Si vous êtes dans une relation douloureuse et que vous envisagez de vous séparer…

« Je comprends mieux la vie qui m’entoure, non pas grâce à l’amour, dont tout le monde reconnaît qu’il est un grand professeur, mais grâce à l’éloignement, auquel personne n’a attribué le pouvoir de renforcer la perspicacité. » ~Nirad C. Chaudhuri

J’ai été élevé dans l’idée que la famille est la famille. J’ai donc naturellement accordé une grande importance à l’importance des liens familiaux. Cependant, que se passe-t-il lorsqu’un lien familial se rompt ? S’engage-t-on à tenir bon malgré le prix à payer, ou reconnaît-on les dégâts et prend-on les mesures nécessaires pour rompre le lien ?

Personnellement, je me situe quelque part au milieu. Toute relation importante mérite qu’on y consacre beaucoup d’efforts, de patience, de compréhension et de pardon pour la reconstruire. Cependant, on ne peut pas tout faire et il arrive un moment où il est dans l’intérêt de tous de s’éloigner.

Je parle en connaissance de cause. J’ai été séparé deux fois dans ma vie. Une fois avec mon père, ce qui était mon choix, et l’autre fois avec mon frère ou ma sœur, qui a finalement pris la décision de s’éloigner ; je suppose que j’ai simplement mis les points sur les i et les barres sur les t à ce sujet.

Je tiens à préciser qu’aucun de ces éloignements n’a été une expérience merveilleuse. Le processus de rupture des liens est déchirant, quelle que soit la situation qui a conduit à l’éloignement. Cela fait mal quand on a l’impression d’avoir été rejeté, et cela fait mal quand on sait que l’on rejette quelqu’un.

Mais lorsque c’est la bonne décision pour vous, et une fois que la douleur s’atténue quelque peu, vous éprouvez un sentiment de soulagement. Même si vous n’en serez jamais heureux, vous vous sentirez globalement plus heureux des mesures que vous avez prises pour vous protéger et assurer votre bien-être.

Comme pour tous les événements de la vie, il est possible d’apprendre et de réfléchir…

Rétrospectivement, il y a certaines mesures que j’aurais dû prendre avant que les relations ne prennent fin, surtout lorsqu’il s’agissait de mon frère ou de ma sœur. Peut-être qu’en prenant ces mesures, j’aurais pu éviter le résultat ? Qui sait ? Quoi qu’il en soit, ces comportements m’auraient certainement aidé à guérir plus rapidement, même si la fin était inévitable.

Si vous vous trouvez en difficulté dans une relation avec un membre de votre famille, ou dans n’importe quel type de relation d’ailleurs, ces cinq actions suggérées peuvent vous aider.

  1. Soyez vous-même.
    C’est ce que je me reproche le plus quand je pense à mon éloignement de mon frère ou de ma sœur. Je n’étais jamais moi-même. J’essayais toujours de les impressionner et de rechercher leur approbation.

Vous voyez, mes frères et sœurs étaient beaucoup plus âgés que moi ; lorsque j’avais deux ans, ils avaient déjà quitté la maison. Les visites étaient rares et espacées, et lorsque mon frère ou ma sœur s’est marié, il y a eu des tensions entre ma famille et son conjoint.

Tout devait être fait pour qu’ils soient heureux. Nous devions marcher sur des œufs autour d’eux pour maintenir la relation, et cela m’a marqué jusqu’à l’âge adulte. Je croyais que si je sortais du rang, la relation prendrait fin. J’ai donc dit ce que je pensais qu’ils voulaient entendre et j’ai agi de la façon dont je pensais devoir le faire.

Cela a engendré beaucoup de ressentiment de ma part. Peu importe les efforts que je faisais, je ne me sentais jamais pleinement accepté.

Comme je voyais que cela aurait bientôt un impact sur mes propres enfants, je savais que les choses devaient changer.

J’ai cessé de faire des courbettes et, en l’espace d’un an, ils se sont séparés, la communication a pratiquement cessé. Le plus dur était de savoir que pendant toutes ces années, j’avais présenté une version non authentique de moi-même. J’avais l’impression de m’être laissé tomber. Que se serait-il passé si j’avais été moi-même ?

Il peut être difficile d’être soi-même lorsqu’il s’agit d’un membre de la famille à qui vous voulez faire plaisir, mais vous ne pouvez pas laisser les étiquettes qu’il vous colle vous définir. Soyez qui vous êtes vraiment. Oui, vous risquez d’être rejeté, mais être quelqu’un que vous n’êtes pas est épuisant et risque de vous rendre encore plus malheureux. Après tout, c’est vous qui devez vivre avec vous-même – il vaut mieux aimer la personne que vous êtes !

Si j’avais le temps de recommencer, je serais simplement moi, et j’encourage tout le monde à adopter cette approche également.

  1. Communiquez.
    Les relations se brisent trop facilement lorsqu’il y a un manque de communication. Une bonne communication renforce vos liens, vous aide à traiter les problèmes potentiels à un stade précoce et permet aux deux parties de satisfaire leurs besoins.

Trop souvent, nous finissons par crier, juger, critiquer ou ne pas communiquer du tout. Ce n’est pas la recette d’une relation saine.

