Comment apprivoiser votre esprit « tornade » et arrêter de tout penser en même temps ?

« Vous ne souffrez pas parce que vous avez des pensées. Vous souffrez parce que vous les jugez, leur résistez, les croyez, vous y complaisez ou vous vous identifiez à elles.  »

Inconnu

À un moment de ma vie, je me suis demandé : « Les choses seront-elles toujours ainsi ? »

Si pressé, avec à peine un moment à moi. Les événements actuels tourbillonnent, reflétant le pire côté de l’humanité. Perdu sous le poids de mes listes de choses à faire, de mes soucis financiers et de mes échéances.

Je savais à peine où mes pensées s’arrêtaient et où je commençais. Serais-je toujours aussi anxieux, irrité, distrait et isolé de ceux qui m’entourent ? Même de ceux que j’aime ?

La plupart du temps, je courais partout comme un poulet sans tête. Mon cerveau allait à 120 miles à l’heure. J’étais soit endormi, soit en train de penser. Il n’y avait pas de bouton « off ». Je ne parvenais pas à ralentir ou à concentrer mon esprit « tornade ».

Toutes ces pensées conduisaient inévitablement à l’anxiété. Il était difficile de calmer l’état chaotique d’un esprit anxieux. Lorsque je m’inquiétais de ce que l’avenir me réservait ou des regrets du passé, mon esprit s’emballait.

À la fin de ma journée, j’avais du mal à cesser de penser au travail. Et le week-end venu, je n’arrivais pas à rester tranquille pendant cinq minutes.

Mon esprit qui s’emballe était utile dans les processus créatifs. Comme une usine à pensées. Je pouvais m’endormir sur un problème et avoir la solution le matin même.

Je pouvais résoudre des problèmes rapidement. Mais c’était un acte d’équilibre. Je prenais le mauvais pour pouvoir faire le bon. Le mauvais était le traitement excessif des situations négatives, l’obsession des drames, l’insomnie, le stress et la frénésie alimentaire.

J’essayais constamment de résoudre des problèmes dans ma tête, à tel point que j’avais l’impression d’être Sherlock Holmes en train de résoudre une affaire. C’était un bavardage constant et ininterrompu dans ma tête. C’était comme si j’étais dans une pièce bruyante toute la journée.

Souvent, ces pensées étaient des choses auxquelles je ne pouvais rien faire. Mais je continuais à m’inquiéter.

Au coucher, je restais sur mon téléphone jusqu’à ce que je m’endorme, ce qui ne m’aidait pas. Ce que je faisais sur mon téléphone (naviguer sur Internet, faire défiler Facebook ou jouer à des jeux) me distrayait de mes pensées. Je faisais cela jusqu’à ce que mon cerveau soit si fatigué que je m’endorme.

Je voulais me ramener à moi-même. Retourner à une tranquillité paisible et connectée qui enrichissait ma vie. Je voulais me sentir plus ancrée et centrée.

Même lorsque j’essayais de méditer, mon esprit « Nascar » prenait le dessus : « Est-ce que ça va marcher ? Comment saurai-je si ça marche ? Il vaut mieux que ça marche, ça coûte cher. Regardez ce type qui essaie de m’apprendre à méditer. Dois-je faire confiance à quelqu’un qui a de si grandes oreilles ? Est-ce que ça a déjà commencé à marcher ? Est-ce que je le fais bien ? Pourquoi je ne me sens pas encore calme et détendu ? Je dois faire quelque chose de mal. Devrais-je être plus patient ? »

J’ai atteint un point où j’ai réalisé que quelque chose devait changer… Je ne pouvais pas continuer comme ça. Soit je changeais, soit j’allais lentement m’écraser, brûler et toucher le fond.

J’ai donc entrepris une quête pour trouver des réponses. J’ai pris l’initiative de devenir un expert en méditation de pleine conscience. Parmi tous les outils de santé mentale que j’ai essayés, la méditation de pleine conscience a donné les résultats les plus prometteurs.

Pour faire court, j’ai trouvé des réponses à mon problème d’esprit « tornade ». Mais ce n’était pas ce à quoi je m’attendais.

Il y avait de bonnes et de mauvaises nouvelles.

La mauvaise nouvelle est que nous ne pouvons pas contrôler notre esprit ou ses pensées. Nous ne pouvons pas calmer ou empêcher notre esprit de penser.

Pensez-y de cette façon : Votre esprit est comme un mauvais colocataire. Ce colocataire est bruyant, désordonné et pessimiste.

