Vous êtes le seul à pouvoir créer votre histoire, ne laissez jamais personne vous voler le stylo.

Une belle citation dit : « Quand tu écris l’histoire de ta vie, ne laisse personne d’autre tenir le stylo ». Oubliez de tenir le stylo, les gens feront de leur mieux pour vous l’arracher des mains et écrire votre histoire à leur guise. Ne les laissez pas faire.


« Quand tu écris l’histoire de ta vie, ne laisse pas quelqu’un d’autre tenir le stylo. »


Vous êtes le seul à écrire votre histoire, ne laissez personne vous voler votre stylo.

J’ai beaucoup réfléchi à ce sujet ces derniers temps, à la façon dont nous avons atteint un point dans notre société où nous ne laissons personne d’autre tenir notre propre stylo. Tous les jours, dans les grandes comme dans les petites choses, non seulement nous laissons les autres écrire nos histoires pour nous, mais nous leur rendons la pareille. Nous semblons tous jouer les biographes les uns avec les autres, alors que nous devrions jouer les autobiographes avec nous-mêmes.

Il ne faut pas chercher bien loin pour voir ce que je veux dire. Il suffit de poster n’importe quoi, même le plus banal, sur un média social pour le voir en action. Vous pouvez dire « pommes » et une autre personne vous accusera d’avoir dit « oranges ». Très vite, tout le monde, y compris vous-même, est convaincu que vous avez vraiment dit « oranges ».

Cela semble une si petite chose, cet exemple. On s’en fiche si tout le monde pense que tu as dit « oranges » au lieu de « pommes », non ? Après tout, ce ne sont que des mots sur un écran et ils n’affectent pas votre vie. Mais c’est le cas. Dans ce petit moment, apparemment insignifiant, vous avez permis à quelqu’un d’autre de réécrire votre histoire pour l’adapter à la sienne.

Pire, vous avez permis à d’autres de continuer à le faire, de réécrire des parties plus importantes de votre histoire. Une fois que vous permettez à quelqu’un de prendre le stylo, même pour une petite seconde, il est presque impossible de le reprendre. Ils le transmettront. Rattrapez-le.

Avant que vous ne le sachiez, ils commenceront à écrire des parties importantes de l’histoire de votre vie. Votre vie deviendra une biographie écrite par des personnes qui ne vous connaissent même pas. Après tout, personne au monde ne connaît votre histoire mieux que vous.
Vous avez le pouvoir d’écrire votre propre histoire

« Vous avez le pouvoir de dire à tout moment : ‘L’histoire ne se termine pas comme ça’.

Ne laissez pas votre vie devenir une biographie alors qu’elle devrait être une autobiographie.

Tout comme dans une biographie littérale, si vous laissez quelqu’un d’autre écrire votre histoire, votre « public » n’aura jamais une image complète et véridique. Ils ne connaîtront jamais la vraie personne. Même ceux qui ont les meilleures intentions et la plume la plus habile ne peuvent capturer toutes les petites choses, les petites nuances qui font de vous ce que vous êtes.

Malheureusement, la plupart des personnes qui tentent d’écrire nos histoires n’ont pas les meilleures intentions à notre égard – pas même la plume la plus habile, d’ailleurs. Non, ils ont généralement des raisons très injustes de vouloir que le monde nous voit différemment. Un ex-partenaire qui veut réécrire l’histoire de votre rupture. Un frère qui veut faire croire à sa famille que vous êtes la raison de la discorde. Même un étranger qui veut faire croire à Internet que vous avez dit quelque chose que vous n’avez pas dit.

Alors quand quelqu’un essaie de voler votre stylo, attrapez-le de toutes vos forces. Accrochez-vous à elle aussi fermement que possible et écrivez votre histoire. Et surtout, écrivez-le comme VOUS le souhaitez, même si vous pensez que les gens vous jugeront pour cela.
Le monde vous condamnera


« Le monde te jugera quoi que tu fasses, alors vis comme tu veux. »


Le monde vous jugera quoi qu’il arrive, alors écrivez l’histoire que vous voulez…..

Il existe une citation qui dit : « Le monde te jugera quoi que tu fasses, alors vis ta vie comme tu le souhaites ». Il en va de même pour l’écriture de votre histoire. Il ne suffit pas de tenir le stylo, il faut décider de ce qu’il faut ajouter à l’histoire. De même que vous ne devez jamais vous excuser pour les choses qui vous rendent heureux, vous ne devez jamais penser que vous devez « modifier » votre vie pour qu’elle corresponde à l’idée que quelqu’un d’autre se fait de votre histoire.

Si vous voulez vivre un conte de fées avec des chevaliers en armure brillante, faites-le… même si le monde dit que les vraies féministes n’ont pas besoin de chevaliers. Si vous voulez vivre une histoire d’aventure, en parcourant le monde à la recherche de trésors perdus, faites-le… même si le monde dit que c’est un style de vie « peu pratique ». Si, par contre, vous voulez vivre une histoire d’horreur avec des aventures de chasse aux fantômes, allez-y… même si tout le monde dit que les fantômes n’existent pas.

Le fait est que vous décidez de tout ce qui concerne votre histoire. Les personnages, le cadre, le genre, les tropes. Chaque aspect de votre histoire, de votre VIE, dépend de vous. Ne laissez personne vous dire le contraire. Lorsque vous permettez aux autres de vous voler votre plume, vous devenez un personnage secondaire de votre histoire, alors que vous devriez en être le protagoniste.

Je vous laisse avec une dernière citation extraordinaire (plutôt un poème, en fait) de Stephanie Bennet-Henry, qui résume vraiment tout ce que j’essaie de transmettre ici. C’est long, mais ça vaut la peine de le lire.

Si je pouvais revenir en arrière, je prendrais tous les mauvais chemins exprès. Je serais imprudent avec les opportunités et gourmand avec les désirs. Je croirais plus, mais je ferais moins confiance. Si je pouvais revenir en arrière, je découvrirais rapidement mes peurs et je les botterais d’abord. Je me rendrais compte que le contact visuel n’a jamais tué personne et que les mots blessent, mais que c’est le silence qui brise les cœurs. Je reviendrais en arrière et me dirais que j’ai le ciel dans les yeux, l’univers dans le cœur et de la dynamite dans mes pieds nus. Je dirais à cette belle fille de ne jamais laisser quiconque faire craquer sa colonne vertébrale d’acier, de ne jamais laisser quiconque glisser le désintérêt sous ses ongles et de ne jamais laisser quiconque laisser une trace de regret sous sa peau, et j’appellerais cela une promesse. Je lui dirais de toujours se rappeler qui écrit son histoire.

Maintenant, sortez et écrivez votre histoire ! Gardez votre poing serré autour de votre stylo et racontez l’histoire que VOUS voulez raconter. Soyez votre propre autobiographe.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121