À mon deuxième bébé, tu as fait de moi une meilleure mère

Le lendemain de la naissance de mon deuxième enfant, j’étais assise dans mon lit d’hôpital en train d’allaiter mon nouveau-né lorsqu’une infirmière est entrée dans ma chambre pour me surveiller. Alors qu’elle s’avançait vers moi, me demandant systématiquement si j’avais besoin d’aide pour faire prendre le sein au bébé, j’ai vu son visage se détendre et se transformer en sourire lorsqu’elle a dit : « Oh, vous avez tout ce qu’il faut. Tu as dû le faire avant ! » Elle avait raison.

Le contraste notable entre la façon dont elle m’a abordée, en anticipant les obstacles qu’elle pensait devoir m’aider à franchir, et son calme et sa joie de voir que je maîtrisais la situation, était similaire au contraste que j’ai ressenti entre mon premier et mon deuxième bébé. Avec mon premier bébé, j’ai timidement demandé de l’aide pour essayer d’allaiter. Avec mon deuxième bébé, je l’ai pris dans mes bras avec enthousiasme et je l’ai aidé avec confiance à prendre le sein pour la première fois. J’avais tellement plus confiance en moi, et cela m’a procuré une grande joie.

Deuxième bébé, plus de confiance.

Mon deuxième bébé m’a donné l’occasion de revivre toutes mes premières expériences sous un jour différent. Le fait d’être sa mère m’a montré à quel point je pouvais m’en sortir, grandir et apprendre, même dans des situations qui me paraissent difficiles. On dit que c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Eh bien, je ne dirais pas que je suis une mère parfaite. Mais il est certain que la pratique m’a rendue meilleure. Le fait de me voir passer par ces gestes la deuxième fois d’une manière plus forte et à partir d’un endroit plus fort a fait de moi une meilleure mère.

La première fois, j’étais rongée par le doute et la peur. Mon deuxième bébé a guéri ce traumatisme. Ayant eu l’occasion de m’entraîner avec mon premier bébé, le fait de le vivre une deuxième fois m’a donné de la confiance et de la force, ce qui m’a permis de devenir une version beaucoup plus solide de moi-même. Cela m’a donné la chance d’entrer dans mon pouvoir en tant que mère. Je pouvais maintenant donner beaucoup plus à mes enfants.

En tant que mère pour la première fois…

J’ai tenu ma nouvelle fille avec hésitation et crainte, la traitant comme une poupée de porcelaine. Mon deuxième bébé m’a donné la chance de vraiment apprécier ces premiers moments où je tenais un nouveau-né dans mes bras et où je l’embrassais et le câlinais avec avidité.

J’étais pétrifiée à l’idée de faire des erreurs. Mon deuxième bébé m’a appris que les choses que je faisais « mal » finissaient toujours par s’arranger.

Je me sentais tellement déconnectée de moi-même, incertaine de qui j’étais encore. Mais mon deuxième bébé m’a aidée à retrouver qui je suis, en me donnant l’espace nécessaire pour me sentir à nouveau sûre de moi en tant que femme et maintenant en tant que mère.

Je n’avais pas confiance en moi et en mon savoir intérieur. Mais mon deuxième bébé m’a aidé à me brancher si fortement sur mon intuition de maman.

Lorsqu’on me posait des questions sur mon premier bébé, mes réponses étaient incertaines et donnaient l’impression que je répondais à la question par une question. Mon deuxième bébé m’a montré que j’avais toutes les réponses en moi.

Je doutais beaucoup de moi, mais mon deuxième bébé m’a aidée à commencer à croire en moi en tant que mère.

Je voulais que tout soit parfait, et j’avais le temps de m’en assurer. Après avoir eu deux bébés, je n’avais plus le temps de m’assurer que tout était parfait. Le fait de réaliser que la perfection n’est pas un objectif a fait de moi une meilleure mère.

Après avoir eu mon deuxième bébé, tout a changé.

Mon deuxième bébé m’a rendue plus calme. Mon deuxième bébé m’a montré que je faisais du bon travail avec le premier. Et que je pouvais et devais me détendre et profiter davantage de mes deux enfants. Mon deuxième bébé m’a montré que les difficultés que j’ai rencontrées avec mon premier n’étaient pas propres à lui ou à moi. J’ai réalisé que beaucoup de bébés et de mères passent par ces mêmes défis. Chaque enfant est malade, tombe, n’aime pas certains aliments, a une personnalité différente. D’une certaine manière, le fait de voir ce qui se passe une deuxième fois m’a aidée à me détendre.

Une grande partie de ce que j’ai vécu et fait la première fois m’a inquiétée, m’a fait peur et m’a fait douter de moi. Avoir la possibilité de passer par ces mêmes étapes une deuxième fois, mais cette fois avec confiance, m’a guérie. Donc, à mon deuxième bébé, je te remercie. Tu as fait de moi une meilleure mère.