10 réponses faciles à utiliser lorsque les gens vous demandent pourquoi vous ne buvez pas.

Profiter des fêtes de fin d’année peut parfois signifier embrasser l’alcool avec enthousiasme… ou pas. Heureusement pour ceux qui choisissent la première option, le concept de « janvier sec » s’est répandu au fil des ans et c’est un concept fantastique. Se rafraîchir est le moyen idéal de se débarrasser des toxines et de faire fondre les ballonnements.

J’aimerais lancer une idée radicale, ou devrais-je dire une opportunité radicale de prendre soin de soi !

Comment se passeraient vos vacances sans alcool ?

Vous pourriez avoir le souffle coupé en cherchant une chaise pour vous asseoir alors que vous vous demandez frénétiquement comment vous pourriez passer à travers les fêtes, la famille, les invités et la cuisine sans le réconfort de votre vieil ami Chardonnay ou M. P (Pinot Noir !).

Avant de vous précipiter vers le réfrigérateur pour confirmer que vous avez assez de Prosecco à cause du stress de l’idée que je viens de vous proposer, restez avec moi ! Je voudrais que vous essayiez un exercice que les membres de ma communauté appellent souvent leur stratégie préférée pour modifier leur relation avec l’alcool.

Imaginez que c’est la veille de Noël. Et si vous décidiez de ne pas boire ?

Que diriez-vous d’aller vous coucher en sachant que vous ne vous réveillerez pas à 2 heures du matin pour chercher de l’eau et de l’aspirine ?

Seriez-vous inspiré de savoir que le lendemain matin, vous pourriez peut-être voir le lever du soleil ou vous lever avant tout le monde pour lire ou faire des roulés à la cannelle en guise de surprise ?

Serait-il merveilleux de ne pas avoir la gueule de bois, d’être épuisé et impatient envers vos proches ? Qu’est-ce que cela signifierait pour eux de vous sentir vraiment calme et présent dans les conversations ?

Je dis souvent que quatre heures de sommeil sans alcool sont bien meilleures que dix heures de sommeil en état d’ébriété. Oui, vous serez peut-être fatigué le matin même si vous n’avez pas bu, mais oh mon Dieu, comme c’est bon de ne pas avoir de brouillard et de maux de tête en plus !

Maintenant, avançons jusqu’au réveillon du Nouvel An. Imaginez qu’au lieu de déboucher une autre bouteille de champagne à minuit, vous avez créé un rituel sacré pour vous et vos proches. Un espace de méditation magnifique et énergétiquement calme avec des bougies, des souhaits écrits pour la nouvelle année, du thé, des friandises et des couvertures douillettes.

Au moment où l’horloge sonne minuit, vos souhaits pour l’année 2022 sont transmis à tout le monde et à toutes les choses de l’univers, tandis que vous respirez, les yeux fermés et le sourire large.

Vous pourriez soupirer de plaisir en regardant cette vision.

Les voix dans votre tête, cependant, peuvent lentement exprimer l’inquiétude suivante : « Mais que vont penser les gens si je ne bois pas ? Me mettront-ils dans l’embarras devant les autres, et que dirai-je ? Les événements seront-ils ennuyeux ou, pire encore, serai-je ennuyeux ? Comment vais-je gérer l’accablement et/ou l’anxiété sociale sans mon fidèle ailier qu’est l’alcool ? »

Lorsque quelqu’un dans ma communauté se plaint que certains amis ou membres de la famille sont curieux de savoir pourquoi ils ne boivent pas, je souris et je dis : « il ne s’agit pas de toi… il s’agit d’eux ». D’après mon expérience, lorsque les gens font du fait que vous ne buvez pas un « problème », c’est simplement parce que quelque chose en eux, consciemment ou inconsciemment, les appelle à examiner leur propre relation avec l’alcool.