Notre colocataire a le « syndrome de la poule mouillée ». Il panique à propos de tout. Son état d’esprit basé sur la peur pense que tout peut et va mal tourner.

Nous n’avons pas le contrôle sur ce colocataire. Nous ne pouvons pas lui imposer notre volonté. Et nous ne pouvons pas lui faire faire des choses à notre goût.

Parce que cela ne fera que faire flipper encore plus notre colocataire (esprit) ! C’est un cercle vicieux. Plus on le force, plus le comportement destructeur s’aggrave. C’est comme la citation « Ce à quoi nous résistons persistera. »

Ok, voilà pour les mauvaises nouvelles. Passons aux bonnes nouvelles.

Même si nous ne pouvons pas calmer, arrêter ou fermer les pensées chroniques de notre esprit, nous pouvons créer un espace entre nous et notre esprit.

Revenons à l’analogie du colocataire. Nous ne pouvons pas contrôler le comportement de notre colocataire, mais nous pouvons créer un espace entre nous et notre colocataire (l’esprit).

Par exemple, nous pouvons sortir de la maison et faire quelque chose d’agréable, comme une promenade dans la nature.

Lorsque nous ne sommes pas en présence de notre colocataire, la vie est beaucoup plus facile.

Il n’y a pas de voix en arrière-plan qui nous harcèle, nous fait peur ou s’inquiète de chaque petite chose. Non seulement cela aide à lutter contre les pensées chroniques, mais plus nous créons d’espace, moins nous alimentons notre esprit.

Notre esprit est comme un feu. Plus nous l’alimentons, plus il devient grand et fort.

Plus nous passons de temps dans notre tête, plus notre esprit nous tire hors du présent. Il peut nous noyer dans son océan de pensées et d’émotions, ce qui nous empêche d’être calme, tranquille et en paix.

Au lieu de nous noyer dans cet océan submergé par des vagues déferlantes, créons un peu d’espace et observons plutôt les vagues debout sur la plage. C’est ce que fait la création d’espace. Elle vous sort du chaos pour que vous puissiez l’observer en toute sécurité et à distance.

Comment faire pour créer de l’espace entre nous et l’esprit ?

Tu vois ce que j’ai fait là ?

Je ne l’ai pas appelé notre ou mon esprit ; je l’ai appelé l’esprit. Vos mots sont puissants, alors choisissez-les avec soin.

Vous pouvez commencer à vous référer à l’esprit comme s’il s’agissait d’une troisième personne, pas comme s’il faisait partie de vous. Vous pouvez lui donner un nom. Quelque chose comme M. Esprit ou Andy l’anxieux.

Quand l’esprit fait une crise, nous nous donnons de l’espace en disant : « C’est juste M. Esprit qui pète les plombs. Pas besoin de le laisser m’affecter. »

Pourquoi ? Parce que c’est vrai. Vous n’êtes pas votre esprit. C’est vous qui, assis dans le siège de votre âme, observez cette « usine à pensées » que nous appelons notre esprit. Vous êtes tellement plus que votre esprit. L’esprit est juste un outil à votre disposition.

Et la meilleure façon de sortir de notre tête est de descendre dans votre corps. Friedrich Nietzsche a écrit : « Il y a plus de sagesse dans votre corps que dans votre philosophie la plus profonde. »

Nous avons une connexion corps-esprit. Cette connexion corps-esprit doit être en équilibre. Nous ne pouvons pas vivre dans notre tête toute la journée. Plus nous passons de temps dans notre tête, plus nous avons besoin d’être dans notre corps pour créer un équilibre.

Lorsque vous descendez dans votre corps, c’est comme un câlin à votre âme. Votre corps vous dit « Bienvenue à la maison ».

Votre corps aime et réclame votre attention. Voici quelques façons de lui prodiguer des soins attentionnés :

Les bains de forêt.
Se retrouver dans la nature, observer sa beauté pure, nous oblige à faire appel aux sens de notre corps. Nos sens nous ancrent dans le moment présent. J’essaie de passer au moins une heure par semaine dans la nature pour me ressourcer. Même si vous vivez dans un environnement urbain, essayez d’avoir quelques plantes dans votre appartement ou d’aller dans un parc public. Faites du mieux que vous pouvez avec ce que vous avez.

