un d’autre crée souvent plus de mal et, dans la plupart des cas, ne changera pas sa façon de voir une situation particulière. Il se peut qu’il se trouve pour toujours du côté opposé de cette longue et épaisse corde de tir à la corde.

Parfois, je pense qu’il vaut mieux lâcher prise, se détourner et aller de l’avant vers les personnes et la vie que vous désirez. Si le pont est cassé, ne le brûlez pas, on ne sait jamais, mais n’essayez pas d’y grimper, car vous tomberez inévitablement et vous vous perdrez dans le processus.

Je dis, continuez à rester fidèle à vos valeurs et à vos positions et répandez l’amour en les vivant au lieu de répandre l’animosité en insistant pour obtenir justice de ceux qui ne partagent pas les mêmes vues sur la vie.

Enfin, continuez à rechercher vos proches, vos amis qui ne vous ignoreraient jamais ou ne vous manqueraient pas de respect délibérément, car ces personnes vous renforceront dans votre conviction que vous méritez attention et reconnaissance, que tout le monde vous apprécie ou non.