Je suis bien placé pour le savoir. À l’époque où je buvais quelques verres de vin tous les soirs en plus d’un martini ou deux le week-end, j’étais hyper consciente de qui buvait, de ce qu’il buvait et du nombre de verres qu’il avait consommés. J’étais anxieuse lorsque quelqu’un en était encore à son premier verre de chardonnay alors que j’avais déjà englouti un Manhattan et que j’en étais à mon deuxième.

Lorsque j’ai décidé de faire une pause prolongée sans alcool pendant la quarantaine, il était facile de naviguer à travers les week-ends et les happy hours, agréablement contente dans ma chemise de nuit avec Netflix. Ce n’était pas aussi simple, cependant, lorsque les petits dîners de pique-nique en plein air avec des amis ont commencé cet été-là.

J’ai été projetée de nouveau dans le « monde réel » pendant de petites périodes, et cela m’a rendue humble. Je ressentais de l’anxiété à l’idée que les gens me jugent, parlent de moi, se demandent si j’avais un « problème », etc. J’avais peur que la vie soit ennuyeuse ou, plus important encore, que je sois ennuyeuse.

J’étais loin de me douter que le contraire se produirait. La vie, et moi-même, sommes devenus plus colorés, plus lumineux, plus heureux, plus calmes et plus présents. Cependant, il m’a été utile d’avoir quelques scripts dans ma poche arrière pour le cas où je serais pris au dépourvu par une question inattendue sur ma boisson de prédilection.

Récemment, j’ai publié une liste de réponses pour ce moment délicat, lors d’un dîner ou d’un événement, où quelqu’un me demande (souvent devant les autres) « Pourquoi ne buvez-vous pas ? Je pensais que mes membres de « Live More Drink Less » les trouveraient utiles pour une utilisation future. Au lieu de cela, j’ai été agréablement surpris lorsque les commentaires ont commencé à affluer sur les réponses qu’ils utilisent déjà, qui, je dois le dire, sont bien meilleures que celles que j’ai créées !

En réalité, ce n’est pas parce que quelqu’un vous pose une question que vous lui devez une réponse. Vous n’avez pas besoin d’expliquer ce que vous faites pour le bien-être de votre esprit, de votre corps et de votre âme.

Toutefois, si vous préférez les mocktails aux mojitos et que vous redoutez sérieusement les commentaires curieux, voici quelques excellentes répliques qui mettront fin à la discussion sur votre consommation d’alcool, certaines pouvant vous faire rire, vous et les autres personnes à portée de voix.

  1. Ça me rend somnolent, et je n’ai pas envie de m’endormir dans tes bras en ce moment.
  2. Je suis en train de conduire.
  3. L’alcool n’est tout simplement pas quelque chose qui m’attire en ce moment parce qu’il me réveille à 2 heures du matin avec une bouche sèche et un mal de tête.
  4. Je suis en train de suivre un programme d’autogestion de la santé qui comprend l’abandon de l’alcool, et je ne veux pas qu’une gueule de bois me vole ma joie demain.
  5. L’alcool alimente mon anxiété et me prive de ma paix.
  6. J’aime me lever tôt pour voir le lever du soleil.
  7. C’est plus amusant pour moi de créer des souvenirs sans alcool.
  8. Le « visage du vin » n’est pas mon ami. (Autrement connu sous le nom de cernes sous les yeux, visage bouffi, yeux injectés de sang, etc.)
  9. Je prends des décisions pour mes samedis soirs en fonction de comment je veux me sentir le dimanche matin.
  10. Parce que… je… ne… suis… pas… mais merci de demander, Nosey Posey 🙂 .

Si, en ce moment, vous vous sentez inspiré de faire des vacances sans gueule de bois, c’est votre âme qui vous parle. Êtes-vous prêt à l’écouter ?

Faire une pause ne consiste pas à enlever quelque chose mais au contraire à mettre tellement plus dans votre vie. Même une courte pause dans l’alcool peut créer un effet d’entraînement de joie, de succès et de bien-être tout au long de l’année.