Les douches froides.
C’est nul, mais c’est très efficace. C’est comme l’exercice. Vous redoutez d’y aller, mais vous vous sentez toujours mieux après. C’est comme un bouton de réinitialisation pour votre état mental. Commencez par une douche chaude et terminez par trente secondes de froid. Il n’est pas nécessaire qu’elle soit très froide. Faites ce qui vous convient le mieux, mais faites en sorte que ce soit un peu inconfortable.

Méditation respiratoire.
Sentez et observez votre respiration. Remarquez comment l’inspiration et l’expiration affectent le reste de votre corps. Les épaules se soulèvent. La poitrine se dilate. Il est important de ressentir votre respiration et de ne pas y penser ou l’analyser. Grande différence.

La méditation par balayage du corps.
Certains méditants résonnent mieux avec une méditation par balayage du corps qu’avec une méditation par la respiration. Ce qui est bien avec la méditation par balayage du corps, c’est qu’il est plus facile de méditer pendant de plus longues périodes qu’avec d’autres méditations. Veillez à ce que le moment où vous méditez corresponde à votre liste de choses à faire. Plus votre liste de choses à faire est longue, plus vous devez méditer longtemps.

Bougez votre corps.
Le yoga est particulièrement efficace pour nous aider à sortir de notre tête et à entrer dans notre corps. Mais trouvez l’activité qui vous convient le mieux. Remarquez que j’ai dit mouvement et non exercice. Le mouvement est beaucoup plus agréable. Surtout si c’est une activité que vous aimez. Essayez quelque chose de différent, comme le roller, l’escalade, la marche, la randonnée – tout ce qui vous procure suffisamment de joie pour que vous ayez envie de le pratiquer régulièrement.

Tenir un journal.
Je recommande d’écrire plutôt que de taper. Le fait de poser un stylo sur du papier peut vous ancrer davantage dans votre corps que de taper sur un clavier.

Je recommande également la technique de Julia Cameron appelée « Morning Pages ». Cette technique fonctionne bien si vous avez tendance à vous réveiller avec un million de pensées qui se bousculent dans votre esprit, car elle permet à l’esprit de se défouler et de laisser sortir tous ses soucis.

Dès le matin, écrivez sur trois pages tout ce qui vous passe par la tête. Il n’y a pas de mauvaise façon de faire cela. Si vous ne trouvez rien à écrire, écrivez sur ce sujet. Tenir un journal le matin vous aide à commencer la journée dans le calme et la clarté.

Des pauses en toute conscience.
Répartissez votre travail en sessions de vingt-cinq minutes. Pas une minute de plus. Après chaque session de vingt-cinq minutes, faites une pause de cinq minutes en pleine conscience. Pendant cette pause, prenez contact avec votre corps. Prenez un moment et ressentez votre corps.

Il ne s’agit pas d’un exercice de réflexion, mais d’un exercice de ressenti. Ressentez votre corps pour découvrir ce dont il a besoin. C’est comme un scan rapide du corps.

Si vous n’écoutez pas les murmures de votre corps, il se mettra à crier. Votre corps parle en votre nom lorsque vous ne parlez pas en votre nom.

Ainsi, si vous sentez que votre corps a besoin d’oxygène, faites une petite marche rapide en respirant profondément. Si votre corps est tendu, faites quelques étirements de base. Si votre corps se sent déshydraté, buvez de l’eau. Si votre corps ressent le besoin d’aller aux toilettes, faites-le. Si votre corps a faim, nourrissez-le. Pendant ces cinq minutes, faites en sorte de vous lever et de vous éloigner de votre bureau.

Comme vous pouvez le constater, presque tout ce qui nous oblige à nous concentrer sur notre corps fonctionne. Plus vous le faites, moins l’esprit a de pouvoir sur vous. Vous ne l’alimentez plus.

Après avoir pratiqué ces exercices pendant un certain temps, vous regarderez votre esprit de la même manière qu’un adulte regarde un enfant gâté qui fait une crise de colère.

Vous aurez de l’empathie pour l’esprit qui pique une colère. Vous êtes un témoin sûr et pouvez prendre des décisions objectives sans que le mental ne détourne votre vision de la vérité. Vous utilisez votre esprit, et non l’inverse.

Vous voyez les choses telles qu’elles sont. Vous ne leur donnez pas de sens et n’ajoutez pas d’histoires aux faits.

La vie est simplement « telle qu’elle est ». Lorsque vous vous abandonnez au flux puissant mais doux de la vie, vos journées semblent sans effort. Vous êtes capable de traverser la vie quotidienne sans contrainte.

Réalisez que vous avez une belle machine biologique ; vous avez juste besoin d’un manuel pour savoir comment l’utiliser.