Ce que je veux vraiment dire quand je dis que je vais bien ( Explication : je ne vais pas bien).

Les larmes sont des mots qui ont besoin d’être écrits. »~Paulo Coelho

C’était agréable de vous voir aujourd’hui. Je ne t’ai pas vu depuis si longtemps. Tant de choses se sont passées depuis la dernière fois que nous nous sommes vus.

Il m’a demandé comment j’allais. J’ai répondu poliment, « Je vais bien », et j’ai forcé un sourire que j’espérais crédible. C’est sûr. Tu m’as souri et tu m’as dit : « Je suis très heureux de l’entendre. Tu es superbe. »

Mais en fait, je ne vais pas bien. Je n’ai pas été bien depuis très longtemps, et je me demande si je saurai un jour ce que c’est que d’être bien.

Certains jours sont bons, d’autres moins. Je fais de mon mieux pour rester optimiste et croire que demain sera meilleur. Parfois c’est le cas, parfois c’est pire. Je ne suis jamais préparé à l’une ou l’autre des issues.

Je fais de mon mieux pour prétendre que je vais bien.

Le masque que je porte cache très bien ma douleur. Je le porte depuis si longtemps que personne ne peut plus voir à travers. C’est mon nouveau visage et il sourit quand on lui demande.

Certains jours, j’aimerais ne pas avoir à faire semblant de sourire. J’attends avec impatience le jour où ce sourire sera naturel, authentique et sincère.

Quand je dis que je vais bien, je veux dire juste ça…

Je suis triste. C’est vraiment dur pour moi en ce moment. J’aimerais pouvoir te le dire. J’aimerais pouvoir penser que tu pourrais même t’en soucier. Et peut-être que tu t’en soucies vraiment. Mais je ne veux pas te le dire. Je ne veux pas déranger ou accabler quelqu’un avec mes problèmes.

Mes problèmes sont gros et moches. Je ne peux pas te charger avec eux. Tu fais face à tes propres démons. Tu n’as pas besoin d’être exposé au mien. Ce serait tellement égoïste de ma part. De penser que tes démons ne sont pas aussi importants ou débilitants que les miens.

Donc je te dis juste que je vais bien. Je te défends quand je dis que je vais bien. Parce que j’ai peur que ma douleur ne soit qu’une toxicité de plus.

Je veux vous parler de mes problèmes. Je veux que vous les emmeniez. Je veux que quelqu’un répare tout ce qui me fait mal, même si personne d’autre ne peut le faire pour moi. Pourtant, je me demande si quelqu’un a toutes les réponses à ces questions qui martèlent ma tête et me causent chagrin et anxiété ?

Quelqu’un ?

Il y a un serrement dans ma poitrine qui ne veut pas partir. Il y a une obscurité dans mon estomac qui me rend malade. Mes épaules sont lourdes et mes mains ont envie d’un contact humain. Un corps autour duquel s’enrouler pour me réconforter et m’assurer que tout ira bien.

Mes problèmes ont englouti ma vie entière.

A l’intérieur, je pleure tout le temps. Mon âme est écrasée et mon cœur est plein de trous que j’essaie désespérément de colmater du mieux que je peux.

À l’intérieur, je suis plein d’anxiété et j’ai beau essayer de trouver la paix, elle m’échappe. J’ai l’impression d’avoir un million de démons à l’intérieur de moi et je ne sais pas lequel a le plus besoin de mon attention.

Alors je les ignore tous. La plupart du temps, c’est trop dur à supporter.

Quand je dis que je vais bien, j’aimerais vraiment que vous puissiez entendre ma voix intérieure crier : « Je ne vais pas bien et j’ai besoin d’aide ». S’il te plaît, reste et parle-moi, réconforte-moi, aide-moi à arrêter cette douleur écrasante. » Je veux vous dire ceci. Mais j’ouvre la bouche et c’est plutôt « je vais bien » qui sort.

En fait, je ne vais pas bien. Je ne sais pas comment gérer la journée et j’ai peur de ce que demain pourrait apporter. C’est un souci constant. J’aimerais que ça disparaisse, ne serait-ce que pour un jour.

Je veux aller bien, je le veux sincèrement.

Un jour, j’aimerais pouvoir vous dire honnêtement à quel point je vais bien. Que tous mes soucis, mes angoisses et mes peurs ont disparu, ou du moins qu’ils ne sont plus aussi écrasants. Que je marche avec aisance et une chanson dans mon cœur. Je veux ressentir ça. Je l’ai peut-être ressentie une fois, il y a longtemps, mais je ne m’en souviens pas vraiment.

Chaque jour, je fais de mon mieux pour sourire et améliorer la journée. Je pense positivement, je prends une grande respiration quand c’est nécessaire. Je lis des blogs et des citations qui m’inspirent. J’écoute même des méditations guidées.

Aujourd’hui, je suis allée faire du shopping et j’ai acheté quelque chose de bien. Je sais, une solution temporaire. Mais ça a marché.

Tout a fonctionné. Pour l’instant. Et puis le moment passe et tout revient. Toute la tourmente, le chagrin, l’anxiété, la douleur. Je respire à nouveau profondément. Et je vais bien pour quelques minutes de plus.

Mais pour l’instant, je fais du mieux que je peux. Je sais que tout dans la vie est temporaire. Le bon, le mauvais. Même la vie. Tout est temporaire. Si je peux juste traverser cette journée, tout ira bien.

Je fais de mon mieux pour voir le bon côté des choses. Certains jours, j’arrive à le voir. Mais ça n’enlève pas la tourmente qui se prépare en moi. Il ne fait que couvrir le problème avec un pansement. Une solution temporaire.

Tout n’est qu’une solution temporaire jusqu’à ce que je sois enfin assez courageux pour aller au fond de mes démons. Je dois les affronter un par un. Je dois les faire remonter à la surface, les dépoussiérer, les traiter, en guérir, puis les laisser partir.

Je le sais. Mais c’est une tâche tellement difficile. La seule pensée de le faire est accablante et me cause une énorme anxiété. Je sais que c’est à moi d’être capable de dire « je vais bien » et de le penser vraiment.

Un jour, je le ferai. Quand je me sentirai assez fort pour le faire. Jusque-là, je peux dire que je vais bien, mais en fait pas du tout. Mais j’essaierai de trouver le courage de dire : « En fait, je suis triste », même si je sais que tu n’as pas de baguette magique qui fera disparaître tous mes problèmes.

Peut-être que le fait de s’ouvrir et de te laisser me soutenir m’aidera. Peut-être que si j’arrête de me peindre un sourire sur le visage et de vous dire « je vais bien, je vais vraiment bien », un jour prochain je le serai.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121