Dans son livre intitulé Non-violent Communication, Marshall Rosenberg expose un cadre qu’il a créé et qui permet aux gens d’exprimer leurs besoins et de faire des demandes sans comportements négatifs. Grâce à cette méthode, il est plus facile de demander ce que l’on veut, et vous avez également plus de chances de l’obtenir. C’est une technique que j’aurais aimé connaître beaucoup plus tôt, mais que j’utilise maintenant avec beaucoup d’efficacité.

Il s’agit d’un processus en quatre étapes :

Convertir les jugements en observations.

Ainsi, plutôt que de dire : « Tu ne m’écoutes jamais » (une affirmation chargée d’émotion), vous direz : « Je te vois regarder ton téléphone quand j’essaie de te parler », ce qui est plus factuel et moins susceptible de déclencher une réponse défensive.

Dites ce que vous ressentez.

Exprimez ce que vous ressentez sans blâmer ni juger. Au lieu de dire : « J’avais vraiment besoin de toi et tu n’étais pas là », exprimez vos sentiments comme suit : « Je me sentais vraiment seul. » C’est une façon puissante de s’exprimer et de s’approprier ses sentiments.

Exprimez vos besoins en rapport avec vous et vos valeurs.

Ainsi, plutôt que de dire : « Tu dois changer la façon dont tu me traites », vous diriez : « J’ai besoin d’être respecté en tant qu’être humain. »

Demandez ce que vous voulez.

Commencez par « Voudriez-vous/aimeriez-vous… ? ». Par exemple, « Serais-tu prêt à poser ton téléphone lorsque nous avons une conversation ? » En formulant votre demande de cette manière, vous donnez à l’autre personne la liberté de dire non, ce qui signifie qu’elle ne se sent pas forcée ou sous pression et qu’elle est donc plus susceptible de dire oui.

Voici un exemple de ce processus en quatre étapes :

« Je te vois regarder ton téléphone quand j’essaie de te parler. Je me sens frustré. J’apprécie d’être écouté. Serais-tu prêt à poser ton téléphone lorsque nous aurons une conversation ? »

  1. Soyez fort (même si vous avez peur).
    En tant qu’ancien lèche-bottes, j’avais l’habitude d’éviter de me défendre. Je préférais être d’accord plutôt que d’affronter. La vie était plus paisible lorsque je me contentais de sourire et d’acquiescer. Mais ce n’est pas une stratégie saine.

Avec mon père, j’avais besoin qu’il reconnaisse et assume la responsabilité de ses actes. Chaque fois que j’essayais d’aborder le sujet de son comportement envers ma mère et moi, je me heurtais à un déni, à de fausses accusations, voire à une agression. La peur m’a fait reculer.

Mais il faut rester fort, même quand on a peur. Si un problème est important pour vous, ne permettez pas qu’il soit balayé sous le tapis pour s’envenimer. En affrontant les problèmes de front, vous avez la possibilité de les résoudre. Cela vous donne (et leur donne) des limites claires et rend les comportements répétés moins probables.

  1. Acceptez votre part.
    Personne n’est parfait. Les relations sont le territoire de deux personnes. Il serait si facile pour moi de regarder en arrière et de tout mettre sur le dos de mon frère ou de ma sœur ou de mon père, mais ce serait inexact. Je dois aussi accepter ma part de responsabilité. Nous le devons tous.

J’aurais dû parler. J’aurais dû agir différemment dans certaines circonstances. J’aurais dû être honnête sur ce que je ressentais. Les gens ne sont pas devins après tout. Il ne s’agit pas d’accepter tous les torts, mais simplement de reconnaître votre part. Cela vous aide à grandir en tant que personne.

  1. Pardonnez et lâchez prise.
    Tout d’abord, vous devez vous pardonner à vous-même. Vous êtes un être humain après tout, nous faisons tous des erreurs. Montrez-vous la même compassion que vous montrez aux autres.

Deuxièmement, lorsque vous avez eu le temps (ce qui peut inclure une thérapie) et que vous vous en sentez capable, commencez à pardonner à la personne, même si vous êtes maintenant éloignés. Cela ne signifie pas que vous devez oublier ce qui s’est passé, mais plutôt permettre à la colère, au ressentiment ou à toute autre émotion qui ne vous sert pas de disparaître de votre cœur.

Je trouve qu’écrire une lettre de gratitude (en énumérant ce que vous avez trouvé de bon chez eux et dans le temps que vous avez passé ensemble, ainsi que tout ce dont vous leur êtes reconnaissant) est vraiment utile dans le processus de pardon et de lâcher prise. Cela permet de se recentrer sur les bons côtés de la personne (et de votre relation) plutôt que sur les aspects négatifs.

N’oubliez pas que nous nous sentons blessés parce que nous avons aimé et que nous nous sommes souciés de nous, deux éléments importants d’une vie heureuse. Le fait de lâcher prise nous permet d’avancer vers ce qui est bon pour nous. Utilisez ce qui s’est passé pour vous développer personnellement et construire une vie meilleure.

Chaque événement de la vie, bon ou mauvais, a quelque chose à nous apprendre…

J’ai beaucoup appris de mes propres expériences et j’utilise ces enseignements pour influencer positivement toutes les autres relations de ma vie. Il y a toujours un espoir de réconciliation, mais pour l’instant, je suis en paix avec ma situation et j’espère que vous le serez aussi.