Voici pourquoi j’ai besoin de deux heures et demie de solitude avant d’aller me coucher pour me sentir moi-même.

Deux heures et demie.

C’est le chiffre magique.

Deux heures et demie.

C’est le temps dont j’ai besoin pour moi seule, ou même partagé entre regarder une émission avec mon mari et faire mes propres trucs.
Mais j’ai besoin de deux heures et demie.

Il a été prouvé que ce laps de temps correspond à la durée moyenne entre le moment où je couche mon fils et celui où je cède enfin à mes yeux lourds et à mon visage fatigué.

J’ai l’impression que chaque année, l’heure avance et ce n’est pas une coïncidence si plus mon fils se couche tard, plus je cède au sommeil dont il a tant besoin.

Je repense à ces premiers jours, lorsque mon fils se couchait à une heure agréable, et que je fermais tout à 21h30 pour me plonger dans ce que je savais être loin d’être un sommeil long et profond. Je me faisais souvent réveiller aux petites heures de la nuit par le petit gars, et pour moi, je pensais que j’allais me coucher tôt pour compenser la perte de temps potentielle. Il est clair maintenant que ce n’était pas du tout le cas.

Je me suis dit que parce que j’étais tellement anxieuse à l’idée de dormir suffisamment, je me suis simplement couchée tôt.

Il n’y avait aucun moyen de prédire la corrélation perturbante entre son heure de coucher et mon heure de coucher si tôt dans la partie.
Mon esprit avait désespérément besoin de deux heures et demie de ME, et même si je savais ce qui allait arriver, aucune conséquence ne pouvait m’enlever cette poche de temps.

Au fil des années et de la sténographie de l’horloge, j’ai lentement appris que l’heure à laquelle je m’endormais ou celle à laquelle mon fils me réveillait importait peu. Peu importe que je perde de précieuses heures de sommeil et que je ne les rattrape jamais.

J’ai toujours besoin de ces deux heures et demie de pré-sommeil.
Mon monde s’écroule jusqu’au moment où ces précieuses heures de silence me sont données. Il faut faire, faire, laver et nettoyer. Il y a l’alimentation, le bain, la cuisine et les disputes.

Il y a un tas de choses qui s’empilent dans mon assiette et il faut deux heures et demie pour faire retomber toute cette énergie.

Me voilà donc encore éveillée à 10h30, en train de jouer à une douzaine de parties d’un jeu abrutissant sur mon téléphone. Il ne me vient jamais à l’esprit d’écouter mes yeux brûlants pendant que je regarde un meurtre mystérieux dans la lumière tamisée.

Incroyable, vraiment. Du moins, mon mari le pense.

Et le fait est que tout cela est arrivé si naturellement. Comme si MON CORPS évoluait avec le programme. Comme un instinct, quelque chose qui arrive naturellement aux parents.

Les horloges tournent plus longtemps et je ne regarde plus les épisodes enregistrés de Law & Order SVU, puisque je suis réveillée pour l’épisode en direct. Je ne me sens même pas mal pour mon corps qui supplie et demande un sursis. Mon esprit ne veut pas céder.

Je dois. Rester. Debout.
Deux heures et demie.

C’est tout ce dont j’ai besoin pour ressentir un petit sentiment de normalité et pour être simplement avec moi. C’est tout ce dont j’ai besoin pour reprendre mon souffle.

J’ai juste besoin de deux heures et demie.